France Culture

Lu pour vous : Une Nuit d'orage, de Gilles Bornais

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

Fayard

Gilles Bornais, journaliste et écrivain, vient de publier ‘’Une nuit d’orage’’ son livre sans doute le plus émouvant. Pascal Hébert, notre chroniqueur littéraire, a lu le livre et rencontré l’auteur.

Ce diable d’écrivain nous avait déjà surpris dans le registre policier, voire sentimental avec J’ai toujours aimé ma femme. Mais là, on peut dire qu’il nous piège. Au fil du temps, Gilles Bornais, qui s’était spécialisé dans l’intrigue policière, sort du bois pour attaquer des sujets plus sociétaux. Une nuit d’orage se lit comme on regarde un film en noir et blanc des années soixante. L’auteur plante le décor dans la France profonde en pleine Beauce, en Eure-et-Loir. A travers les lignes, on sent une population qui tente de rebondir après la guerre. Les amitiés se font et se défont dans les salles de bistrot sous des volutes de fumée de cigarettes. L’alcool fait partie de cette ambiance qui réunit les hommes. 
 

Manuel arrive de nulle part. Il cherche du travail dans les fermes. C’est près de Châteaulune qu'il trouvera refuge chez un couple d’agriculteurs dont les secrets sont bien gardés. Manuel a lui aussi son secret enfermé dans le coffre-fort de sa mémoire. A Châteaulune, il attend la sortie d’un criminel qui a purgé sa peine après avoir tué l’un de ses amis de boisson. Une belle relation naîtra entre Petit Père et Manuel. Malheureusement, la vie a tendance à s’acharner sur les mêmes gens, qu’ils soient innocents ou non. Petit Père, marqué par la prison et une belle erreur judiciaire, tombera malade après avoir peint quelques toiles. Manuel, de son côté, perdu dans une nuit orageuse, devra affronter la révolte de toute une ville en pleine folie.


Une fois de plus, Gilles Bornais a su manier avec élégance sa plume alerte dans une histoire sombre et émouvante. Qu’on se le dise, dans cette Nuit d’orage, le romancier ne laisse entrevoir aucune porte de sortie aux hommes qui chutent du plus haut de leur âme. No way !

Pascal Hébert

 

« Les trois piliers du bonheur... »


Parlez-nous de Manuel ?
Il est à la fois un pauvre pêcheur (l’accent circonflexe est important) et Jésus-Christ qui pardonne à tous. Son chapeau est sa couronne d’épine.


Que cherche Manuel dans cette vie, où tout a mal commencé pour lui ?
Il cherche la paix car il est Jésus. A sa place, je me serais énervé.


Comment expliquez-vous les relations que nouent Manuel et Petit Père ?
Motus, c’est le mystère du livre…


Quel est le symbole du gramophone 78 tours dans cette histoire ?
Le roman comporte un certain nombre d’antiennes. Le « gramophone-de-marque-Pathé » est l’une d’elle dans la bouche de Manuel. C’est le genre d’idée fixe qu’on promène tous. Pour Manuel, c’est un peu une boîte à rêves, quand elle se casse, il lui faut absolument trouver un réparateur et il le trouve.


Dans ce roman, la solitude suinte dans tous les chapitres. C’est quoi le bonheur ?
Se satisfaire et savoir apprécier ce que l’on est et a, non ?... Manuel n’est pas seul, il a Petit Père et Paule. Il y a parfois des silences, surtout à la ferme, et pas mal de secrets dans lesquels se sont isolés ceux qui les détiennent, mais pas de solitude.


Vous faites un portrait acide d’une petite ville de province. Est-ce la réalité ?
C’est une réalité, dont j’ai souligné le côté tragi-comique. La plupart des personnages ne sont que grotesques, ils deviennent épouvantables quand ils agissent en meute. Heureusement, il y a ceux qui travaillent beaucoup, les paysans.


Est-ce que toutes les relations sociales sont illusions ?
Non, elles finissent par exister. Les ligues, les sectes, les partis existent. A l’intérieur, les gens s’y détestent autant et même plus qu’ailleurs. Mais il y fait chaud.


Comment expliquez-vous que toute une ville bascule dans l’horreur et l’expiation ?
L’instinct grégaire et le désir d’absoudre ses propres laideurs et péchés qui poussent à désigner un bouc-émissaire. Dans les Evangiles, c’est Jésus qui s’y colle lui-même en montant sur la croix, dans mon roman c’est Manuel en fuyant sous l’orage dans les rues de Châteaulune…


Quelle est votre définition du bonheur ?
Les trois piliers du bonheur sont : les habitudes, le travail et la pêche à la ligne. Tout le monde le sait mais les gens l’oublient, regardent la télé et après ils s’étonnent d’être malheureux.


Croyez-vous en l’Homme ?
Oui, pris un par un, ils sont souvent épatants, surtout ceux qui courent seuls sous les orages avec un des chapeaux.
 

Propos recueillis
par Pascal HEBERT.


 


Une nuit d’orage, de Gilles Bornais (Fayard) 236 pages. 18 €.


Gilles Bornais en bref 

En 1979, Gilles Bornais est pigiste pour le compte du journal Le Parisien et devient rédacteur au service des sports en 1982, puis il est successivement reporter sportif et chef d'édition.
En 2000, Il occupe pendant plusieurs années les postes de rédacteur en chef et directeur général délégué de L’Echo Républicain à Chartres (Eure-et-Loir).
Il est nommé rédacteur en chef et directeur de la réalisation du Parisien en 2005, puis directeur de la rédaction de France Soir. Il dirige aujourd'hui une société de conseil et de formation dans les médias.
Gilles Bornais a publié depuis 2001 de nombreux livres chez plusieurs éditeurs dont Le Diable de Glasgow, un roman policier historique, Franconville, bâtiment B (2001), paru dans la Série noire,  Ali casse les prix (2004), 8 minutes de ma vie (2012) et J'ai toujours aimé ma femme (2014).

 

 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb