Val-de-Marne (94) Société

Créteil : suicide d'un employé devant le centre des impôts

Publié le  Par Jennifer Declémy

image article

Cet après-midi un homme s'est tiré une balle devant le centre des impôts de Créteil.

Ce sont des sources policières qui confirment l'information : un quinquagénaire s'est donné la mort devant le centre des impôts de Créteil cet après-midi après être rentrée à l'intérieur pour délivrer un mot au guichet déclarant "vous voulez ma peau, vous l'avez".

Le site a été bouclé pour des raisons médico-légales.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (3)

avatar

Padackor

26/01/2012 17:33

A force de permettre à l’État tout puissant d'acheter la paix sociale en prenant le fruit du travail des gens pour engraisser un système qui favorise l'assistanat et les gabegies à tous les étages, il ne faut pas s'étonner que certains finissent par en arriver aux gestes les plus désespérés.

Comment se fait-il que la France soit à la fois l'un des pays où les impôts sont les plus élevés sur Terre, mais également un des plus endettés ? Pourquoi un foyer sur deux ne paye-t-il pas d'impôts, ce qui veut dire que l'autre moitié doit payer le double ? La première des libertés n'est-elle pas de contribuer raisonnablement à la richesse commune, et de jouir du reste sans attiser les haines et les convoitises des éternels envieux ? On voit où mène le discours qui vise à toujours dresser les Français les uns contre les autres, les soit-disant riches contre les moins riches, au lieu de donner aux gens l'envie de réussir comme d'autres l'ont fait avant eux et de redresser le pays tous ensemble. Hélas, de nombreux français carburent à la jalousie plutôt qu'à l'effort, et je crains que ce carburant-là soit de ceux qui encrassent les moteurs plutôt que de ceux qui permettent d'aller loin...

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

26/01/2012 17:33

A force de permettre à l’État tout puissant d'acheter la paix sociale en prenant le fruit du travail des gens pour engraisser un système qui favorise l'assistanat et les gabegies à tous les étages, il ne faut pas s'étonner que certains finissent par en arriver aux gestes les plus désespérés.

Comment se fait-il que la France soit à la fois l'un des pays où les impôts sont les plus élevés sur Terre, mais également un des plus endettés ? Pourquoi un foyer sur deux ne paye-t-il pas d'impôts, ce qui veut dire que l'autre moitié doit payer le double ? La première des libertés n'est-elle pas de contribuer raisonnablement à la richesse commune, et de jouir du reste sans attiser les haines et les convoitises des éternels envieux ? On voit où mène le discours qui vise à toujours dresser les Français les uns contre les autres, les soit-disant riches contre les moins riches, au lieu de donner aux gens l'envie de réussir comme d'autres l'ont fait avant eux et de redresser le pays tous ensemble. Hélas, de nombreux français carburent à la jalousie plutôt qu'à l'effort, et je crains que ce carburant-là soit de ceux qui encrassent les moteurs plutôt que de ceux qui permettent d'aller loin...

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Decrauze

26/01/2012 19:00

Terrible drame. Dans un autre registre, mais qui peut pousser aussi à bout, découvrez la pratique de certaines sociétés financières qui font de la titrisation de dettes en France, façon subprimes américains.

Pour la "grosse Créancia" ne compte que l’engrangement maximal avant la succion finale, celle qui lui fera défoncer le plancher du contrat social et de ses principes élémentaires.

Mise et gagne : impasse humaine mais boulevard financier ! Cf. http://pamphletaire.blogspot.com/2011/07/des-bandits-pas-manchots-pour-un-sou.html

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

26/01/2012 19:00

Terrible drame. Dans un autre registre, mais qui peut pousser aussi à bout, découvrez la pratique de certaines sociétés financières qui font de la titrisation de dettes en France, façon subprimes américains.

Pour la "grosse Créancia" ne compte que l’engrangement maximal avant la succion finale, celle qui lui fera défoncer le plancher du contrat social et de ses principes élémentaires.

Mise et gagne : impasse humaine mais boulevard financier ! Cf. http://pamphletaire.blogspot.com/2011/07/des-bandits-pas-manchots-pour-un-sou.html

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Raphaël Zacharie de IZARRA

28/01/2012 12:02

LA PRÉTENDUE CRISE : ODIEUX CHANTAGE AU SUICIDE

Trop facile de fuir ses responsabilités en accusant l’Etat de ses malheurs privés !

Honte à ce lâche contribuable qui a voulu culpabiliser les employés honnêtes des Impôts de Créteil en se suicidant devant la perception de la ville sous prétexte qu’il avait des impayés à hauteur de 26 000 euros !

Il a d'ailleurs traumatisé le personnel travaillant aux impôts et je compatis à la détresse de ces gens car ce sont eux les vraies victimes. Etre témoin d'un acte aussi hideux, c'est terrible. Un drame professionnel qui restera à jamais gravé dans leur mémoire. Cet homme y avait-il songé avant d'agir ? J'espère que ces fonctionnaires ne subiront pas de conséquences funestes occasionnées par l'acte égoïste de cet être immature...

Quand on a des dettes on les paye ! Et lorsque c’est difficile, on trouve un arrangement. Mais on ne vole pas la collectivité en se défilant, même par la porte du tombeau.

La crise n’est qu’un prétexte, juste un mot à forte connotation émotive qui arrange bien les mauvais payeurs...

Celui qui estime que sa propre vie vaut moins que 26 000 euros et quelques désagréments, celui-là est à honnir.

Je n’irai pas pleurer sur ces piètres citoyens qui s’immolent pour échapper à leurs devoirs civiques !

Nul n'a poussé cet homme à se sacrifier aussi inutilement. C'est lui et lui seul qui a choisi de se soustraire éhontément à l'impôt en mettant fin à ses jours.

N'importe qui peut trouver des excuses à sa détresse personnelle en minimisant ses propres fautes et en accusant la société, la fonction publique, la prétendue déshumanisation du système, les voisins, etc...

Tous les endettés ne se donnent pas la mort, la plupart finissent par s'acquitter de leur tribut et tout rentre dans l'ordre. C'est cet homme qui a agi avec iniquité, non la société.

Personne ne l'a poussé à se supprimer. Il avait le choix de vivre et faire face à ses obligations, il a préféré tourner le dos aux problèmes plutôt que de les affronter.

Je ne vois pas de noblesse dans la fuite.

A présent qui va payer les créances du défunt ?

Les autres contribuables loyaux et courageux. Un geste très peu élégant de sa part.

Vive l’administration, garante de l’égalité républicaine, organe étatique neutre, équitable, objectif et donc réellement démocratique ! Et jetons l’opprobre sur ces imposés cherchant à se faire apitoyer par le moyen du chantage et du spectacle médiatique !

Raphaël Zacharie de IZARRA

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

plus de commentairesVoir le(s) (1) réponse(s)
avatar

samir

28/06/2013 20:09

Vous êtes degueulasse vous me donnez envie de vomir

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

28/01/2012 12:02

LA PRÉTENDUE CRISE : ODIEUX CHANTAGE AU SUICIDE

Trop facile de fuir ses responsabilités en accusant l’Etat de ses malheurs privés !

Honte à ce lâche contribuable qui a voulu culpabiliser les employés honnêtes des Impôts de Créteil en se suicidant devant la perception de la ville sous prétexte qu’il avait des impayés à hauteur de 26 000 euros !

Il a d'ailleurs traumatisé le personnel travaillant aux impôts et je compatis à la détresse de ces gens car ce sont eux les vraies victimes. Etre témoin d'un acte aussi hideux, c'est terrible. Un drame professionnel qui restera à jamais gravé dans leur mémoire. Cet homme y avait-il songé avant d'agir ? J'espère que ces fonctionnaires ne subiront pas de conséquences funestes occasionnées par l'acte égoïste de cet être immature...

Quand on a des dettes on les paye ! Et lorsque c’est difficile, on trouve un arrangement. Mais on ne vole pas la collectivité en se défilant, même par la porte du tombeau.

La crise n’est qu’un prétexte, juste un mot à forte connotation émotive qui arrange bien les mauvais payeurs...

Celui qui estime que sa propre vie vaut moins que 26 000 euros et quelques désagréments, celui-là est à honnir.

Je n’irai pas pleurer sur ces piètres citoyens qui s’immolent pour échapper à leurs devoirs civiques !

Nul n'a poussé cet homme à se sacrifier aussi inutilement. C'est lui et lui seul qui a choisi de se soustraire éhontément à l'impôt en mettant fin à ses jours.

N'importe qui peut trouver des excuses à sa détresse personnelle en minimisant ses propres fautes et en accusant la société, la fonction publique, la prétendue déshumanisation du système, les voisins, etc...

Tous les endettés ne se donnent pas la mort, la plupart finissent par s'acquitter de leur tribut et tout rentre dans l'ordre. C'est cet homme qui a agi avec iniquité, non la société.

Personne ne l'a poussé à se supprimer. Il avait le choix de vivre et faire face à ses obligations, il a préféré tourner le dos aux problèmes plutôt que de les affronter.

Je ne vois pas de noblesse dans la fuite.

A présent qui va payer les créances du défunt ?

Les autres contribuables loyaux et courageux. Un geste très peu élégant de sa part.

Vive l’administration, garante de l’égalité républicaine, organe étatique neutre, équitable, objectif et donc réellement démocratique ! Et jetons l’opprobre sur ces imposés cherchant à se faire apitoyer par le moyen du chantage et du spectacle médiatique !

Raphaël Zacharie de IZARRA

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

plus de commentairesVoir le(s) (1) réponse(s)
avatar

samir

28/06/2013 20:09

Vous êtes degueulasse vous me donnez envie de vomir

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb