France Culture

Amanda Sthers publie : De l’Infidélité

Publié le  Par Pascal Hébert

image article

Pascal Hébert

Entre le cinéma, la littérature, Amanda Sthers ne se pose pas. Elle avance dans la vie avec discrétion, le stylo jamais bien loin. Dans ses livres, les sentiments des personnages sont omniprésents. Dans sa vie actuelle, loin de la France, Amanda s’interroge. Son dernier livre ‘’De l’Infidélité’’ en est un bon exemple. Dans une société verrouillée par les tabous, le puritanisme et autres cadenas de la morale bien pensante, une femme se lève pour oser un autre discours. Dans cet abécdaire d’Amanda, les questions vont bien au-delà. Comme elle le dit si bien, si l’on parle de l’infidélité, il faut aussi parler de la fidélité.

S’interrogeant sur les rapports des femmes et des hommes avant que les religions imposent leurs lois, Amanda remonte le temps et l’histoire, prend des chemins escarpés vers la mythologie pour essayer de comprendre comment fonctionne l’amour, où se nichent le désir, l’envie d’aller voir un ailleurs plus attirant, la possession, l’infidélité et la rupture. Sans être moraliste, ce qui n’est pas son style, Amanda apporte des réponses sur sa vision de l’amour. L’expérience aidant, ce livre est aussi un regard sur nous, notre comportement vis à vis de nos amours passés, présents et à venir.

Ce livre, sorte de bréviaire, peut se lire au hasard des lettres, M comme maîtresse, J comme jalousie. Il n’y a aucune leçon. C’est une réflexion partagée. Chacun peut y picorer ce qui l’intéresse. Etre d’accord ou pas avec l’auteur. C’est un livre sur une femme d’aujourd’hui qui veut vivre en aimant, les bras ouverts pour enlacer un monde offert à tous les vents. En couchant sur le papier ses réflexions, Amanda nous livre, entre les lignes, le portrait de la femme amoureuse qu’elle est avec ses convictions, ses fragilités, ses doutes et sa force qui lui donne le droit d’être une incorrigible romantique !
 

Qu’est-ce qui t’a poussée, Amanda, à te lancer dans l’écriture d’un livre balayant au fil du temps, la fidélité, l’infidélité, l’amour ?
 

Des questions personnelles mais qui sont sociétales : peut on aimer la même personne toute sa vie ? Peut-on lui être fidèle ? Le désir et l’amour sont ils forcément liés? Le modèle du couple que nous connaissons doit il évoluer ? Quelles sont les origines de l’infidélité ? L’infidélité est elle née avec l’amour ? 
 

Et toi, as-tu souffert de l’infidélité en amour et en amitié ?
 

Oui j’en ai souffert. Je pense que tout le monde en a fait l’expérience. Mais on en souffre et on se relève différemment selon la manière dont on a été aimé enfant, selon la taille de notre faille narcissique. 
 

La possession n’est-elle pas le fléau ?
 

Est-ce vraiment un fléau ? L’amour est sans doute l’élection d’un autre au stade de préféré... il est sans doute naturel d’être possédé et de posséder. S’en affranchir demande de voir la vie d’une façon très différente de ce que nous inculquent nos sociétés judéo-chrétiennes.
 

 

 « Le sentiment d’amour est-il à confondre avec le désir? »


Que penses-tu de ce retour des codes qui soumettent la femme  un peu partout dans le monde ?
 

C’est un combat. Il y a ce retour des ténèbres moyenâgeuses d’un côté et cette révolte de l’autre, un monde schizophrène mais qui, au-delà du racisme ambiant, signifie qu’on ne considère pas qu’il y ait une humanité, mais des hommes et des femmes. 
 

Une relation amoureuse peut-elle braver le temps ?
 

Je l’espère. Mais là encore il faut définir la relation amoureuse. Le sentiment d’amour est-il à confondre avec le désir? Le monde appartient aux couples qui dissocient les deux. 

Une autre question : est ce nécessaire ? Est ce que la beauté de l’amour c’est sa longévité ?
 

 

Qu’attends-tu de l’amour ?
 

Le partage. Le sentiment pour quelques instants qui peuvent durer longtemps, que je ne suis plus seule, qu’on autre me comprend, me complète et m’élève ...
 

Es-tu une femme jalouse ?
 

Je l’ai été. Mais je suis plus sure de moi aujourd’hui et surtout persuadée que la jalousie ne protège de rien. Je n’anticipe pas le chagrin. Il viendra plus facilement s’il est attendu. 
 

« De l’amitié dans ses amours, c’est certain et nécessaire »
 

Pour toi, le fait de penser à une autre femme ou un homme sans être passé à l’acte peut être le début de l’infidélité ?
 

Oui. Bien plus que de toucher une autre peau, partager la vie d’un autre dans ses rêves, le laisser contaminer l’intimité de l’esprit est une infidélité cruelle. 

 

Georges Moustaki, qui n’y voyait  pas de différence, me disait toujours qu’il faut mettre de l’amour dans ses amitiés et de l’amitié dans ses amours. Qu’en penses-tu ?
 

De l’amitié dans ses amours, c’est certain et nécessaire. En revanche, jamais je ne voudrais mettre d’émotions amoureuses dans mes amitiés, je pense que cela les rendrait fragiles et les empêcherait d’être ce lieu de réconfort quasi familial qui ne peut aller avec le désir.
 

A ton avis, quelle est l'importance de la relation sexuelle dans une relation appelée à durer ?
 

Très importante dans une relation de fidélité. L’insatisfaction mènerait forcément à termes à l’infidélité ou l’abandon.
 

Amanda, quelle est ta vision du romantisme ?
 

J’imagine que c’est celle de l’amour adolescent. L’ivresse de l’impossible, des empêchements.
 

Propos recueillis par Pascal Hébert.

De l’Infidélité, d’Amanda Sthers (Plon). 286 pages. 17,90 €.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb