France Sport

SportHebdo : la face cachée de Mbappé

Publié le  Par Jacques-Henri Digeon

image article

dr

Un carton rouge qui pose question, un tee-shirt qui fait le buzz, un budget qui inquiète et des mots, toujours des mots… L’actualité sportive vu au-delà du simple résultat.

Rouge. « Si c’était à refaire, je le referais. Mais je ne peux pas tolérer ce genre de geste. » On avait connu un Kylian MBappé plus réfléchi, plus mature, aux mots justes qui tranchaient avec les banalités habituellement entendues du monde du foot. Mais voilà, le prodige du foot français va devoir assumer son nouveau rôle de star, de candidat au titre de meilleur joueur du monde, cette année ou plus tard, avec tout ce que cela comporte de d’excès médiatiques tant dans sa carrière de footballeur que dans sa vie quotidienne. Ses faits et gestes seront observés, décortiqués, déformés par les milieux du football bien sûr mais également du monde people sans parler des réseaux sociaux prompts à tous les débordements.
Il est évident que cette phrase lâchée à l’issue du match Nîmes-PSG (2-4) est révélatrice de ce qui l’attend désormais. Du statut de révélation il y a deux saisons à Monaco et de la confirmation de son potentiel lors de sa première saison parisienne, deux éléments qui restaient dans les limites de l’Hexagone, le voilà, depuis la Coupe du Monde en Russie, élevé au plus haut rang de l’échelle des valeurs sportives et financières. Où qu’il aille, quoi qu’il fasse, MBappé doit donc s’attendre à un traitement de faveur aussi bien dans le bons sens du terme que dans le mauvais. Et c’est justement là  qu’il lui faudra résister. Ce qu’il n’a pas fait samedi dans l’antre du club nîmois qui a soigné la réception du PSG et de ses étoiles en les faisant douter d’abord en remontant deux buts puis en les remuant comme rarement ils l’avaient été. Un match joué, il faut le souligner, dans un excellent état d’esprit sur la pelouse et plaisant vu des tribunes même si quelques énergumènes ont cru bon de traiter Neymar de ‘’pleureuse’’… Quelques minutes après un exploit technique rare (enchaînement d’un contrôle aérien et frappe victorieuse) pour le troisième but parisien, MBappé a donc failli. D’abord en écopant d’un carton jaune pour contestation en début de match, puis d’un rouge pour avoir violemment bousculé le Nîmois Savanier qui l’avait trop sèchement taclé en toute fin de rencontre. Certes assumé -il a confirmé sa déclaration tout en s’excusant auprès de son club et de ses supporters- ce geste révèle néanmoins la face cachée de Mbappé.... Mais à l’avenir, s’il ne veut pas ternir son image, il lui faudra canaliser sa colère face aux tourments  qu’il pourrait subir sur les pelouses françaises et mondiales. Son immense talent et sa  personnalité ne peuvent l’autoriser à de telles réactions de nervosité et de colère tout autant que son éducation ne pourra tolérer ses attitudes de mauvais esprit  voire de suffisance comme on a pu le voir face à l’Uruguay et à la Belgique en Russie. Hé, Kylian, pas sûr que tu le referais…

Haut et bas. A l’US Open, la Française Alizé Cornet a fait le buzz en osant retirer son tee-shirt pour le remettre à l’endroit en cours de match, ce qui lui a valu un avertissement, seuls les hommes étant autorisés à enlever le haut sur le court. Une sanction qualifiée de sexiste qui a bien entendu provoqué un tollé au sein (sans jeu de mot…) des associations féministes et sur les réseaux sociaux. Du coup, l’organisation s’est excusée et prévoira désormais un espace pour que ces dames puissent se changer si nécessaire. ; non mais… Bon, heureusement qu’il y a eu la bouillante Alizé pour faire parler du pays. Parce que sur les autres courts, les Français n’ont pas fait sensation, loin, très loin de là même. Tous virés au mieux au troisième tour et donc pas un Bleu en quart de finale d’un Grand chelem, du jamais vu depuis 38 ans ! La bérézina, quoi… Et pendant ce temps là, Bernard Giudicelli, le président de la fédération française, s’interpelle sur la combinaison de Serena Williams à Roland-Garros et Guy Forget, directeur du tournoi veut créer un code vestimentaire pour le rendez vous parisien. Ah, ça, c’est urgent…  

A part ça. A part ça, Denis Masseglia, le patron de l’olympisme français, va lancer une pétition pour réclamer à l’Etat des moyens supplémentaires pour le développement des sportifs après la diminution de 0,2 % du budget des sports, de 310 à 260 millions et le « hold-up » sur la taxe Buffet* ; et dire que nos élus comptent sur les Jeux 2024 de Paris pour faire rayonner la France… A part ça, Thierry Henry n’entraînera finalement pas Bordeaux, les futurs investisseurs américains n’ayant pas trop confiance en lui pour son premier poste sur le banc ; les Belges, 3e du dernier Mondial de Russie, eux n’ont pas hésité : ils l’ont nommé entraîneur adjoint de leur sélection nationale… A part ça, l’athlétisme kenyan ne va pas trop bien : après les nombreux cas de dopage, c’est au tour de David Okeyo, ancien secrétaire général de la fédération, d’être exclu de l’organisation mondiale (IAAF) : il avait tout simplement détourné à son profit des centaines de milliers de dollars versés par Nike pour l’aide aux athlètes ; pourquoi se gêner…
*Selon Masseglia,  le « gouvernement prélève la moitié de cette taxe censée intégralement financer le sport amateur.»

Ils l’ont vraiment dit. « Trois comme trois buts oui. Mais trois comme trois titres en Premier League », de José Mourinho, entraîneur de Manchester United après la sévère défaite (0-3) à domicile face à Tottenham ; le Portugais a toujours réponse à tout…« Je trouve étonnant qu’un footballeur vienne s’immiscer dans notre sport », de Roger Federer à propos du Barcelonais Gérard Piqué, un des principaux instigateurs de la nouvelle Coupe Davis qui pourrait concurrencer la Laver Cup, organisation dont le Suisse est le patron ; non mais…
« Je veux t’aider », de l’arbitre Mohamed Lahyani descendu de sa chaise et accroupi à la manière d’un coach de Coupe Davis devant l’Australien Nick Kyrgios qui ‘’sous-jouait’’ et était mené par Pierre-Hugues Herbert ; du jamais vu en tennis ! «  Peut être qu’on peut me donner le prize money du vainqueur, ce serait juste non… », de ce même PH Herbert, plutôt philosophe après que Kyrgios se soit réveillé et l’ait finalement battu …
(Sources : L’Equipe, Aujourd’hui, sites internet).







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb