France Culture

Le drapeau patagon a flotté sur les Minquiers

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

The Telegraph - Fabrice Bluszez

Les mardi 22 et mercredi 23 octobre, un commando patagon a envahi un îlot rocheux de l'archipel des Minquiers. Une invasion au nom du royaume de Patagonie.

L'éphémère royaume de Patagonie (vers 1860) a été révélé au grand public par l'écrivain Jean Raspail dans Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie (1981, Albin Michel). Jean Raspail, consul général, en a assumé l'héritage. A ce titre, il avait déjà participé à une autre opération aux Minquiers le 30 août 1998, la première ayant eu lieu en 1984, Valeurs actuelles les évoque. L'information, cette fois, a d'abord été donnée par deux journaux britanniques, The Telegraph et le Bailiwick Express, de Jersey. Voici une traduction -qui doit tout à Google et peu à la littérature- de ces deux articles (consultables en suivant les liens). Les photos sont celles du Bailiwick Express qui propose une galerie complète..
 

The Telegraph : Un île britannique envahie au nom d'un roi français, le drapeau patagon y  été hissé


La nouvelle de l'invasion a été signalée pour la première fois par le Bailiwick Express. David Pett, Receveur général de Sa Majesté à Jersey, a déclaré au journal : « Les autorités de Jersey sont au courant de l’incident et la situation sera surveillée de près; des mesures appropriées seront prises en cas d’autres incidents ». Un porte-parole du gouvernement de Jersey a ajouté: « Nous croyons comprendre que c’est la dernière d’une série de blagues de l’auteur français bien connu, Jean Raspail, qui a déjà brandi son drapeau "patagon" sur l’îlot. Le drapeau de l'Union a depuis été re-levé sur les Minquiers. « Bien que nous croyions que M. Raspail n’avait aucune intention préjudiciable, nous sommes déçus qu’ils aient peint la porte d’une toilette fréquentée par les visiteurs du récif et aient probablement lavé des pinceaux sur les rochers, ce qui pourrait perturber l’écologie du lieu. » Bien qu’il ne soit officiellement que roi de Patagonie pendant quelques semaines, Orélie a été crédité de l’instauration d’une monarchie parlementaire et d’une constitution avancée pour le peuple indigène mapuche. Son héritage a depuis été évoqué par des romanciers français qui ont hissé le drapeau de la Patagonie sur le plus grand des rochers des Minquiers, au mépris des revendications britanniques ultérieures sur la souveraineté du territoire. La dernière tentative a eu lieu en 1998 lorsqu'une unité de la marine légère française de la flotte de Patagonie a remplacé le drapeau britannique afin que celui-ci soit « restitué honorablement à l'ambassade de sa majesté britannique à Paris ». Dans une déclaration publiée à l’époque, le bureau du roi Orélie-Antoine Ier a déclaré que cette "invasion" répondait à « l’occupation inacceptable et prolongée de la Grande-Bretagne des îles Malouines (Falkland) ». Ils protestaient contre l'arrêt de la Cour internationale de justice de 1953, qui s'était prononcé à l'unanimité en faveur de la revendication britannique de la souveraineté du récif, bien que la France ait également affirmé qu'elle détenait des droits historiques. Même si cette action a été perçue par beaucoup comme une gageure, l’ambassade britannique a déclaré qu’elle récupérerait le drapeau et le remplacerait par les couleurs britanniques originales. Des représentants du gouvernement de Jersey, de la paroisse et du lieutenant-gouverneur de Jersey se rendent désormais tous les deux ans dans le récif pour réaffirmer la revendication de l’île. La zone continue d'être protégée par un traité de conservation, la Convention de Ramsar, en raison de son écologie unique.

 

Les Minquiers, quelques constructions sur des îles rocheuses au large de la Normandie (photo Bailiwick Express).



Bailiwick Express : Les Minquiers envahies au nom d'un "roi patagon"
 

Un groupe inconnu a pris d'assaut mardi le groupe de rochers situé au sud de Jersey pour hisser le drapeau de la Patagonie et repeindre les toilettes en tricolore.
Il s'est retiré un peu avant l'arrivée du propriétaire de la maison, Paul Ostroumoff, et de son ami Julian Mallinson. L'Express a appris que que la police avait été informée.
Le receveur général, qui administre les terres appartenant à la Couronne, a déclaré : « Les autorités de Jersey sont au courant de l'incident et la situation sera surveillée de près; les mesures appropriées seront prises en cas d'incident supplémentaire. »
M. Ostroumoff a déclaré à L'Express qu'il s'approchait des Minquiers vers 17 heures pour sa première visite depuis septembre, lorsque les deux hommes à bord ont remarqué qu'il y avait un bateau dans le bassin.
Il l'a décrit comme faisant environ huit mètres, une coque bleu clair et un style des années 1980.
Constatant qu’il s’agissait « d’une période inhabituelle de l’année », alors que la saison des vacances était terminée, la raison de la surprise des visiteurs s’est éclaircie au fur et à mesure qu'il approchait de la côte.

Au loin, il pouvait voir un drapeau flotter. A cause de la « faible luminosité », il n’était pas sûr de ce que cela représentait, au début. « Je peux dire que ce n’était pas un drapeau anglais. Je pensais que ça avait l'air italien ou peut-être même polonais », se souvient-il.
Mais il devint vite évident que le drapeau avait été hissé par des représentants du Royaume de Patagonie, qui avaient "envahi" l'île dans les années 1980 et 1990.


Le "roi" est en réalité un homme appelé Jean Raspail, célèbre écrivain français, voyageur et, semble-t-il, farceur. 
Il revendique le titre car il est apparemment le parent de l’aventurier français qui a déclaré le "Royaume de Patagonie" de courte durée en Argentine au XIXe siècle.
Il est difficile de savoir si le groupe d'envahissseurs comprenait M. Raspail ou représentait simplement son "royaume".
En tout état de cause, M. Ostroumoff a fait remarquer que l'invasion devait impliquer un "effort" et une planification, car il fallait une échelle à double extension pour atteindre le drapeau britannique et l'abattre.

M. Oustroumoff était venu nettoyer les toilettes des Minquiers - ceux qui possèdent des propriétés sur les Minquiers se relaient pour les maintenir en bon état de fonctionnement - mais il a subi un autre choc.
« Je me suis dit : "Attends une seconde, que se passe-t-il ici ?" »
L'ancienne enseigne était une plaque originale - très appréciée des visiteurs - indiquant que les toilettes avaient "la distinction" d'être le bâtiment le plus au sud des îles britanniques.
Elle avait cependant été remplacée par un nouveau panneau en français, qui se traduirait par : « Ces toilettes ont la particularité d’être les plus septentrionales du royaume de Patagonie. Faites attention car les plus proches sont à Chausey (France) - 10Nm et Jersey (Empire britannique) - 11 Nm. »
En examinant de plus près avec son ami, M. Ostroumoff s'aperçut que la peinture était encore humide, que du ruban adhésif était collé à proximité et, à sa grande déception, il semblait que des pinceaux avaient été lavés sur les rochers.
« Cela n'a pas été fait ce jour-là ... Il n’y a aucun doute car la peinture n’aurait pas été sèche », a déclaré M. Ostroumoff à L'Express, en expliquant plus tard : « Le bateau, ça devait être eux. Ils devaient être venus depuis quelques jours pour faire ça. »
Il a entrepris de vérifier toutes les cabanes et a été soulagé de constater qu'« apparemment aucune porte n'a été forcée ».

Tout en étant convaincu que les actions ont été menées dans un bon esprit, il a déclaré que cette "invasion" soulevait la question plus générale du respect des Minquiers, située dans une zone protégée.
« Monter un drapeau est une chose, mais défigurer une toilette en est une autre », a-t-il déclaré, avant de dire : « Nous devons en prendre soin pour pouvoir le transmettre à la génération suivante. »

Parlant du sort du drapeau de la Patagonie, M. Ostroumoff a déclaré qu'il le conserverait parmi sa collection d'objets, allant du piano à l'orgue en passant par les jeux de pubs et autres babioles de sa maison, qu'il décrit comme un "petit musée".
Ce à moins que le roi de Patagonie ne réclame le retour du drapeau bleu, blanc et vert.

À la suite de "l’invasion" des Minquiers en 1998, l’ambassade britannique a finalement dû intervenir pour que M. Raspail restitue le drapeau britannique des Minquiers.
Il a répondu qu’il ne le ferait qu’au retour du drapeau de la Patagonie, ce qui devait avoir lieu en territoire "neutre", un bar parisien.


Les toilettes repeintes par les envahisseurs (photo Bailiwick Express)...


Et autrefois (photo Sea Paddler).



 

 


 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (1)

avatar

QuartCLUM

28/10/2019 15:28

Das ist ein regal für uns

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

28/10/2019 15:28

Das ist ein regal für uns

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb