Hauts-de-Seine (92) Société

La Poste : fin de la grève la plus longue de l’histoire dans les Hauts-de-Seine

Publié le  Par Antoine Sauvêtre

image article

portmanteaus - flickr

Le secrétaire départemental du syndicat SUD a annoncé au Parisien que les postiers des Hauts-de-Seine mettaient un terme à leur grève qui aura duré 170 jours. Ils considèrent que toutes leurs revendications ont été acceptées par la direction.

« C’est la grève la plus longue de l’histoire de la Poste », selon le secrétaire départemental du syndicat SUD, qui a pris fin ce vendredi 18 juillet. Débuté le 29 janvier dernier, le mouvement s’est arrêté au bout de 170 jours. « Nous sommes heureux qu’elle se termine sur une victoire », continue le syndicaliste Gaël Quirante.

Toutes les revendications acceptées

En effet, « toutes [les] revendications ont été acceptées par la direction », explique-t-il au Parisien. Les grévistes réclamaient notamment l’embauche en CDI de trois salariés dont les contrats d’insertion n’avaient pas été renouvelés et qui enchainaient jusqu’ici les contrats précaires. Ils ont tous les trois été titularisés par la direction. Concernant le plan de restructuration contesté par les grévistes, Gaël Quirante assure que « les projets de restructuration et de suppressions d’emplois sont repoussés à dans 8 à 12 mois ». Enfin, des « primes de roulement » seront versées aux facteurs remplaçants qui n’ont pas de secteur défini.

Tout le département touché

La grève avait démarré à Rueil-Malmaison après que le contrat d’insertion d’une factrice, qui travaillait pour la Poste depuis des années et qui enchainait les contrats précaires, n’est pas été renouvelé. Quatre autres plateformes du département avaient ensuite rejoint le mouvement pour dénoncer des cas similaires à Bois-Colombes, Gennevilliers, La Garenne-Colombes et Courbevoie. Cette généralisation de la grève avait entrainé des retards dans la distribution du courrier dans tout le département. Après 100 jours de grève, les postiers avaient reçu le soutien d’Europe-Ecologie-Les-Verts, qui dénonçait un « pourrissement » de la situation, voulu par la direction.
 

Cette dernière, qui expliquait avoir reçu les représentants syndicaux à plusieurs reprises et leur avoir fait « 5 propositions », avait fini par poursuivre les grévistes en justice pour « abus de grève ». EELV craignait alors que ce choix « dangereux » ne fasse « qu’attiser le conflit ».







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb