Hauts-de-Seine (92) Politique

Thomas Puijalon (PS) : Mon équipe est prête à relever tous les défis des Isséens

Publié le  Par Roxane Bayle

image article

photo de Roxane Bayle

Restaurer la confiance des citoyens d'Issy-les-Moulineaux dans la politique, se mettre à leur service, voilà la mission de Thomas Puijalon, candidat aux élections municipales de la ville. L'homme politique de 37 ans a sa carte du Parti socialiste depuis 1997. Il a commencé sa carrière politique au cabinet d'Alain Richard, alors ministre de la Défense sous le mandat de Jacques Chirac. Actuellement cadre chez SFR, cet isséen depuis plusieurs générations espère changer les choses dans une ville gérée par André Santini depuis 1980. Il a accepté de répondre à nos questions dans un café de la ville.

Paris Dépêches : Dans votre lettre que vous avez envoyée à François Hollande, vous dites que vous voulez rassembler derrière vous, avoir des politiques plus proches des citoyens d'Issy-les-Moulineaux, c'est quelque chose d'important pour vous ?

 Thomas Puijalon : J'ai fait une démarche originale : au lieu de m'attirer 10 minutes de gloire médiatique en publiant cette lettre, j'ai préféré une démarche qui soit, et on en a très longuement discuté avec mes colistiers, de sincérité, et de modernisation de la vie publique et politique. On a aujourd'hui une expérience de 1000 portes, plusieurs réunions d'appartements, des rencontres dans les quartiers, les marchés, et on a eu un certain nombre de remontées de la part des Isséens. Les habitants n'ont pas baissé les bras par rapport au message et aux promesses portés par l'élection présidentielle. On a pu croire, à un moment donné, qu'il y avait une forme de résignation. Mais il y a une espèce d'impatience, une sorte de bouillonnement. Les Isséens sont très préoccupés par leur vie locale. Ils ont l'impression, dans beaucoup de quartiers, que le maire les a délaissés ; il s'est occupé de ses nouveaux joujoux que sont le Fort Numérique et les Quartiers des Bords de Seine, en délaissant des zones entières de la ville, d'où cette attente très forte. Ils ont besoin de culture, d'animation, d'un espace où se réunir, de commerces de proximité.


L'actuel maire, André Santini, est en place depuis très longtemps (1980). Quels sont vos atouts pour pouvoir lui succéder ?

Je me balade pas mal dans la ville avec mon équipe, contrairement au maire qui, à l'âge qu'il a, fait toutes ses sorties dans la ville en voiture. Nous, on utilise les pieds, on déambule dans la ville. On en a une autre vision : le trottoir est un espace de vie, la ville est un espace de vie, et pas seulement un espace de circulation. Et du coup, je pense qu'André Santini a une vision complètement déformée de la ville, sous le prisme de sa voiture avec gyrophare, et a oublié cette vie quotidienne, qui est celle des Isséens de tous les jours : les bouchons, le besoin de commerce, le besoin d'acheter son pain. Et quand les gens viennent acheter des appartements, ils disent "Mais elle est où la boulangerie" ? Et quand ils se voient obligés d'aller à pied jusqu'à un grand supermarché, les agents immobiliers ne les voient pas forcément revenir. C'est cet atout là que je représente. Je connais la ville puisque j'y vis depuis 37 ans, presque la même durée que le mandat du maire, et donc aujourd'hui, j'incarne une forme de jeunesse, je suis plus au fait que lui des nouvelles technologies, j'ai une équipe autour de moi compétente, j'ai misé sur l'intelligence, et mon équipe est prête à relever tous les défis des Isséens.

Donc, si vous êtes élu, vous continuerez à prendre les transports en commun ?

C'est ce que j'avais écrit sur mon blog. On a une vision de la ville rien qu'en s'asseyant derrière le chauffeur du bus, et on est à l'abri de tout. Et c'est cette vie quotidienne là qu'il faut vivre avec simplicité, d'ailleurs les élus en Europe du Nord savent le faire, et dans une ville aussi dense qu'Issy-les-Moulineaux, il y a de la place pour les élus qui utilisent l'Autolib', le Vélib', les pieds, le tramway, ou les métros.

Et justement, pour les bouchons, quelle est votre proposition ?

On a demandé à rencontrer Jean-Paul Huchon, président du STIF, pour pouvoir parler avec lui des transports en commun. Nous avons des propositions que nous dévoilerons au moment opportun. Il y a un gros travail à faire avec les entreprises, elles en sont demandeuses : nous avons rencontré plusieurs dirigeants d'entreprises sur la ville, pour qu'on revoit notamment tout le plan de déplacement urbain et qu'on revoit le déplacement vers l'entreprise, notamment pour étaler les heures d'arrivées, revoir certaines modalités de transports en commun. Il y a un vrai travail à faire.
 Il faut aussi arrêter la surdensification : les trois tours au pont d'Issy, c'est une hérésie aujourd'hui, car le tramway, le RER C et les bus sont complètements saturés le matin. Est-ce que la ville peut absorber les 13000 salariés en plus prévus avec les trois Tours qui font jusqu'à 190 mètres de haut ? Il faut plus travailler en amont avec les entreprises, pour définir les modalités des services publics qui aideront la ville, au lieu de faire pousser des tours. En se concertant, on peut arriver à gagner des minutes précieuses sur les bouchons. Et nous serons un partenaire exigent du STIF. Je pense que le maire et ses équipes ne prennent plus assez souvent le RER pour voir que le matin, il est engorgé, avec des trains parfois à 15 minutes d'intervalles, parfois à seulement deux, vides. Il y a peut-être un truc à revoir.
 

 Vous préconisez, sur votre blog, la création d'espaces verts, pour ne plus avoir "d'arbres sur le béton"...

On est ici place Corentin Celton, vous avez juste à côté l'exemple même d'une dalle qui sert au marché trois demi-journées par semaine, et qui n'a aucun autre usage urbain le reste de la semaine, à part d'être battue par le vent et de servir à des piétons à traverser. Qu'est-ce qu'on fait de cet espace? C'est une vraie réflexion à lancer, et s'il n'y a rien à en faire, autant y mettre des arbres, de la végétation, que ça serve aux Isséens à respirer. C'est certes un tout petit peu plus de coût de fonctionnement parce que ça nécessitera que les jardiniers de l'agglomération fassent un travail plus conséquent.  On pourrait sur une place comme celle-là implanter des tables, avec des jeux d'échecs gravés, qui permettraient aux personnes âgées de venir jouer aux échecs l'été, à l'ombre, et faire en sorte que les enfants viennent apprendre ce jeu, que ce mélange entre générations puisse s'opérer. Aujourd’hui, l’espace public doit être mis au service des Isséens.
 

Que pensez-vous de l'arrivée du Grand Paris ? Est-ce que ce sera un bénéfice pour Issy-les-Moulineaux?

Oui, ce sera un bénéfice pour Issy-les-Moulineaux à une condition, c'est qu'on arrête de mentir aux Isséens sur le fait qu'on va prolonger la ligne 12 tout de suite : ce n'est pas vrai. Il n'y a pas d'argent dans le plan de mobilisation sur la région pour prolonger ce tronçon-là. Le tronçon nord, vers Aubervilliers, est prioritaire par rapport à Issy-les-Moulineaux, déjà très bien desservi en transports en commun, même s'il y a des horaires de saturation. On a, aujourd'hui sur la ville, une densité de transport en commun qui est hors norme pour une banlieue de ce type, par rapport à ce qu'on peut trouver dans le 93. La ligne 15 est effectivement une avancée, mais c'est insuffisamment négociée avec la population. Il y a de très grosses inquiétudes, notamment autour de la ZAC Léon Blum, de la part de la population, qui craint de se voir expropriée, pour qu'on détruise les HLM qui sont là aujourd'hui et qu'on les remplace par des immeubles un peu plus luxueux, des commerces plus luxueux en bas ou encore des bureaux pour rentabiliser des mètres carrés, pour permettre de financer le métro comme c'était prévu initialement. Alors oui, il y a un besoin de densification autour des gares parce que ce type de métro nécessite des aménagements urbains autour, mais il faut de la concertation, il faut conserver cette mixité entre les différentes activités que sont artisanat, commerces, bureaux et habitations. Issy-les-Moulineaux est devenue un puzzle, avec des morceaux mono-actifs. Il y a des quartiers qui sont vides le week-end, contrairement à la semaine, comme par exemple celui du Val de Seine. Les habitants de ce quartier ont des commerces qui sont fermés le samedi et le dimanche. Est-ce normal de ne pas pouvoir aller dans un restaurant, de ne pas avoir de boulangerie ouverte le week-end parce qu'elles sont uniquement ouvertes pour les bureaux dans la semaine ? C'est toute la ville qu'il faut repenser.

Un récent sondage paru dans le Monde montre qu'il y a plus de bureaux construit en Ile-de-France que de logements, bureaux qui restent vides. Est-ce le cas à Issy-les-Moulineaux ? Et que préconisez-vous sur le logement ?

Aujourd'hui, il y a 6 projets de tours de bureaux sur la ville. Nous ne savons pas aujourd'hui comment ces tours seront remplies. Il y a 2 millions de mètres carrés vides à la Défense. Patrick Balkany veut construire des tours à Levallois, il en a besoin pour renflouer ses caisses car il a un endettement record pour une ville de cette taille-là, et d'autres projets sur la région. Comme ces projets n'ont pas encore été ficelés, on pourrait transformer les tours en espace d'habitation. Aujourd'hui, il faut mixer dans l'habitat trois types: celui d'accession à la propriété, de location avec les différents dispositifs logements qui existent, et des logements acheté par l'opérateur HLM pour pouvoir loger directement des personnes tout en générant moins de coût de gestion. D'ailleurs, Anne Hidalgo avait fait tout un travail avec les différentes communes qui bordent Paris, sur le pacte logement qu'elle propose, et nous pourrions en être signataires.

 

 Allez-vous signer la charte de l'organisation "Anticor" ?

J'ai des amis et connaissances adhérents, j'apprécie beaucoup ce qu'ils font. S'ils me contactent, je pense que je signerai la charte, et s'ils ne le font pas, je la signerai de manière volontaire. Je suis attaché à ce qu'on renouvelle profondément la vie politique. On ne devrait pas avoir aujourd'hui de maire condamné qui se représente. Même en première instance. La crise de confiance dans le politique est telle qu'il faut savoir s'effacer, quitte à revenir après. Il y a une forme de négation de la justice permanente de la part des élus qui considèrent que, puisqu'ils n'ont pas avoué, ils ne sont pas coupables, et que la justice a forcément travesti la vérité. C'est compliqué après d'aller expliquer que les Français n'ont plus confiance dans leur justice et dans leurs institutions.

A propos de Santini qui efface les panneaux des autres candidats selon votre communiqué de presse, vous pouvez m'en dire un mot ?

Le code de l'environnement prévoit que dans toutes les villes, il y ait un espace réservé à l'expression libre. C'est un vieux reste de la loi de 1881, pendant de l'interdiction d’afficher de manière sauvage sur les bâtiments publics. Donc il y a dans cette ville des panneaux  d'expression libre, qui sont situés malheureusement dans des endroits peu passants, et en période électorale, il est normal que les partis politiques fassent de l'affichage sur ces panneaux dédiés à l'affichage d'opinion. Or, il se trouve que depuis quelques temps, les panneaux sont nettoyés au kärcher tous les matins pour les trois partis aujourd'hui affichés : l'UDI, le Front de Gauche, et le parti socialiste.  Hier soir, nous avons fait un collage sur des panneaux qui étaient totalement vierges, décollé ce matin. Je considère que cette méthode est une atteinte à la liberté d'expression. Le maire a déjà tout les moyens d'expression : il a des panneaux, dans la ville, il a un journal municipal, et bien malin celui qui ne trouve pas sa photo dans les pages, voir deux ou trois. Donc soit il a très peur, soit il ne s'est pas encore fait à la démocratie moderne. C'est pour ça qu'il faudra le remplacer. C’est une bonne raison pour le chasser en 2014.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (1)

avatar

Le passant

29/11/2013 17:34

Le meme maire pendant + de 30 ans !
Soit Santini est extrêmement compétent, soit il tient la ville par les c...... et a placé ses amis a tous les niveaux.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

29/11/2013 17:34

Le meme maire pendant + de 30 ans !
Soit Santini est extrêmement compétent, soit il tient la ville par les c...... et a placé ses amis a tous les niveaux.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb