Val-de-Marne (94) Société

Philippe El Shennawy : libération conditionnelle après 38 ans derrière les barreaux

Publié le  Par Antoine Sauvêtre

image article

Capture d'écran Youtube

La demande de libération conditionnelle de l’un des plus anciens détenus de France a été approuvée. Après 38 ans derrière les barreaux, il sortira de prison vendredi matin, et portera un bracelet électronique pendant deux ans.

Cet homme a passé plus de temps en prison que dans la nature. Philippe El Shennawy, aujourd’hui âgé de 59 ans en a passé 38 en prison. Le tribunal d’application des peines de Créteil (Val-de-Marne) a approuvé la demande de libération conditionnelle formulée par son avocate. Une approbation rendue possible grâce au président de la République. En mars 2013, l’un des plus anciens détenus de France, avait bénéficié d’une grâce partielle de François Hollande annulant sa période de sûreté  de trois ans.

« Dans le droit chemin »

« Un travail l’attend, dans l’événementiel, un toit, une famille, des amis. Les conditions sont parfaites », prévenait son avocate, Me Maud Marian. Elle assure que son client a « choisi de rentrer dans le droit chemin ». Autant d’arguments qui ont d’abord convaincu le parquet, qui s’est déclaré favorable à une libération, pour la première fois depuis sa mise en détention. Seule la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté (CPMS), chargée de se prononcer sur la dangerosité et le risque de récidive, avait estimé qu’il restait un homme « paranoïaque » et « dangereux ». Des conclusions jugées obsolètes par ses avocats, « aujourd’hui, tous les professionnels s’accordent à dire qu’il n’a plus sa place en prison ». Philippe El Shennawy a même obtenu, durant sa détention, plusieurs baccalauréats, deux CAP et une maîtrise d’histoire.

Braqueur multirécidiviste

Pourtant, la libération de ce jeune « voyou » des années 70 était loin d’être acquise. En 1975, âgé de seulement 20 ans, il participe à un braquage d’une banque avec prise d’otage à Paris. Il n’y aura ni morts, ni blessés mais il écope, deux ans plus tard, d’une lourde peine : la prison à perpétuité. Après une première libération conditionnelle, en 1990, il est rapidement réincarcéré pour violation d’une interdiction de séjour en région parisienne. Il s’évadera deux fois, en 1997 puis en 2004, pour commettre plusieurs vols à main armée, mais est rattrapé à chaque fois. Au total, il accumule treize condamnations. Philippe El Shennawy n’était libérable qu’à partir de 2032.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb