France Culture

River, de Claire Castillon

Publié le  Par Pascal Hébert

image article

Jean-François Paga

Depuis qu’elle est entrée en littérature jeunesse, Claire Castillon laisse transpirer des émotions à l’état pur. Son dernier roman, River, en est une nouvelle preuve. Lorsque la belle nous parle des jeunes qui ne rentrent pas dans le moule, elle sait faire plier les mots sans jamais casser le fil de l’émotion.

Avec River, cette adolescente un peu bizarre, bousculée dans un monde où les canons de la beauté et de l’intelligence sont brodés sur le même tissu, Claire Castillon nous montre à quel point il est difficile de sortir du chemin établi par la société. Deux personnages occupent l’espace de ce livre touchant à souhait. Il y a River avec son chemin de croix et sa ‘’sœur’’ qui tente de s’interposer lorsqu’une menace plane comme un nuage sur la tête de l’adolescente à la recherche d’une place dans l’univers des collégiens. Avec toute la délicatesse qui la caractérise, Claire Castillon met son talent littéraire dans cette histoire pleine d’humanité et qui force le respect ! En chemin, on croise des parents tiraillés entre la surprotection et l’envie de faire confiance à la vie pour que River puisse prendre son envol. Mais la réalité avec son lot de violences n’est jamais bien loin. Il y a le fameux Alanka et ses trois compères plus connus sous le nom des trois T. Bourreaux de River, ces trois lâches se moquent éperdument de cette adolescente devenue un vrai bouc-émissaire. Un boulet que l’on peut martyriser, torturer à souhait et même racketter. Et c’est bien autour du harcèlement dans un monde violent que se situe l’histoire de "River". Le tour de force de Claire Castillon n’est pas uniquement de dénoncer mais bien de faire comprendre avec la justesse des mots ce que peuvent vivre les protagonistes du harcèlement en milieu scolaire. Que ce soit du côté des parents ou des enfants, Claire Castillon nous plonge la tête la première dans les impressions de chacun, au point de sentir l’effroi nous envahir. Quant à la conclusion de cette histoire, elle est tout simplement géniale. Les murs du labyrinthe finissent par s’ouvrir sur l’infini !

Claire Castillon parlera de son œuvre vendredi 18 octobre à 18 heures à la médiathèque L’Apostrophe de Chartres.

Pascal Hébert

River, de Claire Castillon. Gallimard Jeunesse. 186 pages. 10, 50 €.

Trois questions à Claire Castillon

-          Le harcèlement en milieu scolaire domine ce roman. Pourquoi as-tu voulu traiter ce sujet ?

Comme à chaque fois que j’écris un roman, je constate le thème à la fin de l’écriture. Je sais qu’aujourd’hui il faut partir d’un thème si on vise l’efficacité, oui, un thème, si possible social, si possible qui touche tout le monde, si possible ceci et cela, mais ça, pour moi, c’est impossible. Alors je prends une jeune fille, elle grandit dans mon livre, et je constate. Je constate que River n’a pas de chance au départ, je constate qu’elle va devoir affronter le monde, et je constate encore une fois que les gens en marge font des personnages qui me touchent et sur lesquels j’ai envie d’écrire. 

-          Quel regard sur River ?

River c’est une jeune fille comme les autres, à cette différence près qu’elle est différente. C’est comme un gâteau un peu raté pour certains, le genre de fondant qui se cabosse… Sauf que généralement, les gâteaux cabossés sont les meilleurs. J’aime évoquer la difficulté de cette vie sociale à mener, trouver les mots de cette vie dont elle a envie d’ailleurs, mais de laquelle elle se sait et se sent exclue. J’aime ses efforts, ses angoisses, son chemin intérieur brutal et parfois paisible. 

-          Quel regard sur la société ?

La société doit avoir une définition. Les autres doivent pouvoir expliquer, en effet, ses limites, ses vertus, ses travers. Moi, je me contente de naviguer « en société », trouvant de plus en plus de difficulté à collaborer dans ce milieu qui nécessite pas mal de faux-semblants. Voilà pourquoi les personnages comme River, dont on sait à peu près tout de ce qui les traverse, me touchent. Je sais pour moi en fait. Je sais que la société n’est pas mon milieu naturel. Je ne suis pas capable de la connaître en fait. Je préfère parler de la nature. Et de la nature humaine.

Recueillis par PH

 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb