France Economie

La Redoute : le plan social bloque toujours

Publié le  Par Antoine Sauvêtre

image article

johninnit - flickr

La direction de La Redoute a présenté, mardi 18 mars, un protocole d’accord sur le plan social concernant 1178 emplois. Les syndicats le rejettent en bloc. Il s’agissait pourtant des « dernières négociations » selon la direction.

Le torchon brûle toujours entre l’intersyndicale et la direction de La Redoute. Après des négociations qui ont duré tard dans la soirée du lundi 17 mars, l’entreprise de vente à distance à présenté un protocole d’accord sur le plan social visant la suppression de 1178 emplois sur quatre ans.
 

A lire : La Redoute : 1178 emplois supprimés, selon les repreneurs

Les syndicats « ne signeront pas »

Dans les grandes lignes, la direction propose 20 000 euros de plancher pour les indemnités de départs volontaires, contre 15 000 euros précédemment, et une somme comprise entre 750 et 1200 euros par année d’ancienneté selon les cas. Les syndicats réclamaient 40 000 euros de plancher pour les indemnités de départs volontaires, plus 1500 euros par année d’ancienneté et 36 mois de congés de reclassement.
 

Loin d’un accord, les syndicats ont précisé leur position. « La CFDT ne signera pas parce que la direction est capable de verser un peu plus », précisait une déléguée syndicale. « C’est largement insuffisant, on est encore loin des revendications des salariés. A la CGT, c’est certain qu’on ne signera pas », a réagi le syndicat rejoint par un délégué Sud.

« Dernière réunion »

La direction a toutefois mis la pression sur les syndicats en annonçant que la réunion des négociations de la veille était « la dernière ». Le protocole d’accord final sera présenté à l’intersyndicale mardi 18 mars dans sa version écrite. La CFE-CGC, seul syndicat qui semble lâcher du lest dans les négociations, a précisé que le projet d’accord présenté aujourd’hui sera accompagné d’une « mise à la signature dès jeudi soir ». Un ultimatum qu’aucun syndicat n’acceptera, y compris la CFE-CGC qui a précisé que « si [la direction] s’arrête là en termes de propositions, je pense qu’avec les salariés on continuera à faire pression pour que les négociations reprennent sur des bases plus sérieuses ». Une sortie de crise n’est pas à l’ordre du jour.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb