France Société

Insupportable censure contre Cantat ou Polanski

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

Richard Bellia

La photo du chanteur Bertrand Cantat est de Richard Bellia. Il est photographe et avait une expo de photos près de Lyon. Sauf que la mairie a fait savoir que la photo de Cantat était inopportune...

Le photographe professionnel Richard Bellia expose à Tassin-La-Demi-Lune, près de Lyon (Rhône). Comme il a photographié de nombreux artistes, il propose "40 ans de clichés"à l'Atrium, jusqu'au 11 décembre. Petits coups d'oeil sur une oeuvre considérable. L'expo est finie, on retouvera ses photos sur son site : richardbellia.com. Une présentation de l'expo sur La Tribune de Lyon (payant).


L'annonce de l'exposition sur le site de l'Atrium.

 

Copie de la page Facebook de Richard Bellia (à gauche), le 20 novembre...

Content d'annoncer que la mise en place était faite et que le vernissage s'était bien passé, l'artiste a même montré sur sa page Facebook la photo de Bertrand Cantat (on vous la remet). Hélas, c'est par là qu'il a rapidement été attaqué. A la mairie de Tassin, un directeur de cabinet, Philippe Simon, « sensible à l'image que nous véhiculons » a demandé le retrait de la photo. Il explique à l'hebdo local  : «Exposer l'image de Bertrand Cantat sans explication peut être perçu comme une apologie du féminicide... D'après moi, Bertrand Cantat n'est plus le chanteur de Noir Désir mais le type qui a tué sa compagne. »


La querelle éclate sur les réseaux sociaux. On lit par exemple, tel quel : « Bertrand Cantat doit être retiré merci pour être remplacé par genesis p orridge pas d'assassin dans une expo rock merci » La polémique est révélée par un article du Progrès intitulé : "Enlever la photo de Cantat ? C'est "non" pour le photographe des stars du rock". Richard Bellia publie ce scan de l'article (c'est à peine lisible).



A Montpellier, le film de Polanski retiré

Le cinéma Nestor-Burma (photo Montpellier-Métropole).


Encore plus invraisemblable, à Montpellier (Hérault), le cinéma "de quartier" Nestor-Burma géré par Montpellier Métropole a fait retirer de l'affiche le film "J'accuse" du cinéaste Roman Polanski. La Gazette de Montpellier a obtenu cette expliction, publiée dans un communiqué de la mairie : « Au regard de la situation judiciaire de Mr Roman Polanski et des engagements constants de la Ville de Montpellier dans la lutte contre les violences faites aux femmes, le film "J'accuse" du réalisateur est retiré de la programmation du cinéma municipal Nestor Burma. » Les séances des 11 15 et 17 décembres sont annulées, signale l'hebdomadaire.


Le cinéaste Roman Polanski et l'affiche du film J'accuse.
 

 

Alors justement, la situation de Roman Polanski, quelle est-elle ? Il a été poursuivi aux Etats-Unis pour une agression sexuelle sur Samanta Gaimer, 13 ans, en 1977. Le juge de Los Angeles (Californie) l'a laissé en liberté mais Roman Polanski a fui le pays sans être jugé. La plus récente accusation date de 2017 : Renate Langer dit avoir été violée par Roman Polanski a Gstaad (Suisse) quand elle avait 15 ans, en 1972, précise Europe1. Il y a deux autres accusatrices âgées de 16 ans lors de leur rencontre, l'une en 1977...


Il faut rappeler ici qu'un homme est innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable par un tribunal. Or dans le cas Polanski, les accusations ne sont pas soutenues par une enquête (sauf en Californie) et seraient, en France, frappées de prescription. Les gens qui auraient une opinion défavorable sur Roman Polanski (ou Bertrand Cantat) peuvent simplement ne pas voir ses films (aller à ses concerts). 


Le débat s'est ouvert. Le Huffington titre le 8 novembre : "Roman Polanski, Bertrand Cantat : doit-on continuer de séparer l'artiste de l'homme ?" Le Monde signale le 17 novembre : "Des projections de J'accuse annulées à Rennes suite à l'intervention de militantes féministes". Une avant-première à Paris, le 12 novembre, a aussi été annulée. Le "tribunal populaire" des réseaux sociaux, ou la vindicte populaire, a-t-elle priorité sur le droit tout court. La condamnation morale d'un individu doit-elle conduire à brûler son oeuvre ou à effacer jusqu'à son image ?




 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb