France Sport

SportHebdo : c’est dans la tronche

Publié le  Par Jacques-Henri Digeon

image article

dr

Le tennis français a mal à la tête. A part ça, Gerraint Thomas raconte ses frustrations, le PSG ne s’en sort pas du fair-play financier et Usain Bolt n’est pas encore footballeur. Sans oublier les bons mots de l’actualité sportive vue au-delà du simple résultat

Le tennis masculin français va mal, très mal. Le Masters 1000 de Bercy l’a confirmé après une année qui se terminera sans Bleu dans les vingt premiers mondiaux et un seul, Richard Gasquet, dans les trente (28e). Franchement pas reluisant. Mais ce n’est probablement pas qu’une question de talent tennistique. Car il n’est pas rare qu’après des entrées convaincantes en tournoi, ils craquent aux tours d’après, certes face à des Top 10 ou 20, mais plus inquiétant face à des joueurs de leur niveau voire beaucoup moins bien classés.  Si ce n’est pas une question de technique plutôt faut-il trouver des explications dans leur comportement. Plus précisément dans ces incessantes justifications des Simon, Paire, Monfils, Pouille  et Herbert ou Mahut après leurs défaites. Combien de fois n’ont-ils pas invoqué pêle-mêle perte de motivation, petits bobos, soudaine lassitude, contrariétés, manque de motivation, peur de perdre, de gagner ( !), mésentente avec le coach (dont ils changent souvent…) et bien sûr (surtout ?) problèmes personnels, soucis familiaux, que sais-je encore… « Il est déjà très fort dans la gestion des émotions »  dit-on de Khachanov, le tombeur de Djoko et vainqueur de Bercy. Alors oui, pour les Français, c’est, comme dirait Noah, dans la ‘’tronche’’. Justement Noah : « J’avais vingt-trois ans quand j’ai gagné Roland (Garros). Si j’avais eu quelqu’un avec qui parler du sens à donner à ma carrière, avec qui j’aurais pu échanger sur mes douleurs, mon stress, mon nouveau statut, je pense qu’il se serait passé autre chose » a-t-il expliqué à Vincent Cognet dans L’Equipe (3 novembre). En  clair, sa carrière eut été différente avec d’autres ‘’Roland’’ ou ‘’Wimb’’ à son palmarès. C’est en partant de ce principe et de son expérience que le capitaine de l’équipe de France de Coupe Davis s’est lancé dans un projet de préparation mentale des joueurs et joueuses en association avec Pierre Cherret, directeur technique national. Un chantier long à mettre en place pour la nouvelle génération (dès 12 ans), jeunes pousses et espoirs prometteurs, qui proposera, comme il l’explique dans cet entretien, un accompagnement : « Il y a déjà des gens qui interviennent comme consultants. Je veux que ça fasse partie du quotidien  exactement comme le coup droit ou le service »  et pas seulement au coup par coup. Puisse t-il réussir. En attendant, Yannick Noah a du pain sur la planche avec la préparation mentale des finalistes de la Coupe Davis*. Sa méthode n’a pas mal réussi jusqu’à présent avec les Français : alors à eux de jouer pour sauver leur saison et augurer de jours meilleurs…
* La finale France-Croatie aura lieu du 23 au 25 novembre à Villeneuve d’Ascq (Nord).

Frustrations. Lauréat du dernier Tour de France, Gerraint Thomas vient de sortir en Grande-Bretagne un livre "souvenirs" retraçant sa carrière jusqu’à sa victoire de juillet dernier. S’il avance que s’il se présente au départ à Bruxelles en 2019, ce sera pour le gagner à nouveau, le Gallois  a "gentiment" réglé ses comptes avec Sky au sujet de la dernière grande boucle. Et de son statut par rapport à celui de Froome. Ainsi, raconte t-il que lors d’un problème de climatisation dans un hôtel, seul Froome avait pu bénéficier du rafraîchissement. Ou encore qu’on l’avait prévenu qu’en cas de problème (défaillance ou crevaison) dans le chrono par équipe, l’équipe ne l’attendrait pas. De quoi alimenter une légère frustration. On pourrait dès lors imaginer que les deux Britanniques ne se retrouveront probablement pas tous les deux au départ d’un grand tour. Pas sûr en tout cas que l’entente cordiale et leur amitié affirmée ne soient pas écornées... 

À part ça. A part ça, grosse surprise à Bercy : le Russe Karen Khachanov, 22 ans, domine Novak Djokovic, nouveau numéro un mondial, en deux manches ; même si son tonton est millionnaire. À part ça, nouvelle sortie des Football Leaks* révélée par Médiapart : l’UEFA aurait négocié avec le Paris SG (ou l’inverse…) pour minimiser les sanctions du fair-play financier prises contre le club parisien et même que c’était à l’époque où Platini était encore en exercice comme président européen ; en attendant, le PSG n’a pas le droit à l’erreur ce mardi contre Naples… À part çà, Usain Bolt ambitionnait de signer son premier contrat de footballeur professionnel en Australie mais a dû finalement renoncer, le club des Central Coast Mariner ne lui offrant que 150.000 dollars, trop peu pour l’ex-roi du sprint qui en demandait 3 millions ; mais on ne sait pas s’il était techniquement au point…
*Football Leaks, c’est la fuite de près de 19 millions de documents sur les contrats de joueurs, de sponsoring, de commissions, révélé par le journal allemand Der Spiegel et révélé par l’European Investigative Collaborations, réseau d’information journalistique.

Ils l’ont vraiment dit. « On n’est pas des divas, on ne l’a jamais été et on ne demande pas des choses faramineuses (…) Mon seul désaccord avec la ministre, c’est que les moyens on ne les a pas », de Martin Fourcade qui dénonce le manque de moyens des biathlètes pourtant pourvoyeurs de nombres titres et victoires internationales… « Je pense que je vais prendre quelques jours de vacances, profiter de mon célibat, faire la fête, me vider la tête », de Benoît Paire après sa défaite à Bercy ; on comprend que Noah ne l’ait pas retenu pour la finale de la Coupe Davis… « Moi aussi j’apprends, ça ne fait que quinze jours que je suis là », de Thierry Henry  après le nouvel échec de Monaco à Reims ;  dur, dur, les débuts d’entraîneur… « Quand tu es bien concentré, que l’équipe fait bien son boulot et que le ballon te tombe dans les mains, tu n’as plus qu’à courir », du rugbyman argentin du Racing92 Juan Imhoff, auteur de deux essais contre Montpellier ; c’est simple comme bonjour, le rugby…
(Sources : L’Equipe, Aujourd’hui, internet).







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb