France Economie

Chômage : premier trimestre stable en métropole à 9,7%

Publié le  Par Antoine Sauvêtre

image article

brunolaon - flickr

Sur les trois premiers mois de l’année 2014, le taux de chômage s’est stabilisé à 9,7% en métropole, selon les chiffres de l’Institut de la statistique. Sur un an, l’Insee constate une baisse de 0,2 point.

Avec 2,779 millions de personnes au chômage, la France métropolitaine enregistre une stabilité du taux de chômage au premier trimestre 2014, soit 9,7% de la population active. Une annonce faite par l’Institut de la statistique qui se base sur les normes du Bureau international du travail (BIT). Sur un an, l’Insee constate une baisse de 0,2%.
 

Cependant, pour l’Insee, sur le premier trimestre 2014, le nombre de demandeurs d’emploi sans activité a continué d’augmenter. Avec 42 000 nouveaux inscrits à Pole emploi, les chiffres du chômage battent un nouveau record. Une différence avec les chiffres du BIT qui s’explique par la manière de mesurer le chômage : Pôle emploi compte le nombre de demandeurs d’emploi inscrits sur ses listes alors que l’Insee mène une enquête chaque trimestre auprès de 110 000 personnes.

Jeunes et seniors

Points noirs du premier trimestre, le chômage des jeunes (+0,2 %) et celui des seniors (+0,3%). Le chômage des moins de 24 ans s’établit ainsi à 22,9%, ce qui reste une baisse de 2 point sur un an. Le plus de 50 ans sont les moins touchés avec un taux à 6,7% malgré une légère dégradation (+0,2 %).
 

De plus, l’Insee a révisé le taux de chômage du quatrième trimestre 2013 en l’abaissant de 9,8% à 9,7% accentuant ainsi la baisse enregistrée par rapport au troisième trimestre de l’année précédente (9,9%). Le site du Monde rappelle que « le taux de chômage historique de l’Insee a atteint son pic historique (10,4% en métropole) » en 1994 et 1997 et que « sur les trente dernières années, il a atteint son plus bas niveau (6,8%) en 2008, peu avant la crise financière mondiale ».

Non-inscrits et chômage partiel

Par ailleurs, l’Insee constate qu’1,4 million de personnes qui souhaitent un emploi préfèrent ne pas être comptées dans la population au chômage. Cela constitue « un halo autour du chômage, explique l’institut. Leur nombre augmente de 55 000 sur le trimestre et 101 000 sur un an ». De la même manière, le temps partiel subi augmente de 0,1 point pour s’établir à 6,1% des personnes dans l’emploi. 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb