France Culture

La dépossession, de Rachid Boudjedra

Publié le  Par Pascal Hébert

image article

Jean-François Paga

Rachid Boudjedra est un enfant de la guerre. De celle que l’on n’appelle pas ainsi, préférant la désigner comme ‘’les événements d’Algérie’’. Fidèle à lui-même et à ses convictions d’homme libre, le romancier continue son introspection. Cette fois-ci, il nous emmène dans son voyage intime. Celui d’un adolescent obèse, doué à l’école, mais qui se fait malmener, comme on peut l’imaginer, par ses congénères.

Derrière les rideaux, il y a la guerre et ses horreurs avec les massacres, les ratonnades, les viols, les tortures et les mises à mort. Dans cette guerre d’indépendance des années cinquante, le jeune Rachid tente de trouver sa place au milieu des siens, c'est-à-dire ceux qui tentent de vivre dans le chaos. De cette enfance à Constantine, Rachid Boudjedra retient le brillant des tableaux dans le cabinet d’expert comptable de son oncle. Une de ces deux œuvres, et pas des moindres, a été peinte par Marquet, un ami de Matisse. Alors que la terreur gronde, cette œuvre apporte l’apaisement. Un monde lointain ou à reconstruire, loin du tumulte. Avec son ami Kamel, il arpente les rues d’une ville de lumière à la recherche de l’amour. Comme tous les garçons de son âge, le jeune homme attend au croisement d’une rue le regard qui le mènera à l’amour. Avec le talent qu’on lui connaît, Rachid Boudjedra nous donne à voir son Algérie. Le pays de son enfance en pleine déconstruction, tout comme l’atelier du peintre Albert Marquet, symbole d’un monde disparaissant sous le bruit des bottes et des passions aveugles.

Une fois de plus Rachid Boudjedra nous fait entrer dans l’Histoire par la petite porte. Celle vécue par des enfants, adolescents avec leur regard aigu sur le monde des adultes pas toujours compréhensif. In fine, avec Rachid Boudjedra, on peut toujours se dire : à quoi bon tout ça !

Pascal Hébert

La dépossession, de Rachid Boudjedra, aux éditions Grasset. 216 pages. 17 €.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (1)

avatar

Firech

12/03/2018 19:32

« A quoi bon tout ça? »
M.Boudjedra s’interroge donc sur cette guerre véritable gâchis qui a débouché sur une indépendance précipitée et bâclée. Il lui reste à nous expliquer cette partie d’ombre de son engagement inconditionnel en faveur du clan du FLN, qui a pris le pouvoir en 1962 par la force et par le sang confisquant l’indépendance, privant les Algériens de libertés tout en laissant se perpétrer le massacre de 150000 harkis supplétifs de l’armée française et leurs familles. Ce régime sans partage a fait fuir depuis son installation des millions d'Algériens surtout vers la France. Pire, pour se maintenir en place dans les années 90 il interrompit un processus démocratique au prix d’au moins 250000 morts.
L’histoire de ce pays et de ce peuple est des plus tragique et leur destruction n’est pas finie. Grave

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

12/03/2018 19:32

« A quoi bon tout ça? »
M.Boudjedra s’interroge donc sur cette guerre véritable gâchis qui a débouché sur une indépendance précipitée et bâclée. Il lui reste à nous expliquer cette partie d’ombre de son engagement inconditionnel en faveur du clan du FLN, qui a pris le pouvoir en 1962 par la force et par le sang confisquant l’indépendance, privant les Algériens de libertés tout en laissant se perpétrer le massacre de 150000 harkis supplétifs de l’armée française et leurs familles. Ce régime sans partage a fait fuir depuis son installation des millions d'Algériens surtout vers la France. Pire, pour se maintenir en place dans les années 90 il interrompit un processus démocratique au prix d’au moins 250000 morts.
L’histoire de ce pays et de ce peuple est des plus tragique et leur destruction n’est pas finie. Grave

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb