France Sport

Quinze de France : gagner ou plonger…

Publié le  Par Jacques-Henri Digeon

image article

FFR

Pas question de tergiverser ce soir à Marseille : le Quinze de France doit impérativement battre l’Italie pour ne pas plonger dans les abîmes du rugby mondial…

Drop de Sexton à la dernière seconde au Stade de France, fin de match plus que laborieuse à Edimbourg… Les deux premières rencontres du Tournoi ont encore mal tourné pour le Quinze de France ajoutant au bilan deux nouveaux échecs et le laissant sur la plus mauvaise série de son histoire avec huit matches sans victoire (sept défaites et un nul).

Ce vendredi soir, au Stade Vélodrome de Marseille, face à l’Italie, les Français n’auront pas d’autre alternative que de gagner. Il est évident qu’une nouvelle défaite face à l’équipe la plus faible des six nations du Tournoi précipiterait l’équipe de France et le rugby français dans les abîmes avant d’affronter l’indomptable Angleterre et ces diables de Gallois. Il n’y a donc plus le choix !

Si un succès remettrait un peu de baume au cœur de Bleus en pleine crise de confiance, il permettrait également de réconcilier (un peu)  les Français avec leur rugby et d’effacer autant que faire se peut les errances de ces quelques internationaux qui se sont perdus dans la nuit d’Edimbourg après la défaite en Ecosse. Bien entendu, ces ‘’gugusses’’ ont été sanctionnés et suspendus d’équipe de France. Y reviendront-ils, la question mérite d’être posée mais reste pour le moment sans réponse.

Avoir le sourire à la fin. En tout état de cause, si leurs "remplaçants" font l’affaire ce soir sur les bords de la Méditerranée, il est probable qu’ils devront attendre un bout de temps avant de revêtir de nouveau le maillot national. Les changements apportés par Jacques Brunel concernent essentiellement les lignes arrière où le Montpelliérain Fall à une aile, les Clermontois Grosso de l’autre côté et le Toulonnais Bonneval à l’arrière feront leur apparition à la place de Thomas, sanctionné, Vakatawa, peu en vue et Palis, encore un peu tendre. L’autre Toulonnais Bastareaud réintégrera le centre à la place du Parisien Chavancy à côté du Rochelais Doumayrou. Pour le reste, pas de changement.

Le mot de la fin sera pour Hugo Bonneval. Dans L’Equipe (22 février), le Toulonnais, qui sera un peu chez lui, a dit que « même un 3-0 après un match pourri, ce sera bien aussi. » Avant de conclure quand même sur une bel note d’optimisme : « Il faut juste qu’on ait le sourire à la fin du match parce que ça fait presque un an qu’on n’a pas gagné. » C’est tout ce qu’il faut souhaiter aux Bleus.

 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb