France Economie

L’atelier des ex-ouvrières de Lejaby ferme ses portes

Publié le  Par Antoine Sauvêtre

image article

Françoise C - flickr

L’association « Les Atelières » composée des anciennes salariées du fabricant de lingerie Lejaby, jette l’éponge. Faute de financement, la fondatrice va demander la liquidation de l’atelier de lingerie haut de gamme au tribunal de commerce de Lyon.

« C’est avec une grande tristesse que j’ai décidé de mettre fin à l’aventure des Atelières un peu plus d’un an après l’ouverture de l’atelier. C’est un crève-cœur pour celles et ceux qui ont eu l’espoir de relancer un atelier de lingerie corseterie haut de gamme », se désolait Muriel Pernin. Vendredi, la fondatrice de la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) va demander la liquidation judiciaire des « Atelières » devant le tribunal de commerce de Lyon.

La fondatrice accuse les banques

Trois raisons expliquent cet échec selon Muriel Pernin. La première : les banques ont refusé de financer un projet, pourtant soutenu par le préfet du Rhône Jean-François Carenco et le président de la région Jean-Jack Queyranne. « Dans notre pays, les banques sont plus fortes que la République, conclut-elle. Avec notre argent, elles exécutent chaque jour des dizaines de PME. Ce sont les Atelières qui montent aujourd’hui à la guillotine ». Seconde explication : la Banque publique d’investissement (BPI) prône la « robotisation » plutôt que le travail manuel. « Les Atelières »  n’entraient donc pas dans les critères de l’instance publique.
 

Enfin, « nous avons souffert de la désorganisation de la filière corsetière et textile et des marques », explique-t-elle, notamment à cause de « l’absence de matières premières en circuit court. […] Les habitudes de payer des services à bas coût au Maghreb et en Asie faussent les relations entre clients et fournisseurs. » Muriel Pernin fustige également les produits « made in France, souvent conçus à l’étranger et finalisés en France. Tous les jours, des consommateurs sont bernés par l’étiquette ‘made in France’ qui est une norme a minima et le cache-sexe médiatique d’un pays qui a abandonné ses métiers ».

Un beau projet qui tombe à l’eau

Muriel Pernin avait pris la tête des « Atelières » début 2012. Alors que plus de 200 salariées de la marque de lingerie Lejaby étaient sur le carreau, elle propose, avec l’aide des responsables syndicales, de créer un atelier composée de 25 anciennes couturières de Lejaby. L’objectif : créer une lingerie haut de gamme Made in France. Et parmi ses clients, l’association comptait un certain Alain Prost, repreneur de la marque Lejaby, rebaptisée « Maison Lejaby ».







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb