Faits divers Grand Paris

Un homme abattu à Orly, l'aéroport évacué

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

N. D-A

Un homme s'est emparé ce matin, à 8h30, de l'arme d'un des militaires patrouillant dans l'aéroport d'Orly. Il a été abattu. Les passagers sont évacués de l'aéroport.

A l'aéroport d'Orly, vers 8h30, ce samedi 18 mars, un homme a réussi à s'emparer de l'arme d'un militaire de l'opération Sentinelle, en patrouille dans le hall. L'homme se serait réfugié, avec une femme militaire en otage, dans un commerce avant d'être abattu par les policiers du Raid.  Il aurait déclaré : "Je suis là pour mourir par Allah. De toute façon, il va y avoir des morts." Après la bagarre avec la militaire pour le Famas, dont l'assaillant a pu s'emparer, il s'est levé et a été neutralisé par les tirs de deux autres militaires.



L'aéroport a été sécurisé puis progressivement évacué. On craignait le port par cet individu d'une ceinture d'explosifs. L'évacuation était encore en cours à 10 heures, tous les accès étant verrouillés. La circulation des passagers est restée impossible jusqu'en fin de matinée, les avions restant parqués au large des bâtiments.


A la mi-journée, cet acte a été officiellement relié à un incident qui s'est produit vers 7 heures au nord de la capitale, à Garges-les-Gonesse (Seine-Saint-Denis) : une Renault Clio a été contrôlée. Le conducteur, Ziyed Ben Belgacem, a présenté ses papiers puis tiré avec un pistolet à grenaille sur un policier, le blessant avant de s'enfuir. Il a ensuite mis en joue les clients d'un bar dont il était habitué, tiré un peu au hasard avant de repartir puis de quitter sa voiture à Vitry (Val-de-Marne) et de voler un Citroën Picasso. Il aurait pris ensuite la direction d'Orly où l'on a retrouvé la voiture.

Né en 1978 (39 ans), Ziyed Ben Belgacem était connu des services de police, pour des faits de trafic de stupéfiants et vol à main armée. Son père et son frère, demeurant comme lui à Garges-les-Gonesse (Seine-Saint-Denis) se sont rendus au commissariat le plus proche de chez eux après avoir reçu un sms indiquant : "J'ai fait une connerie, j'ai tiré sur un flic."Ils ont été placés en garde à vue et le logement perquisitionné.
 






Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Sélection de lectures

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb