Accueil Les billets du mulot



ParisDepeches héberge un mulot véhément et vous propose les billets d'humeur, les coups de gueule et les états d'âme du rongeur masqué.




Vous avez dit : complexe ?

Ils sont malades les bimanes et bipèdes !
Alors que chacun souhaite voir sa vie simplifiée, on annonce trois nouvelles catégories de consultations médicales à compter du 1er novembre.
Il y aura la consultation "complexe" à 46 euros, la consultation "très complexe" à 60 euros et la consultation "longue majorée" à 70 euros !
je ne doute pas qu'il y ait de bonnes raisons à ces réévaluations, mais le patient va sûrement faire un parallèle déstabilisant entre l'état de sa santé et le barème des tarifs appliqués.

Le mulot

publié le  14/09/2017

Avec des si...

Nous sommes bien placés ici pour rappeler le fameux dicton : "Avec des si, on mettrait Paris dans une bouteille."
Le leader marseillais des Insoumis a repris le dicton à son compte : avec des si, Jean-Luc Mélenchon se mettrait lui-même à l'Elysée et mettrait Benoît Hamon à Matignon !
Le jeu vous amuse ?
Si Vercingétorix avait battu César, et cetera, et cetera...

Le mulot

publié le  14/09/2017

Cocori... couac !

La reprise est là, se réjouissent les économistes.
Problème : en France, un produit acheté sur trois vient désormais de l'étranger. Le "made in France" qu'avait défendu, bec et ongles, Arnaud Montebourg n'a plus la cote auprès de nos compatriotes, si bien que la dite reprise fait plonger notre commerce extérieur.
Il va être temps pour Emmanuel Macron de nommer un nouveau ministre du Redressement productif.

Le mulot

publié le  10/08/2017

Vote blanc



Dans la nuit de vendredi à samedi, les députés ont rejeté un amendement permettant de comptabiliser les votes blanc dans les suffrages exprimés lors d'une élection présidentielle.
Je pense que c'est une erreur. Le vote blanc est un vote positif en ce sens qu'il exprime l'impossibilité pour l'électeur d'effectuer un choix devant l'offre politique proposée, mais qu'il ne traduit pas un rejet du processus démocratique. Il ne doit pas être confondu avec le vote nul qui est un geste négatif, de défiance, et il est bien préférable à l'abstention qui est le renoncement au droit de vote, pilier de notre vie démocratique.
En outre, il offre une opportunité aux électeurs qui sont tentés, par dépit, de voter pour les extrêmes.

Le mulot

publié le  30/07/2017

Esbroufe

Pour dénoncer les 5 euros sucrés des APL par le gouvernement, les Insoumis ont déballé des produits de consommation courante dans l'Hémicycle.
Foin de la démagogie ! Ce ne sont pas des coups d'es... bouffe que l'on attend d'une opposition parlementaire !

Le mulot

publié le  27/07/2017

Règle de 3... L

Petit rappel pour Emmanuel Macron qui enregistre une chute brutale de popularité et qui découvre chaque matin des titres et articles de presse de moins en moins louangeurs.
Les médias suivent la règle des 3 L : successivement, ils Lèchent, ils Lâchent, ils Lynchent.

Le mulot, qui, lui, n'est pas très doué dans cet exercice mathématique...

publié le  26/07/2017

Don d'ubiquité

Emmanuel Macron, contrairement à ce qu'on dit, n'est pas Jupiter. Il n'est pas le Dieu "présent partout dans le même instant" de la didactique religieuse.
Traduit dans le langage courant, il n'a pas le don d'ubiquité. On s'est fâché de ne pas le voir aux états généraux de l'alimentation. On a critiqué son absence à la conférence mondiale sur le sida, perçue comme "une marque de mépris"...
Stop !
Mais le président de la République paye là sa volonté de se montrer partout, de cultiver son image. Il lui faut revenir à plus de discrétion et laisser son premier ministre prendre enfin la lumière.

Le mulot, un peu trop moralisateur, mais tant pis !

publié le  25/07/2017

Rabot

D'un président décidé à bouleverser le jeu politique j'attendais autre chose que des coups de rabot à l'ancienne.
L'annonce d'une baisse de 5 euros par mois de l'APL est financièrement dérisoire et forcément impopulaire. Ce sont des réformes de structure que les Français espèrent, même si chacun de nos compatriotes - c'est bien connu - attend que les efforts soient portés par tout le monde sauf lui...
Emmanuel Macron devrait se méfier : sa chute brutale de popularité en l'espace d'un seul mois pourrait s'aggraver encore. Moins d'images, président, moins de com, mais de la pédagogie et de l'information !

Le mulot, en attente !

publié le  24/07/2017

Maître des horloges

Emmanuel Macron a dû sentir qu'il s'exposait à un danger en étalant ses promesses électorales dans le temps (cf. mon billet du 8 juillet).
Le "maître des horloges" a remis les pendules à l'heure auprès de son premier ministre : les réformes de la taxe d'habitation et de l'ISF seront finalement mises en oeuvre dès 2018.
Pour Edouard Philippe, encore une couleuvre à avaler !

Le mulot

publié le  10/07/2017

Marcheurs en colère

Emmanuel Macron et son gouvernement pourraient vivre un été très agité. Le report de certaines promesses et le serrage de ceinture immédiatement annoncé, notamment pour les fonctionnaires, peuvent faire de gros dégâts.
Auprès des Français en général, mais aussi au sein de LREM.
Il existe désormais une association des "marcheurs en colère". Ses rangs devraient vite s'étoffer.

Le mulot

publié le  08/07/2017

Cravate



En refusant de porter la cravate à l'Assemblée nationale, Jean-Luc Mélenchon et ses collègues ont confondu l'insoumission et l'enfantillage.
Certains de leurs adversaires ont été jusqu'à parler "d'insulte". Mais, si le lieu exige autant de respect, voire de solennité, qu'ils le disent, ils devraient regarder la troupe (journalistes, photographes, cameramen, perchistes…) qui circule entre les salles de presse, la salle des pas perdus et les célèbres Quatre Colonnes : le "débraillé" y règne sans partage…

Le mulot, qui fréquente ce haut lieu.

publié le  28/06/2017

Scandale



Après le départ des ministres Modem du gouvernement, Laurent Wauquiez, qui joue des coudes pour être le nouveau patron des Républicains, a dénoncé "un scandale politique".
Qu'aurait-il dit si ces mêmes ministres, malgré la pression des affaires, avaient été conservés dans un gouvernement remanié ? C'est "un scandale politique" !
Laurent Wauquiez met le "scandale" à l'endroit comme à l'envers pour être certain d'être repéré dans le paysage médiatico-politique.
Plusieurs de ses collègues (Gilles Boyer, Christian Estrosi…) en sont gênés.
"Nous, membres de LR, sommes bien peu qualifiés pour donner des leçons en matière d'affaires", ont-ils dit.

Le mulot

publié le  21/06/2017

François Baroin ter

Le responsable de la campagne des Républicains pour les législatives a reconnu, devant le micro de RMC, qu'il avait accompagné François Fillon au grand meeting du Trocadéro, persuadé que ce dernier, pris dans le tourbillon de ses "affaires", allait renoncer à être le candidat de son parti à la présidentielle.
Comment peut-il nous expliquer pourquoi il s'est poussé du coude ce jour-là pour apparaître sur toutes les photos juste derrière François Fillon ?
C'est du cynisme ? De l'inconscience ?
Je crois plutôt que François Baroin y croyait encore, lui qui s'était rêvé premier ministre, tour à tour, d'Alain Juppé, de Nicolas Sarkozy, de... François Fillon, et, depuis le 9 mai, d'Emmanuel Macron, grâce à une hypothétique cohabitation !

Le mulot, éberlué, vous renvoie à ses billets du 26 février et du 26 avril...

publié le  16/06/2017

Allo, l'ORTF ?




Le ministre de la Justice a cru bon de contacter l'un des directeurs de Radio France pour se plaindre du traitement médiatique d'une enquête visant des assistants parlementaires du Modem, dont il reste président.
Nous ne sommes plus au "bon vieux temps" de l'ORTF, Monsieur Bayrou ! Avec l'irrépressible tendance qu'avait alors l'exécutif d'influer directement sur le contenu de l'information.
De plus, cette méthode archaïque est en contradiction évidente avec la volonté affichée par l'intéressé de renouveler et de moraliser la vie politique.
Si jamais les députés Modem ne sont pas indispensables à Édouard Philippe et à son gouvernement pour avoir la majorité absolue à l'Assemblée, il pourrait bien y avoir du divorce dans l'air…

Le mulot

publié le  14/06/2017

Parti unique



Tous les adversaires politiques d'En Marche ont tenté hier soir de mettre en garde les Français contre le "parti unique" que créerait le tsunami surgi du premier tour des élections législatives.
Autrement dit, ils mendient un peu de place dans l'hémicycle au nom de l'équilibre des pouvoirs, de la nécessaire présence d'une opposition forte, etc.
Beaucoup d'entre eux oublient que, lorsque leurs partis avaient bénéficié de raz-de-marée électoraux dans le passé, ils avaient alors trouvé la situation parfaitement démocratique et normale.
Hier soir, c'était le bal des mauvais perdants !

Le mulot

publié le  12/06/2017

A vomir !

Henri Guaino a très mal digéré sa cuisante défaite à Paris : 4,5% des voix seulement !
C'est sans doute pour cela qu'il a déclaré sur BFMTV que l'électorat qui a voté dans la deuxième circonscription de la capitale était "à vomir".
En réalité, c'est plutôt lui qui est à vomir !
Qu'un ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, qui se qualifie lui-même de pur gaulliste, puisse montrer un tel mépris des électeurs est proprement effarant.

Le mulot

publié le  12/06/2017

Miel




Viré du gouvernement Valls en août 2014, arrivé seulement troisième à la primaire de la gauche de 2017, c'est-à-dire à la même place que lors de la primaire socialiste de 2011, Arnaud Montebourg ne parvient décidément pas à faire son miel de la politique.
Peut-être est-ce la raison pour laquelle il a décidé de se lancer dans la production de… miel !
Cette vocation tardive pour l'apiculture a de quoi surprendre. Mais, s'il passe d'Habitat à la ruche, rien ne dit que l'ex-candidat va s'arrêter là. Comme chez les abeilles, la vocation d'Arnaud Montebourg est de butiner et de tourner, tourner...

Le mulot

publié le  07/06/2017

Le bal des hypocrites



Richard Ferrand, le ministre de la cohésion des territoires, s'est fait épingler par "Le canard enchaîné" pour une affaire immobilière.
Loin de moi l'idée de lui donner mon blanc-seing, mais je suis un peu surpris des réactions moralisatrices de la droite et de l'extrême droite.
François Baroin, qui soudain trouve des vertus au journal satirique, était prêt, sans hésiter une seconde, à devenir le premier ministre d'un candidat mis en examen.
Quant à Marine Le Pen, qui traîne derrière elle plusieurs casseroles et refuse de se rendre aux convocations de la police, elle devrait faire preuve de davantage de discrétion.
Mais tous deux ne peuvent s'empêcher de se livrer aux petits plaisirs de cette politique politicienne qui agace tant les Français.

Le mulot

publié le  26/05/2017

Morano l'insomniaque



A 5h24, Nadine Morano s'est fendue d'un tweet pour s'étonner qu'Emmanuel Macron n'ait pas encore réagi à l'attentat terroriste de Manchester.
Miss Polémique retrouve son bec de rapace !
Elle oublie qu'Emmanuel Macron est président de la République française et non premier ministre britannique, que, même s'il dort peu, il n'était pas forcément réveillé ce mardi à 5h du matin. Rappelons que, bien sûr, il a réagi dans la matinée et qu'il va même s'entretenir aujourd'hui par téléphone avec Theresa May.
Ce sera sûrement plus utile que le coup de bec de Nadine Morano.

Le mulot, indigné !

publié le  23/05/2017

Electron libre



Henri Guaino, qui n'a pas reçu l'investiture LR dans la 3ème circonscription des Yvelines dont il est le député, a décidé de se présenter dans la deuxième circonscription de Paris. Il va se retrouver face à Nathalie Kosciusko-Morizet et en compagnie de 22 autres candidats !
Que vient faire dans ce bazar celui qui prétend porter au plus haut les valeurs du gaullisme ? Il est "en marche" zigzagante vers on ne sait quoi.
S'il le voyait, le Général le mettrait au pas !

Le mulot

publié le  20/05/2017

"Dégagisme"

C'est la grande mode !
Partout, on "dégage" : les électeurs renvoient des personnalités politiques (Sarkozy, Juppé, Valls...), un président de la République se renvoie lui-même (Hollande), des députés se renvoient eux-mêmes, par découragement devant le chambardement actuel ou en raison du non-cumul des mandats.
Au Front national, Florian Philippot pourrait vite se retrouver dehors et on se demande même, à cette heure, si Marine Le Pen se présentera aux législatives.
Et voilà que David Pujadas est écarté du journal télévisé de France 2 !
Un "dégagisme" médiatique ou politique ?

Le mulot

publié le  18/05/2017

Vous avez une gomme ?

C'est l'effaceur qui est aujourd'hui le plus demandé dans les partis de gouvernement battus à l'élection présidentielle.
Le PS, version législatives, tente de gommer les aspects les plus clivants (désolé, c'est le mot à la mode !) du programme de Benoît Hamon.
De son côté, d'un geste rageur, François Baroin tente d'effacer les gros pâtés (indigestes !) du candidat Fillon.
Voici qu'arrive l'heure du mou ! Régalez-vous bonnes gens !

Le mulot, qui casse toujours la même graine...

publié le  10/05/2017

Madame attrape-tout !

Madame de Montretout, châtelaine du peuple, trouve très intéressants les programmes de ses adversaires. Elle siphonne du Fillon, applaudit au Mélenchon, se régale de Dupont-Aignan et bientôt se ravira de prendre les idées de Macron.
Vous savez, ce petit jeune qui défend l'euro, l'Europe et qui ne veut pas revenir à la retraite à 60 ans.
Il a de bonnes idées, ce banquier !

Le mulot, qui ne sait pas s'il faut en rire...

publié le  03/05/2017

Gaullistes... pétainistes !



"Nous avons conclu un accord de gouvernement avec Marine Le Pen" a annoncé fièrement, hier soir, Nicolas Dupont-Aignan, qui s'affirmait auparavant "patriote et gaulliste".
De son côté, Marie-France Garaud, gaulliste "historique" et ex-conseillère de Georges Pompidou, a décidé de voter FN.
C'est triste !
Pour reprendre la célèbre formule de François Fillon, imagine-t-on le général de Gaulle voter Pétain, pire encore, entrer dans le gouvernement de Pétain ?

Le mulot

publié le  29/04/2017

Sous sa botte !



Jean-Luc Mélenchon refuse de dire ce qu'il fera au second tour de l'élection présidentielle. On sait simplement qu'il ne votera pas Le Pen.
Soit !
Mais en restant dans le vague, il laisse ses "gens" sans boussole. Or, le vote blanc ou l'abstention ne peuvent que favoriser la candidate de l'extrême droite qui, par ailleurs, multiplie les appels du pied en direction de ses électeurs.
Si jamais Marine Le Pen arrive au pouvoir, il pourra mesurer l'étendue de son erreur.
Qu'il ne se fasse aucune illusion ! Le Front national, alors, écrasera sous sa botte l'Insoumis Mélenchon… le mulot aussi.


Le mulot

publié le  29/04/2017

Drôle de révolution !

Christine Boutin prône un "vote révolutionnaire" en faveur de Marine Le Pen.
Je ne savais pas que la présidente d'honneur du Parti chrétien-démocrate était capable de brandir la Bible comme les communistes chinois l'on fait avec le Petit Livre rouge de Mao.
Interrogée sur cette surprenante décision, Christine Boutin a indiqué qu'elle voterait Marine Le Pen, mais qu'ensuite, si le FN arrivait au pouvoir, elle la... combattrait.
Rien de plus logique, non ?

Le mulot, qui en perd son latin (de messe) !

publié le  26/04/2017

Cheval de Troyes (bis)

Le 26 février, j'ai lâché un commentaire avec ce titre. Je ne puis que le reprendre et le compléter :
"François Baroin est d'une étonnante souplesse.
Il était l'enfant chéri de Jacques Chirac. Las ! l'ancien président est à la retraite. Il devait devenir le Premier ministre de Nicolas Sarkozy. Las ! l'ex-président a chuté à la primaire de la droite. Il devait devenir le Premier ministre de François Fillon. Las ! le candidat LR a été battu dès le premier tour de l'élection présidentielle.
Et voilà que, maintenant, il se voit prendre la tête du futur gouvernement d'Emmanuel Macron ! Si c'est Marine Le Pen qui gagne le 7 mai, lui proposera-t-il de devenir son Premier ministre ?
François Baroin a la capacité de se glisser dans n'importe quel cheval de Troyes pour s'emparer de Matignon."

Le mulot, de plus en plus admiratif !

publié le  26/04/2017

Mauvais joueur



L'Insoumis Jean-Luc Mélenchon a eu bien du mal, hier soir, à se soumettre au verdict des urnes. Il a même refusé de prendre position pour le second tour en prétextant vouloir en référer aux 450 000 personnes qui ont soutenu sa candidature.
En fait, après son opération séduction et les rameaux d'olivier, on va retrouver le vrai Jean-Luc Mélenchon : la rogne et les épines de cactus.

Le mulot

publié le  24/04/2017

Sarkozition ?

En regardant les images d'Emmanuel Macron, la nuit dernière, j'ai eu une double impression : celle de voir un candidat célébrer son accession à l'Elysée alors que nous n'étions qu'au soir du premier tour ; celle de voir un homme politique se laisser emporter par sa joie d'avoir gagné et fêter ça à la Rotonde comme l'avait fait Nicolas Sarkozy au Fouquet's.
On sait que ça n'avait pas porté bonheur à l'ancien président de la République.
Emmanuel Macron va vite devoir redescendre sur terre !

Le mulot

publié le  24/04/2017

Guerre des nerfs !



J'y vais ou… j'y vais pas ?
Il viendra ou… il viendra pas ?
Les obscurs calculs des candidats à l'élection présidentielle donnent le tournis aux médias qui sont tenus par le CSA à l'égalité du temps de parole. France Inter, RMC-BFM TV, France 2 - qui se demande encore quoi faire de sa fameuse soirée du 20 avril -, ne savent plus comment répondre aux exigences de la loi.
Les "valseurs", spécialistes des annulations de dernière minute : Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon ! Autrement dit, trois des principaux prétendants à l'Élysée. Emmanuel Macron, alors ? Il ne se dérobe pas, mais se demande bien à quoi on est en train de jouer.
Les Français devront donc se contenter des meetings en salle ou des rassemblements en plein air organisés par les candidats. Avec leurs propres systèmes de retransmission. Chiffres de participation garantis ! (?)
Vive la démocratie !
Vive la presse libre !

Le mulot, furieux !

publié le  17/04/2017

Stupéfiant !

François Fillon a dit qu'il allait nous "stupéfier" au premier tour de l'élection présidentielle.
On vérifiera le 23 avril !
En attendant, il nous stupéfie par ses mensonges et imprécisions en série. On vient d'apprendre, par Mediapart, qu'il n'aurait pas rendu les bons costumes de chez Arnys.
Encore une erreur ?
Je me demande, au cas où ce candidat serait élu le 7 mai, s'il saura endosser le bon costume... présidentiel !

Le mulot

publié le  15/04/2017

Stupéfiant ! (suite)

Tous les observateurs étrangers sont stupéfiés par l'élection présidentielle française.
On a quatre candidats dans un mouchoir de poche, dont deux extrémistes (l'une de droite, l'autre de gauche), deux responsables mis en examen et un - très jeune - activiste de la "révolution" centriste !
Ils se demandent, à juste titre, comment la France parviendra-t-elle à se sortir de ce guêpier politique.

Le mulot, qui ne comprendra décidément jamais le comportement des bimanes et bipèdes de ce pays !

publié le  15/04/2017

Argent... à gauche



François Fillon a déclaré hier matin, sur BFM TV, qu'il n'arrivait pas à mettre de l'argent… à gauche.
Il y a de quoi être surpris puisque le candidat LR touche, selon de raisonnables estimations, environ 23 000 euros par mois, alors que le salaire net mensuel des Français est en moyenne de 1722 euros et que, au dire de Jean-Jacques Bourdin, 35% de nos compatriotes réussiraient à mettre de l'argent de côté.
Cela va faire causer dans les chaumières !
Au-delà de cette réalité domestique, je m'interroge avec angoisse : comment François Fillon parviendra-t-il à gérer le budget de la France et à assainir nos finances s'il n'est pas capable de gérer son propre budget en "bon père de famille".
C'était bien lui, pourtant, qui se plaignait, sous l'ère Sarkozy, d'être à la tête d'un État "en situation de faillite"…

Le mulot

publié le  04/04/2017

Dézingage total !



Je découvre un grand article de Frantz Durupt dans "Libération", avec ce titre a priori surprenant : "Les techniques de défense que Fillon partage avec les meurtriers dans "Columbo".
Il faut le lire !
Bien sûr, il ne s'agit pas de dire que le candidat des Républicains est un meurtrier, mais les techniques se ressemblent de façon troublante. C'est sans doute pourquoi l'entourage de François Fillon s'apprête à un total dézingage de la candidature d'Emmanuel Macron : il annonce une vaste offensive sur les réseaux sociaux.
Mais Marine Le Pen alors ?
On s'en occupera après, disent les fillonistes. Dans l'entre-deux tours.
C'est-à-dire quand il sera trop tard.
François Fillon ferait mieux de s'inspirer de Benoît Hamon, pourtant, lui aussi, mis à mal dans les sondages. Le candidat socialiste a décidé de s'attaquer à Marine Le Pen et de parler de son programme. Son comportement est celui d'un homme politique responsable.

Le mulot

publié le  31/03/2017

"Indécence"



Marine Le Pen dénonce l'attitude de Manuel Valls qui vient d'annoncer qu'il votera Macron au premier tour de l'élection présidentielle.
Je serai d'abord tenté de lui dire : "De quoi j'me mêle ?". Elle ne s'appelle pas Hamon, ni Montebourg et n'appartient pas au Parti socialiste ! C'est à eux qu'il appartient de juger la décision prise par l'ancien Premier ministre.
Plus fort encore ! La présidente du FN dit qu'elle est "frappée par l'indécence du comportement de la classe politique française vis-à-vis de la démocratie". Il est vrai qu'il n'est pas indécent pour elle de pomper les finances du Parlement européen au profit du Front national ni de refuser de se rendre à la convocation des juges alors qu'elle est mise en examen.
En fait, Marine Le Pen a peur que d'autres électeurs socialistes emboîtent le pas à Manuel Valls, ce qui renforcerait la position de son actuel adversaire, Emmanuel Macron.
Un pur calcul politicien !

Le mulot

publié le  29/03/2017

Modèle politique



Lors d'une manifestation dimanche à Moscou et dans plusieurs autres villes du pays, des centaines de personnes et l'opposant Alexeï Navalny ont été arrêtées sans ménagement par la police.
Ils voulaient dénoncer la corruption et les vilains jeux du pouvoir.
Si Vladimir Poutine, qui a chaleureusement accueilli Marine Le Pen deux jours avant, est le modèle politique dont rêve la candidate du Front national, les Français ont du souci à se faire pour leur liberté d'expression.

Le mulot

publié le  27/03/2017

Martyrs




L'élection présidentielle devient celle des martyrs.
François Fillon affirme qu'il y a un "cabinet noir" à l'Élysée et qu'il a probablement été mis sur écoutes.
Marine Le Pen se dit, elle, "victime d'une persécution judiciaire".
Voilà des candidats qui font montre d'un grand courage face à une coalition d'ennemis : les juges, les médias et un président de la République (qui, pourtant, ne se représente pas) !
Des écrans de fumée (noire) pour nous faire oublier qu'ils sont l'un comme l'autre mis en examen.

Le mulot, pas dupe !

publié le  27/03/2017

"Hollandisation"



"Le parti de l'argent a trop de candidats dans cette élection", a lancé Benoît Hamon lors de son meeting, dimanche, à Paris Bercy.
Bel effet de manche comparable à celui, contre la finance, d'un certain François Hollande, au Bourget, en 2012.
On sait comment ce dernier a respecté son engagement !
Je constate, en tout cas, que le candidat du Parti socialiste fait l'objet d'un mauvais procès de la part des "vallsistes" et de certains membres du gouvernement : plus ça va, plus il se "hollandise".

Le mulot

publié le  20/03/2017

Noms d'oiseaux




Selon des informations recueillies par Rue89, il devient périlleux de lire Le Canard dans la rue ou dans le métro. Des individus peuvent cracher sur votre journal ou vous donner des noms d'oiseaux.
Ces incivilités sont commises par des électeurs de droite déchaînés contre "l'enchaîné" après les révélations concernant François Fillon.
Ce n'est pourtant pas la faute au Canard si le candidat LR à la présidentielle a enchaîné les erreurs (les délits ?), s'exposant ainsi aux coups de bec du volatile. Gageons que, si l'hebdo satirique s'en prend à des adversaires de François Fillon, les mêmes individus s'empresseront de l'acheter.

Le mulot, totalement solidaire du palmipède.

publié le  18/03/2017

"Riposte républicaine"



Il est heureux de voir enfin des élus et sympathisants LR, sous l'impulsion de Christian Estrosi, appeler à faire barrage au FN et à battre Marine Le Pen. "C'est un devoir national", précise le texte rédigé par les membres de ce comité "Riposte républicaine".
Voilà qui sonne aussi comme un rappel pour François Fillon : à force de critiquer le bilan de François Hollande et d'attaquer son supposé "hologramme", Emmanuel Macron, le candidat des Républicains semble avoir oublié cette donnée politique fondamentale.
La tactique électorale n'autorise pas François Fillon à ignorer son principal adversaire.

Le mulot

publié le  16/03/2017

Chantier Molière



Pour protéger les marchés publics du BTP de la concurrence des travailleurs détachés, certaines collectivités territoriales (de droite…) ont imaginé une "clause Molière" : la langue de travail sur les chantiers doit être le français.
Le principe se discute, mais pourquoi donc accoler le nom de ce prestigieux auteur dramatique au coulage du béton - activité fort honorable au demeurant -, alors que lui-même n'avait d'autre préoccupation que de monter sur les planches !
Réservons plutôt notre Molière national à la défense de la langue française. C'est un chantier, hélas fort difficile, qui lui conviendrait mieux.

Le mulot

publié le  15/03/2017

Costard



François Fillon se serait fait offrir près de 48 500 euros de vêtements par un "ami généreux". "Et alors ?", s'est offusqué l'ancien Premier ministre en se demandant si, bientôt, on n'allait pas s'interroger sur ses achats de camisoles ou de slips.
Je comprends son agacement devant ceux qui cherchent ainsi à lui tailler un costard.
Mais je m'interroge aussi : il n'a pas assez d'argent, Monsieur Fillon, pour se payer lui-même ses costumes ? Serait-il à ce point démuni qu'il doive solliciter la générosité d'un ami, au risque de devoir lui renvoyer tôt ou tard l'ascenseur ?
Il semble bien que, décidément, le candidat des Républicains a un problème avec l'argent. Comme Nicolas Sarkozy, du reste !

Le mulot, à poil comme d'habitude.

publié le  13/03/2017

Autodestruction

Des chercheurs saoudiens ont mis au point un dispositif nous permettant de détruire à distance et en quelques secondes, la puce électronique de notre smartphone. Voilà qui serait intéressant en cas de vol !
Mais à quand un procédé permettant de détruire à distance les fausses informations, les rumeurs infondées et autres atteintes à la personne qui naviguent sur les réseaux sociaux en essayant de nous voler la campagne présidentielle ?
Je rêve sans doute...

Le mulot

publié le  12/03/2017

Irrespirable !


"60 Millions de consommateurs" nous met en garde contre une quarantaine de produits d'entretien ménager et dénonce une "pollution majeure de l'air intérieur".
Déjà que l'air extérieur, avec le CO2 et les particules fines, pose de nombreux problèmes de santé !
Le pire, c'est que la campagne présidentielle n'offre aucun endroit où se réfugier : l'atmosphère y est irrespirable.

Le mulot, qui se contentera du peu d'air de son terrier.

publié le  09/03/2017

Le Sarkillon nouveau est arrivé !

J'apprends que la fameuse rencontre Sarkozy-Juppé-Fillon n'aura pas lieu.
Pourquoi le maire de Bordeaux se rendrait-il à un rendez-vous où il n'a plus rien à dire ! Il a déjà parlé et ne poussera pas le masochisme jusqu'à assister au mariage (forcé) des deux autres.
Car il est clair que, si François Fillon a pu déchirer sans trop de mal le plan B, il est lui-même devenu le féal des sarkozystes.
Souvenez-vous des visages qui apparaissaient derrière le sien lors du rassemblement au Trocadéro : ceux de François Baroin (futur premier ministre de Fillon en cas de victoire ?) et de Luc Chatel. Entre autres...
Le (toujours) candidat n'est pas entouré, mais cerné, ce qui n'est pas tout à fait la même chose !


Le mulot

publié le  07/03/2017

... et je retourne ma veste !

Remis en selle par le comité politique des Républicains, François Fillon va pouvoir, après la primaire de la droite, savourer une nouvelle victoire : il verra revenir vers lui, les uns après les autres, ceux qui avaient quitté le navire.
Ils étaient une bonne centaine. Pierre Lellouche, Sébastien Huyghe, Thierry Solère ont amorcé un vaste mouvement de retournement de vestes...
Attention, toutefois ! Pour François Fillon, c'est une victoire par défaut et rien ne dit qu'en s'obstinant, il ne prendra pas une veste le 23 avril !

Le mulot, qui ne peut s'empêcher de rire.

publié le  07/03/2017

Brutus de droite

On a souvent ironisé sur les "Brutus" de François Hollande : Emmanuel Macron suivi, d'une lame plus courbe et acérée, de Manuel Valls.
La droite fait beaucoup mieux !
Elle demande maintenant (les sarkozystes, en premier, dont personne n'ignore leur art d'aiguiser les couteaux) à François Fillon de se choisir lui-même son assassin - pardon, son successeur ! - pour que la présidentielle reste gagnable.
Je vois d'ici François Fillon regarder dans les yeux François Baroin ou un autre et lui demander d'enfoncer le poignard pas trop près du coeur quand même...

Le mulot, qui n'a jamais vu une tragédie aussi comique !

publié le  06/03/2017

Juppé le Sage !

En déclarant qu'il ne serait pas candidat à la présidence de la République, Alain Juppé a fait preuve de sagesse. Il ne s'est pas laissé griser par le fol espoir de ses propres partisans qui, déjà, au vu d'un sondage, le voyaient au second tour et probable vainqueur en mai prochain.
"Les Français veulent un renouvellement. Je ne l'incarne pas"... "Pour moi, il est trop tard"..."Je n'ai pas l'intention de m'engager dans des tractations partisanes ni marchandage de postes"...
Voilà une musique agréable à l'oreille dans la cacophonie actuelle ! Voilà des mots de lucidité et de vrai courage politiques !
Monsieur Fillon devrait s'en inspirer.

Le mulot

publié le  06/03/2017

Suicides



"On a annoncé le suicide de ma femme mercredi matin sur des chaînes de télévision", a affirmé, sur France 2, dimanche soir, François Fillon.
Tout le monde cherche et jusqu'à présent personne n'a trouvé le ou les chaînes "coupables"… Elles n'existent apparemment que dans la tête du (toujours) candidat LR à la présidentielle.
François Fillon, à en croire la plupart des membres de sa famille politique, ferait mieux de s'interroger sur le suicide qu'il s'apprête à commettre pour la droite.

Le mulot

publié le  06/03/2017

Guerre civile



François Fillon, "l'assassiné" politique qui assassine la justice, attend ses partisans dimanche après-midi au Trocadéro, à Paris. Ce sera une bonne affaire pour les autocaristes…
Mais ce ne sera certainement pas de tout repos pour les autorités. Qui peut imaginer qu'un tel rassemblement, dans une campagne présidentielle hystérisée, ne déclenchera pas une contre-manifestation avec des pancartes "Fillon menteur", "Fillon voleur" et autres ?
Voilà donc un candidat dénonçant un "climat de quasi-guerre civile" prêt à troubler gravement l'ordre public par simple souci de sa candidature.
Apparemment, François Fillon n'en est pas à une contradiction près !

Le mulot, inquiet.


publié le  02/03/2017




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Sélection de lectures

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb