France Economie

Hausse de la TVA maintenue le 1er janvier 2014

Publié le  Par Roxane Bayle

image article

Flickr de Gérard Collomb

Malgré les nombreuses actions sociales du jour, notamment celle de la filière équestre, Pierre Moscovici a annoncé que le gouvernement ne reviendra pas sur la hausse de la TVA, prévue le 1er janvier 2014.

Le ministre de l'Economie l'a réaffirmé ce matin sur RTL: non, il ne reviendra pas sur la hausse de la TVA le 1er janvier prochain. Le taux principal de la taxe sur la valeur ajoutée passera donc de 19,6% à 20%, le taux intermédiaire montera de 7% à 10% tandis que le taux réduit sera maintenu à 5%.

La raison de ces augmentations, votées en 2012,  est la contribution financière au Crédit impôt compétitivité-emploi (CICE) qui reste l'une des mesures phares du gouvernement dans la lutte contre le chômage: "C'est par l'entreprise que va reprendre l'économie française" a rappelé Pierre Moscovici.

Cette hausse est contestée par une partie de l'opposition, dont le Front de Gauche et le PCF qui appellent à une "marche pour une révolution fiscale". Du côté du groupe EELV au Sénat, Jean-Vincent Placé, on a exprimé la peur que cette hausse soit "la goutte de trop".

Même dans la majorité, et en particulier dans l'entourage du Président de la République, on se fait du mouron: "Ca va être la merde dès le 1er janvier" a dit l'un d'entre eux pour le journal Le Parisien/Aujourd'hui en France. Le socialiste François Kalfon a appelé le gouvernement à faire machine arrière: "Entendre le pays, c'est dire que plus aucune hausse d'impôt n'est aujourd'hui recevable.

Mais pour le gouvernement, c'est à la grande distribution qu'il faut s'en prendre: "Personne n'est obligé de répercuter (la hausse de la TVA) sur les prix" dit le ministre de l'Economie. Il veut en appeler au civisme de la grande distribution.

Face à l'ampleur des mobilisations contre cette hausse, notamment celle de la filière équestre dont les manifestants ont  bloqué, en signe de protestation, le cours de Vincennes aujourd'hui à Paris, le gouvernement a accordé quelques petits gestes: ainsi, cette dernière a obtenu quelques mesures dont la création d'un fonds financier de soutien. Les artisans du bâtiment ont pu obtenir de leur côté un taux réduit de 5,5% pour les travaux induits en rénovation énergétique.

L'Union professionnelle artisanale a, quant à elle, lancée aujourd'hui une "mobilisation nationale pour sauver l'économie de proximité" avec, comme slogan : "sacrifié mais pas résigné".







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb