France Société

Sciences Po : la consommation engagée contre l'obsolescence programmée ?

Publié le  Par Grégoire Dubost

image article

Wikimedia Creative Commons

L'obsolescence programmée vient de faire l'objet d'un débat à Sciences Po, à l'initiative du Centre de sociologie des organisations, en présence de Brune Poirson, secrétaire d'État. Compte-rendu.

Plusieurs vigiles étaient présents rue Saint-Guillaume ce jeudi matin, 3 mai 2018, à l'entrée de l'Institut d'études politiques de Paris. Mais s'il nous a été demandé de décliner notre identité, celle-ci n'a pas été vérifiée. Les visiteurs étaient priés d'emprunter les escaliers : l'arrivée imminente d'un représentant du Gouvernement justifiait, paraît-il, le blocage de l'ascenseur.

Dans l'amphithéâtre étaient mis en vente quelques exemplaires de l'ouvrage de Sophie Dubuisson-Quellier, sociologue, qui nous a proposé un décryptage de la « consommation engagée » – laquelle constitue, à ses yeux, « un des moteurs du changement social ».
 

L'arbre qui cache la forêt

Guillaume Duval, éditorialiste à Alternatives économiques, chroniqueur sur France Culture, a raconté avoir lui-même participé à la mise en œuvre d'une politique d'obsolescence programmée. En cause : des lave-glaces conçus, tout comme les véhicules qu'ils équipaient, pour dix ans ou cent mille kilomètres. Apparemment, il a été témoin d'un arbitrage portant sur les coûts et la qualité, et non d'un authentique sabotage. En cela, peut-être a-t-il contribué à entretenir une certaine confusion.

Dominique Roux-Bauhain, professeur à l'université Reims Champagne-Ardenne, aurait pu le lui reprocher. L'obsolescence programmée désigne aujourd'hui une réduction « délibérée » de la durée de vie des produits, a-t-elle souligné. « Attention à ne pas mettre tout et n'importe quoi sous ce terme », a-t-elle prévenu. « Certes, il y a des cas délictueux » d'obsolescence programmée, a-t-elle affirmé, sans toutefois les citer. Cependant, a-t-elle poursuivi, c'est « l'arbre qui cache la forêt ». De son point de vue, il serait même « dangereux » de donner la priorité à la dénonciation de ces pratiques ; le risque serait de conforter les consommateurs dans l'idée que leurs produits seraient irréparables. Confrontés à une panne, « les gens sont globalement incompétents », a-t-elle constaté. « Le premier réflexe, c'est jeter », a-t-elle regretté. C'est pourquoi il faudrait « développer des structures de diagnostic ». Dans cette perspective, la mise en ligne du site Comment réparer a été saluée comme une heureuse initiative. Par ailleurs, Dominique Roux-Bauhain a précisé qu'en application d'un règlement européen (Reach) visant à protéger l'environnement, « les soudures tiennent moins bien » ; preuve, selon elle, que le problème s'avère « bien plus complexe » qu'il n'y paraît.
 

Un secrétaire d'État dans l'embarras

Laëtitia Vasseur, cofondatrice de l'association HOP (Halte à l'obsolescence programmée) a souligné que l'incertitude planait sur l'application de la loi censée réprimer l'obsolescence programmée ; tout dépendra de l'interprétation plus ou mois large qu'en feront les juges. Interrogée sur la réalité de ce phénomène, elle a concédé qu'il était « marginal » sans toutefois répondre à notre question : dans une économie libre, soumise à la concurrence, les fabricants n'auraient-ils pas intérêt à soigner leur réputation, voire étendre la garantie de leurs produits, plutôt qu'à provoquer leur panne –  cela dans l'espoir de gagner des parts de marché ? Flirtant avec la décroissance, elle a dénoncé « une forme d'aliénation » par la technique. Surtout, a-t-elle martelé, « il ne faut pas donner l'impression que toute la responsabilité repose sur les consommateurs ».

S'agissait-il d'une pique lancée en direction du Gouvernement ? Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, entend « donner au consommateur le moyen de pouvoir choisir ». C'est pourquoi un indice de durée de vie devrait bientôt permettre d'établir des comparaisons quant à la robustesse et la réparabilité des produits. En attendant, la loi sur le secret des affaires réduira-t-elle au silence les hypothétiques lanceurs d'alerte susceptibles de révéler les complots ourdis par les industriels ? Un membre de l'assistance s'en est inquiété. Brune Poirson a reconnu ne pas savoir à quoi il faisait allusion. Les chantiers ne manquent pas, s'est-elle justifiée…







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb