Accueil Les billets du mulot



ParisDepeches héberge un mulot véhément et vous propose les billets d'humeur, les coups de gueule et les états d'âme du rongeur masqué.




"Hollandisation"



"Le parti de l'argent a trop de candidats dans cette élection", a lancé Benoît Hamon lors de son meeting, dimanche, à Paris Bercy.
Bel effet de manche comparable à celui, contre la finance, d'un certain François Hollande, au Bourget, en 2012.
On sait comment ce dernier a respecté son engagement !
Je constate, en tout cas, que le candidat du Parti socialiste fait l'objet d'un mauvais procès de la part des "vallsistes" et de certains membres du gouvernement : plus ça va, plus il se "hollandise".

Le mulot

publié le  20/03/2017

Noms d'oiseaux




Selon des informations recueillies par Rue89, il devient périlleux de lire Le Canard dans la rue ou dans le métro. Des individus peuvent cracher sur votre journal ou vous donner des noms d'oiseaux.
Ces incivilités sont commises par des électeurs de droite déchaînés contre "l'enchaîné" après les révélations concernant François Fillon.
Ce n'est pourtant pas la faute au Canard si le candidat LR à la présidentielle a enchaîné les erreurs (les délits ?), s'exposant ainsi aux coups de bec du volatile. Gageons que, si l'hebdo satirique s'en prend à des adversaires de François Fillon, les mêmes individus s'empresseront de l'acheter.

Le mulot, totalement solidaire du palmipède.

publié le  18/03/2017

"Riposte républicaine"



Il est heureux de voir enfin des élus et sympathisants LR, sous l'impulsion de Christian Estrosi, appeler à faire barrage au FN et à battre Marine Le Pen. "C'est un devoir national", précise le texte rédigé par les membres de ce comité "Riposte républicaine".
Voilà qui sonne aussi comme un rappel pour François Fillon : à force de critiquer le bilan de François Hollande et d'attaquer son supposé "hologramme", Emmanuel Macron, le candidat des Républicains semble avoir oublié cette donnée politique fondamentale.
La tactique électorale n'autorise pas François Fillon à ignorer son principal adversaire.

Le mulot

publié le  16/03/2017

Chantier Molière



Pour protéger les marchés publics du BTP de la concurrence des travailleurs détachés, certaines collectivités territoriales (de droite…) ont imaginé une "clause Molière" : la langue de travail sur les chantiers doit être le français.
Le principe se discute, mais pourquoi donc accoler le nom de ce prestigieux auteur dramatique au coulage du béton - activité fort honorable au demeurant -, alors que lui-même n'avait d'autre préoccupation que de monter sur les planches !
Réservons plutôt notre Molière national à la défense de la langue française. C'est un chantier, hélas fort difficile, qui lui conviendrait mieux.

Le mulot

publié le  15/03/2017

Costard



François Fillon se serait fait offrir près de 48 500 euros de vêtements par un "ami généreux". "Et alors ?", s'est offusqué l'ancien Premier ministre en se demandant si, bientôt, on n'allait pas s'interroger sur ses achats de camisoles ou de slips.
Je comprends son agacement devant ceux qui cherchent ainsi à lui tailler un costard.
Mais je m'interroge aussi : il n'a pas assez d'argent, Monsieur Fillon, pour se payer lui-même ses costumes ? Serait-il à ce point démuni qu'il doive solliciter la générosité d'un ami, au risque de devoir lui renvoyer tôt ou tard l'ascenseur ?
Il semble bien que, décidément, le candidat des Républicains a un problème avec l'argent. Comme Nicolas Sarkozy, du reste !

Le mulot, à poil comme d'habitude.

publié le  13/03/2017

Autodestruction

Des chercheurs saoudiens ont mis au point un dispositif nous permettant de détruire à distance et en quelques secondes, la puce électronique de notre smartphone. Voilà qui serait intéressant en cas de vol !
Mais à quand un procédé permettant de détruire à distance les fausses informations, les rumeurs infondées et autres atteintes à la personne qui naviguent sur les réseaux sociaux en essayant de nous voler la campagne présidentielle ?
Je rêve sans doute...

Le mulot

publié le  12/03/2017

Irrespirable !


"60 Millions de consommateurs" nous met en garde contre une quarantaine de produits d'entretien ménager et dénonce une "pollution majeure de l'air intérieur".
Déjà que l'air extérieur, avec le CO2 et les particules fines, pose de nombreux problèmes de santé !
Le pire, c'est que la campagne présidentielle n'offre aucun endroit où se réfugier : l'atmosphère y est irrespirable.

Le mulot, qui se contentera du peu d'air de son terrier.

publié le  09/03/2017

Le Sarkillon nouveau est arrivé !

J'apprends que la fameuse rencontre Sarkozy-Juppé-Fillon n'aura pas lieu.
Pourquoi le maire de Bordeaux se rendrait-il à un rendez-vous où il n'a plus rien à dire ! Il a déjà parlé et ne poussera pas le masochisme jusqu'à assister au mariage (forcé) des deux autres.
Car il est clair que, si François Fillon a pu déchirer sans trop de mal le plan B, il est lui-même devenu le féal des sarkozystes.
Souvenez-vous des visages qui apparaissaient derrière le sien lors du rassemblement au Trocadéro : ceux de François Baroin (futur premier ministre de Fillon en cas de victoire ?) et de Luc Chatel. Entre autres...
Le (toujours) candidat n'est pas entouré, mais cerné, ce qui n'est pas tout à fait la même chose !


Le mulot

publié le  07/03/2017

... et je retourne ma veste !

Remis en selle par le comité politique des Républicains, François Fillon va pouvoir, après la primaire de la droite, savourer une nouvelle victoire : il verra revenir vers lui, les uns après les autres, ceux qui avaient quitté le navire.
Ils étaient une bonne centaine. Pierre Lellouche, Sébastien Huyghe, Thierry Solère ont amorcé un vaste mouvement de retournement de vestes...
Attention, toutefois ! Pour François Fillon, c'est une victoire par défaut et rien ne dit qu'en s'obstinant, il ne prendra pas une veste le 23 avril !

Le mulot, qui ne peut s'empêcher de rire.

publié le  07/03/2017

Brutus de droite

On a souvent ironisé sur les "Brutus" de François Hollande : Emmanuel Macron suivi, d'une lame plus courbe et acérée, de Manuel Valls.
La droite fait beaucoup mieux !
Elle demande maintenant (les sarkozystes, en premier, dont personne n'ignore leur art d'aiguiser les couteaux) à François Fillon de se choisir lui-même son assassin - pardon, son successeur ! - pour que la présidentielle reste gagnable.
Je vois d'ici François Fillon regarder dans les yeux François Baroin ou un autre et lui demander d'enfoncer le poignard pas trop près du coeur quand même...

Le mulot, qui n'a jamais vu une tragédie aussi comique !

publié le  06/03/2017

Juppé le Sage !

En déclarant qu'il ne serait pas candidat à la présidence de la République, Alain Juppé a fait preuve de sagesse. Il ne s'est pas laissé griser par le fol espoir de ses propres partisans qui, déjà, au vu d'un sondage, le voyaient au second tour et probable vainqueur en mai prochain.
"Les Français veulent un renouvellement. Je ne l'incarne pas"... "Pour moi, il est trop tard"..."Je n'ai pas l'intention de m'engager dans des tractations partisanes ni marchandage de postes"...
Voilà une musique agréable à l'oreille dans la cacophonie actuelle ! Voilà des mots de lucidité et de vrai courage politiques !
Monsieur Fillon devrait s'en inspirer.

Le mulot

publié le  06/03/2017

Suicides



"On a annoncé le suicide de ma femme mercredi matin sur des chaînes de télévision", a affirmé, sur France 2, dimanche soir, François Fillon.
Tout le monde cherche et jusqu'à présent personne n'a trouvé le ou les chaînes "coupables"… Elles n'existent apparemment que dans la tête du (toujours) candidat LR à la présidentielle.
François Fillon, à en croire la plupart des membres de sa famille politique, ferait mieux de s'interroger sur le suicide qu'il s'apprête à commettre pour la droite.

Le mulot

publié le  06/03/2017

Guerre civile



François Fillon, "l'assassiné" politique qui assassine la justice, attend ses partisans dimanche après-midi au Trocadéro, à Paris. Ce sera une bonne affaire pour les autocaristes…
Mais ce ne sera certainement pas de tout repos pour les autorités. Qui peut imaginer qu'un tel rassemblement, dans une campagne présidentielle hystérisée, ne déclenchera pas une contre-manifestation avec des pancartes "Fillon menteur", "Fillon voleur" et autres ?
Voilà donc un candidat dénonçant un "climat de quasi-guerre civile" prêt à troubler gravement l'ordre public par simple souci de sa candidature.
Apparemment, François Fillon n'en est pas à une contradiction près !

Le mulot, inquiet.


publié le  02/03/2017

Le poids des mots



Quand François Fillon dénonce un "climat de quasi-guerre civile", quand Marine Le Pen tient des propos menaçants envers les fonctionnaires, quand Emmanuel Macron qualifie la colonisation de "crime contre l'humanité", on se demande si les trois principaux candidats à l'élection présidentielle ont bien conscience de leurs énormités de langage !
Ne manque plus que Jean-Luc Mélenchon. Je ne doute pas qu'il rattrapera son retard, lui le spécialiste des paroles excessives. Il est en séance d'échauffement : le candidat des "Insoumis" vient de traiter le Parti socialiste de "corbillard"…
Ah, qu'il était bon le temps des "petites phrases" simplement vachardes !

Le mulot

publié le  28/02/2017

Figaro-ci, Figaro-là !

Ils ne savent plus quoi faire au Figaro.fr !
"OM-PSG : chez les personnalités, qui soutient qui ?" affichent-ils dans leur "scan sports".
C'est vrai que c'est de la plus haute importance !
Mieux vaut parler de ça que des opinions des dites personnalités sur les divisions politiques de la France.

Le mulot, agacé.

publié le  26/02/2017

Cheval de Troyes



François Baroin est d'une étonnante souplesse.
Il était l'enfant chéri de Jacques Chirac. Las ! l'ancien président est à la retraite. Il devait devenir le Premier ministre de Nicolas Sarkozy. Las ! l'ex-président a chuté à la primaire de la droite. Et voilà qu'il deviendrait le Premier ministre de François Fillon en cas de victoire du candidat LR à la présidentielle !
François Baroin a la capacité de se glisser dans n'importe quel cheval de Troyes pour s'emparer de Matignon.

Le mulot, admiratif

publié le  26/02/2017

Requins



Après la mort d'un bodyboarder attaqué par un requin à La Réunion, la polémique rebondit : faut-il tuer ces squales pour laisser les surfeurs profiter pleinement et sans danger de leur sport ? Leur champion Kelly Slater va même jusqu'à réclamer "un abattage massif" de cette espèce marine. Certains demandent, plus gentiment, une régulation de la population des requins.
Au lieu de cela, il faudrait peut-être réguler la population des surfeurs qui s'imaginent que la mer leur appartient et qui s'aventurent sur les vagues au gré de leurs envies ! S'il n'y a plus de surfeurs en certains endroits de nos côtes, la mer n'en souffrira aucunement. En revanche, s'il n'y a plus de requins en ces mêmes lieux, la mer en souffrira car on perturbera la chaîne alimentaire en son sein.
Veut-on une mer morte, déjà proche de l'état de poubelle, sur laquelle surferont joyeusement des irresponsables ?

Le mulot qui, du fond de son trou, imagine quand même la terreur que doit provoquer l'irruption d'un squale.

publié le  25/02/2017

Rien à foutre !





La dénommée Le Pen , Marine de son prénom, a décidé de défier les autorités judiciaires, autrement dit la Loi de la République, en refusant de répondre à toute convocation avant les législatives de… juin, sur le problème de ses assistants parlementaires.
Le dénommé Fillon, François de son prénom, s'insurge contre les autorités judiciaires car, prétend-t-il, le parquet national financier n'est pas légitime pour juger de son problème d'assistants (te) parlementaires.
Autrement dit, ces gens-là n'en ont rien à foutre de la République !
Cela promet !
Si l'une ou l'autre accède à L'Élysée, tout sera possible !

Le mulot, désespéré.

publié le  24/02/2017

Effet boomerang ?




"Terrorisme médiatique", "lynchage", "lapidation" et même "assassinat"… François Fillon et son entourage se sont inscrits au concours du mot le plus violent pour dénoncer les médias.
Le candidat de la droite à l'élection présidentielle "lepénise" son langage comme avait cru bon de le faire Nicolas Sarkozy lorsque celui-ci était englué dans des affaires judiciaires.
Ce type de défense est très dangereux et surtout inefficace. Il pourrait même se retourner contre le jeteur d'anathème : imagine-t-on François Fillon demander gentiment aujourd'hui aux médias de l'aider à bien présenter son programme aux lecteurs ou auditeurs ?

Le mulot, surpris.

publié le  11/02/2017

Mon beau château...



François Fillon a estimé sa demeure de Solesmes à 750 000 euros.
Il s'agit en réalité d'un château du XIVème siècle, de 1 107 m2, sur un parc de 12 hectares, avec dépendances... Du coup, certains s'interrogent sur la réalité de cette évaluation. Le site Slate.fr a essayé de comparer le chiffre avancé avec les estimations de notaires sarthois. Bien que ceux-ci, prudents sans doute et craignant peut-être des retours de bâton, insistent sur la fragilité de telles évaluations, on arrive à une somme bien supérieure : plus de 1,4 million d'euros.
François Fillon a-t-il sous-estimé la valeur de sa maison avec l'aplomb dont il aurait fait preuve pour surévaluer le travail de sa Penelope ?

Le mulot, perplexe.

publié le  09/02/2017

Casques et gilets



Benoît Hamon a décidé de faire campagne la nuit. Ainsi s'est-il glissé dans les boyaux du métro parisien, "casque de chantier sur la tête, gilet fluo orange sur les épaules", nous rapporte le Huffington Post.
C'est mieux que de devoir faire campagne équipé d'un casque lourd et d'un gilet pare-balles comme…
Ah, vous voyez bien qui !

Le mulot, bien à l'abri.

publié le  08/02/2017

Pourquoi tu tousses ! ?




La Cour des comptes invite l'État à revoir l'organisation de la vente au détail des cigarettes, en supprimant le monopole des débitants de tabac.
Si les buralistes constatent qu'on veut encore une fois leur carotter leur chiffre d'affaires, nul doute qu'ils vont tousser comme des malades !

Le mulot

publié le  08/02/2017

Barjot barjo !





Frigide Barjot, l'ex-égérie de la Manif pour tous, a lancé lundi une pétition pour soutenir François Fillon. Tout le monde a le droit de soutenir ce (toujours) candidat à l'élection présidentielle. Mais la raison invoquée a de quoi surprendre : "François Fillon défend la famille et la filiation…"
Autrement dit, s'il a effectivement détourné de l'argent public, ce n'est pas grave ! On peut tout se permettre quand on "défend la famille".
C'est une drôle de citoyenne, Frigide Barjot !

Le mulot

publié le  07/02/2017

Hologramme mondial



Jean-Luc Mélenchon nous a fait le coup de l'hologramme pour être présent à la fois à Lyon et à Aubervilliers. Bien joué !
Mais il ne devrait pas s'arrêter là, le champion des "défis du futur", le conquérant des "nouvelles frontières de l'humanité".
S'il apparaissait en hologramme à la Maison-Blanche, il pourrait peut-être persuader Donald Trump de renoncer à son mur entre les États-Unis et le Mexique.
S'il apparaissait en hologramme au Kremlin, il pourrait peut-être persuader Vladimir Poutine de respecter les limites de l'Ukraine.

Le mulot, un peu trop rêveur sans doute.

publié le  06/02/2017

L'étonnante ressemblance !




Maintenant que les programmes économiques de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen sont mieux connus, on est étonné de voir à quel point ils se ressemblent.
Retraite à 60 ans, abrogation de la loi El Khomri, revalorisation des bas salaires, mesures protectionnistes… L'arsenal de l'un pourrait être pris par l'autre.
Quant au chiffrage des promesses, il est aussi imprécis d'un côté que de l'autre.
Heureusement que sur les sujets sociétaux, c'est le grand écart. Autrement, on pourrait facilement parler de confusion des extrêmes !

Le mulot, intrigué.

publié le  06/02/2017

Victime et victime




François Fillon se présente en victime dans le Penelopegate.
Mais, au fur et à mesure que nous parviennent informations et révélations, on se demande si la véritable victime dans cette affaire n'est pas Penelope elle-même. Peut-être ignorait-elle en réalité le rôle que son mari voulait lui faire jouer ?
Le candidat à la présidentielle a accusé "Le Canard" de misogynie. Serait-il, contrairement à ses soudaines marques d'affection en public, le pire des misogynes ?

Le mulot, bousculé par sa mulote !

publié le  04/02/2017

Gueule



Jean-Christophe Cambadélis avait dit qu'à "3 millions de votants", il se soûlerait la gueule.
Devant la piètre participation enregistrée hier pour le premier tour de la primaire de la gauche, le Premier secrétaire du PS doit se contenter de tirer la gueule.

Le mulot, goguenard.

publié le  23/01/2017

Fait alternatif ! ?



La conseillère de Donald Trump, Kellyanne Conway, vient d'inventer un nouveau concept politique. Pour contrer les médias américains qui avaient révélé que, contrairement aux dires du président, il n'y avait pas eu un million et demi de personnes à assister à son investiture, elle a parlé de "fait alternatif".
Voilà le joli nom qui habillera désormais le mensonge !
Ils ont de l'imagination de l'autre côté de l'Atlantique.
On leur doit déjà le concept de "post-vérité" qui n'est rien d'autre que la diffusion de fausses nouvelles en toute connaissance de cause. Des manipulations qui ont grandement facilité l'élection de Donald Trump et le Brexit.
La vérité n'a jamais eu la cote auprès des politiques, mais là, la cote d'alerte est dépassée !

Le mulot, effaré.

publié le  23/01/2017

Anti-langue de bois !



Lors de son meeting à Lille, samedi, Emmanuel Macron s'est inquiété de voir à quel point l'alcoolisme et le tabagisme sévissaient dans le Nord-Pas-de-Calais et s'est interrogé publiquement sur le comportement de chômeurs "tirant sur leurs droits jusqu'au bout".
Horreur !
C'est une "insulte", la marque d'un "mépris social", se sont indignés les autres responsables politiques, de l'extrême droite à l'extrême gauche, tous unis dans le même déni de certaines réalités sociales et par la même langue de bois.
C'est peut-être parce qu'il parle vrai qu'Emmanuel Macron a tant de monde dans ses meetings !

Le mulot

publié le  16/01/2017

Crit'Air a des ratés

La fameuse vignette Crit'Air est obligatoire à partir de ce lundi pour circuler dans Paris.
"Nous avons atteint les 2,5 millions de demandes de la part d'automobilistes", s'est réjouie Ségolène Royal.
Encore faut-il que les vignettes arrivent à leurs destinataires. Moi, j'ai demandé la mienne tout début janvier et je ne l'ai toujours pas reçue...
Je me réjouissais à l'avance de mettre le museau dehors pour respirer enfin le bon air de la Capitale, mais je devrai encore circuler... sous terre !

Le mulot, dépité.

publié le  16/01/2017

Saint François



"Je suis chrétien, ce qui veut dire que je ne prendrai jamais une décision contraire à la dignité humaine"…
François Fillon, soupçonné d'avoir un programme anti-social, a une façon bien étrange de rassurer les Français, comme si tous étaient ses ouailles. Faute d'arguments politiques, bientôt, il en appellera à l'Esprit-Saint et utilisera les mots de la compassion.
Mais je ne suis pas sûr que, s'il arrive à l'Élysée avec ses réformes de la sécu, du temps de travail, etc., il ait la bénédiction des travailleurs les plus pauvres.

Le mulot

publié le  04/01/2017

Des "vœux" pour Manuel



Manuel Valls ne devrait pas aller sur le site Internet du JDD aujourd'hui ! Cela pourrait le mettre de très mauvaise humeur.
Il espérait sans doute qu'à l'instar de plusieurs ministres du gouvernement, Bernard Cazeneuve le soutiendrait dans la primaire de la gauche. On se souvient d'un passage du témoin chaleureux entre l'ancien et l'actuel premier ministre.
Las ! voilà que Bernard Cazeneuve indique qu'il ne soutiendra aucun candidat et qu'il tacle même son prédécesseur en affirmant que le 49.3 "peut être utile".
En prime, le JDD rapporte des propos tenus en privé par François Hollande. Manuel Valls, selon le président, fait trop de "zigzags" et n'a pas beaucoup d'idées.
L'Élysée et Matignon lui présentent leurs meilleurs vœux pour 2017 !

Le mulot

publié le  31/12/2016

Obama piégé !



Pour riposter aux cyberattaques qui, apparemment, ont affecté l'élection présidentielle américaine, Barack Obama a décidé de renvoyer 35 diplomates russes.
Tout le monde s'attendait à une contre-riposte du même acabit. D'ailleurs, Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères, s'apprêtait à renvoyer à son tour un nombre équivalent de diplomates américains. Mais Vladimir Poutine l'a déjugé : pas de représailles ! Il ne faut pas se rabaisser ! Il faut calmer le jeu !
Le président russe fait ainsi coup double : il ridiculise Barack Obama et se met dans les petits papiers de Donald Trump, gêné aux entournures par cette affaire.
Décidément, l'hôte de la Maison-Blanche aura eu tout faux avec le chef du Kremlin. Ce qu'il se passe en Syrie en fournit constamment la preuve.

Le mulot,

publié le  31/12/2016

Les routes de Ségolène



Ségolène Royal a inauguré ce jeudi, dans l'Orne, un tronçon routier de 1 kilomètre recouvert de panneaux photovoltaïques. "La route solaire !" a-t-elle claironné.
Espérons que ce beau projet (de 5 millions d'euros tout de même) n'aboutira pas à une déroute financière.
On se souvient que la ministre de l'Environnement alors présidente de la Région Poitou-Charentes avait voulu lancer sur nos routes la Mia, une voiture électrique construite sur le site industriel du constructeur Heuliez en Deux-Sèvres. L'expérience avait tourné au fiasco : 20 millions d'euros investis à perte !
La conduite de Ségolène Royal n'est pas toujours très prudente.

Le mulot

publié le  22/12/2016

Valls envoie valser !



Pour bien montrer qu'il a tourné la page de son séjour à Matignon, Manuel Valls veut supprimer le recours au 49-3, qu'il a pourtant utilisé six fois, et maintenant se déclare partisan de la suppression de la Cour de justice de la République, après la décision de la CJR de dispenser de peine Christine Lagarde.
Que va-t-il encore envoyer valser ?
À vouloir ainsi mener la danse dans la primaire de la gauche, l'ex-premier ministre risque de se marcher sur les pieds : on attend de lui des propositions plus que des suppressions.

Le mulot

publié le  21/12/2016

Si tu veux la paix...




Le général Pierre de Villiers, chef d'état-major des Armées, a signé une tribune dans Les Échos pour demander une hausse progressive du budget de la défense. "Le prix de la paix, c'est l'effort de guerre", a-t-il plaidé.
Ce faisant, il paraphrase la célèbre maxime Si vis pacem, para bellum (Si tu veux la paix, prépare la guerre). Le général n'a pas oublié son latin.
Mais il a sans doute oublié son devoir de réserve.

Mulus (Le mulot)

publié le  21/12/2016

Les lois du hasard

Qui a organisé les villes en mettant les logements ici, les emplois là, les centres commerciaux ailleurs ? Qui s'est fait rouler par les grandes firmes de l'automobile sur les émissions de particules ? Qui n'a trouvé pour résoudre le problème de la pollution que la loi du hasard, plaques paires ou impaires ? Après, quand le peuple voudra le hasard, le tirage au sort, pour choisir ses représentants, il ne faudra pas s'étonner...

publié le  19/12/2016

Rassemblement



Tous les candidats ou presque de la primaire de la gauche (ou plutôt du PS et associés…) n'ont que ce mot-là à la bouche !
Le dernier en date, Vincent Peillon. Il veut rassembler "pour gagner" (parce qu'il y a un autre objectif possible ?). Manuel Valls, lui, veut faire "gagner tout ce qui nous rassemble", et cetera, et cetera.
Ça devient pathétique !
La Belle alliance populaire de Jean-Christophe Cambadélis rassemble tant de rassembleurs qu'elle va donner lieu à l'exact contraire.

Le mulot

publié le  12/12/2016

Un président ne devrait pas faire ça...



Le renoncement de François Hollande suscite dans les milieux politique et médiatique deux compliments : il a fait preuve de "lucidité" et de "courage".
Moi, j'ai plutôt envie de prendre l'autre bout de la lorgnette : en décidant de ne pas se représenter alors qu'il est président en exercice, François Hollande fragilise sa fonction.
Comment pourra-t-il assumer pleinement ses responsabilités et affronter avec force les épreuves qui surviendront immanquablement dans les cinq mois qui restent ?
Quelle sera la voix de la France dans un concert international de plus en plus discordant avec un Poutine qui force les aigus et un Trump qui racle du violon ? Que pourra faire le sous-locataire de l'Élysée, face à une Angela Merkel plus solide que jamais, si une nouvelle crise européenne se déclenche. N'oublions pas les risques liés au référendum italien et à l'élection présidentielle autrichienne, ce dimanche ! Enfin, quelle sera son autorité si un acte terroriste majeur vient encore assombrir notre pays, surtout si, en prime, on change de premier ministre du fait d'une candidature Valls à la primaire socialiste ?

Le mulot, inquiet !

publié le  03/12/2016

À contretemps




Alors qu'à la tête de l'exécutif, on frôle la crise de régime et que la primaire de la gauche se met péniblement sur les rails, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a jugé que le moment était venu de présenter à la presse le programme présidentiel socialiste !
En prenant une tête d'enterrement, il a débité mardi un certain nombre de propositions dont il sait par avance qu'elles finiront à la poubelle puisque, par définition, c'est le vainqueur de la primaire de la gauche qui concoctera le menu. Or celui-ci sera très différent selon les candidats : un François Hollande, un Manuel Valls, un Arnaud Montebourg, etc. ne cuisinent pas de la même façon et ne privilégient pas les mêmes plats.
Peut-être Jean-Christophe Cambadélis espérait-il faire ainsi diversion ou montrer qu'il n'y avait pas que François Fillon à avoir des idées fortes, susceptibles de provoquer le débat.
C'est raté !

Le mulot

publié le  30/11/2016

Étiquettes et papiers




Sitôt François Fillon proclamé grand vainqueur du premier tour de la primaire de la droite et du centre, les élus sarkozystes ont immédiatement changé d'étiquette. Les voilà "fillonistes" convaincus, engagés ! Brice Hortefeux a oublié qu'il était pendu aux basques de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati ne s'est plus souvenue des qualificatifs qu'elle avait employés pour rejeter le bouseux de la Sarthe, François Baroin a avalé d'une bouchée son portefeuille de premier ministre désigné, Laurent Wauquiez chauffe la salle lors des meetings de l'ex-"collaborateur" (en espérant rester à la tête du parti Les Républicains), etc.
Quant à Bruno Le Maire, il a tout de suite jeté au feu les mille pages de son programme.
Les Français ont, une nouvelle fois, la démonstration de l'inconsistance, de la versatilité de notre corps politique. On peut leur faire le coup de "la grande famille" de la droite. Ils sentent bien qu'il y a plein de trahisons dans cette famille-là !
Si jamais Alain Juppé est le gagnant dimanche prochain, ne vous inquiétez pas : ils changeront encore d'étiquette.
Mais rien ne prouve qu'ils seront alors dans les petits papiers du maire de Bordeaux…

Le mulot

publié le  24/11/2016

C'est une honte ?



"Quelle indignité…", "Ce n'est pas l'idée que je me faisais du service public. C'est une honte", a lancé Nicolas Sarkozy à David Pujadas, qui lui posait une question sur l'affaire Takieddine, lors du dernier débat télévisé de la primaire de la droite.
Il est bien là le problème de l'ex-président de la République : alors qu'il lui suffisait d'écarter la question d'un revers de main en disant tout simplement qu'elle n'avait pas à être posée dans ce type de débat, il a fallu qu'il porte un jugement moral et insulte à la fois un journaliste et le service public !
Je pense, moi, que c'est honteux de se conduire ainsi et, plus grave, que ça augure mal de l'attitude de Nicolas Sarkozy vis-à-vis des médias si jamais il revient à l'Élysée.

Le mulot

publié le  19/11/2016

Rose et bleu



Le nouveau logo de Marine Le Pen pour sa campagne présidentielle est une rose bleue.
Surprenant !
Même si la présidente du Front national va chercher, avec son programme, à nous peindre la vie en rose.
Même si cette femme politique, championne de l'exclusion, n'apparaît pas très fleur bleue.
En fait, elle cache les épines.

Le mulot

publié le  17/11/2016

Dis-moi, mon bon sondage !



Les hommes politiques sont incorrigibles !
Ils ont constaté, comme tout le monde, que les sondeurs s'étaient totalement trompés pour l'élection présidentielle américaine et ils se fient toujours aux prévisions des instituts sollicités par les médias (que j'estime coresponsables du phénomène).
Pour la primaire de la droite, ça devient de la folie !
On ne sait pas qui (quelle couleur politique ?) ni combien de personnes (ce qui pourrait tout changer !) iront voter le 20 novembre, mais on parle d'un Juppé qui a des ratés, d'un Sarkozy qui s'accroche à son volant, d'un Fillon qui surgit du virage, d'un Le Maire en panne…
Les 24 Heures, à côté, c'est de la rigolade !
Le pire, c'est que, tous ou presque, vous affirment dans le même temps qu'il faut se méfier des sondages. Sous-entendu : je suis bien mieux placé que ce que laissent croire les pourcentages.
Intox, poker menteur…
Attendons les résultats tout simplement.

Le mulot

publié le  14/11/2016

Dis-moi, mon beau miroir !



Les figures politiques françaises aiment se regarder dans le miroir américain. C'est plus fort qu'elles !
Avec l'élection de Donald Trump, toutes ou presque y voient le visage qui leur convient, celui qui est le plus à leur avantage. Marine Le Pen a été la première à se mettre devant le miroir. Nicolas Sarkozy, Alain Juppé ont suivi. Chacune voit donc dans le résultat de l'élection américaine une raison de se réjouir, de reprendre espoir pour elle-même ou d'alerter nos concitoyens du danger qui les menace…
Je préférerais que ces responsables prennent davantage le temps de regarder la France bien en face.

Le mulot, agacé.

publié le  10/11/2016

Parapluie pour Cherbourg !

Hervé Morin, le président de la région Normandie, a décidé de faire la pluie et le beau temps !
Il s'agace de voir, sur les chaînes de télé, des bulletins météo annonçant trop souvent du mauvais temps sur sa Normandie. Il leur demande de mettre sur leurs cartes Caen, Granville ou Avranches au lieu de... Cherbourg, qui serait ainsi à l'abri sous ses parapluies... mais renforcerait, du coup, sa mauvaise renommée météorologique !

Le mulot, sous abri, de toute façon.

publié le  09/11/2016

Marchand de frites !



Lors de son meeting lundi soir à Neuilly-sur-Seine, Nicolas Sarkozy a redit qu'il ne voulait pas que soient servis des plats de substitution dans les cantines scolaires. Pas de tables de juifs, pas de tables de musulmans, a-t-il martelé.
Que faire alors ?
L'ex-président a la solution : lorsqu'on sert des frites avec une tranche de jambon, que ceux qui ne mangent pas de porc aient une double ration de frites !
Pour ce qui est de la diététique, le candidat ne mérite pas une bonne note !
J'espère que son menu politique sera plus équilibré…

Le mulot, qui n'y croit guère !


publié le  08/11/2016

Billard à trois bandes




Pour mettre dans le trou Alain Juppé, Nicolas Sarkozy fait du billard à trois bandes.
En s'attaquant à François Bayrou, l'allié du maire de Bordeaux, il tente de démontrer qu'avec le Modem et le centre, d'une manière plus générale, on ne pourra avoir qu'une alternance molle, alors qu'il faut, au contraire, un changement profond, un traitement de choc. Que lui, Sarkozy, bien sûr, est le seul à pouvoir opérer.
Nouveau coup, plus subtil celui-là : sur France Info, mercredi, Nicolas Sarkozy a laissé entendre que, s'il est élu président de la République, il ne se représentera pas en 2022. Pourquoi ? Question d'âge ! Il terminerait son mandat à 67 ans et serait donc, si on suit sa logique, trop… vieux. Autrement dit, Alain Juppé, avec ses 71 ans, est déjà trop vieux pour solliciter un mandat présidentiel ! Il a dépassé depuis longtemps l'âge de la retraite politique !
Le problème pour Nicolas Sarkozy, un habitué des coups directs, c'est qu'en jouant de cette façon, il risque de déchirer le tapis…

Le mulot

publié le  03/11/2016

La ferme !

"Il devrait la fermer"...
La petite phrase d'Alain Rousset, le président de Nouvelle-Aquitaine, lâchée samedi lors d'un meeting à Cenon (Gironde), fait grand bruit. Tout le monde avait cru comprendre qu'elle visait François Hollande.
Non, non, assure maintenant Alain Rousset, pour le moins gêné : elle visait les politiques de façon plus générale. Je trouve l'explication plutôt vaseuse.
En fait, c'est lui qui a perdu, comme on dit, une bonne occasion de se taire.

Le mulot

publié le  02/11/2016

Un chat migrant ?



Marine Le Pen a voulu offrir un de ses chatons à Robert Ménard. Mais, indique le JDD, "il a saccagé une partie de l'appartement du maire de Béziers et terrifié son labrador". Du coup, Robert Ménard s'est débarrassé de cet 'étranger en le refilant à un de ses amis.
Peut-être que le petit chat s'est senti accueilli comme l'aurait été un migrant. Curieux, puisqu'il s'agit d'un cadeau lepéniste !

Le mulot, qui, pour une fois, rend hommage à un félidé.

publié le  31/10/2016




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Sélection de lectures

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb