Monde Economie

L'Union européenne met fin à certaines pratiques spéculatives.

Publié le  Par Jean-Charles Martin

image article

L'Union européenne a décidé de mettre fin à l'achat à nu d'assurances sur les faillites d'états et d'encadrer les ventes de titres à découvert. Ces deux pratiques sont entre autres accusées d'être responsables de la crise financière.

Deux techniques speculatives, accusées d'être responsables de la crise financière qui a éclaté il y a quatre ans, seront interdites à partir de demain, ou pour une mieux encadrée. Cependant, ces interdictions ne sont en vigueur que sur le territoire européen. L'objectif est cependant de s'attaquer à des produits financiers rendus responsables de récentes déstabilisations des marchés financiers.

 

La directive européenne, pour être précis, interdit la vente à nu des contrats d'assurance sur les dettes des états tout en imposant davantage de transparence pour les ventes à découvert. Les investisseurs ne peuvent plus désormais souscrire à des contrats d'assurance souverains quand ils ne détiennent pas les titres de dettes correspondants. Et si ça ne concerne que le territoire de l'Union européenne, l'élément intéressant est que cela concerne la City de Londres où les produits de ce genre sont légion.

 

 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb