Faits divers France

Disparition de Maëlys : l'avocat secoue BFMTV

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

BFMTV (copie d'écran)

Alain Jakubowicz défend son client, Nordhal Lelandais, accusé d'avoir fait disparaître la petite Maëlys à Pont-de-Beauvoisin (Isère). Il était lundi 4 décembre sur BFMTV.

Alain Jakubowicz a attaqué la chaîne BFMTV qui avait publié un faux document montrant une silhouette blanche dans une voiture, une sorte de reconstitution de photo à partir d'une vidéo que personne ne pouvait avoir vue. L'avocat a aussi redit que son rôle n'est pas de faire parler le suspect, ce que demandaient la presse et la famille, qui  cherche toujours à retrouver l'enfant, mais de le défendre.


BFMTV retranscrit sur son site ce qui a été dit durant l'émission. On lit : 

 

Alain Jakubowicz, dont le client vient d’être mis en examen dans cette affaire, assure : «A 2h45, heure à laquelle le procureur situe la disparition, la petite est avec ses grands-parents au mariage », dont le témoignage figure au dossier pénal. « La soeur de la grand-mère confirme également et raconte que, à cette heure-là, Maëlys est allée jouer au football dans la salle réservée aux enfants », ajoute l’avocat. « Comment peut-elle être avec ses grands-parents à 2h45 et à 2h47 à 800 mètres de là ? », interroge-t-il.


Toujours selon le dossier d’instruction cité par Me Jakubowicz, des personnes qui quittaient la fête à 3 heures et 3h10 du matin ont également témoigné avoir aperçu la fillette. L’avocat s’appuie ensuite sur le témoignage, répété trois fois aux gendarmes, du cousin de la mère de Maëlys, qui a quitté le mariage à 3h15. « Il croise Maëlys qui dit "Au revoir, fais un bisou à ta fille de ma part". Sa compagne confirme l’heure et a vu Maëlys. Même la mère de Maëlys confirme que le cousin est parti à 3h15.»


Un autre invité indique, selon l’avocat, «qu’à 3h28, Maëlys n’avait pas disparu». «Mon client a quitté la soirée à 3h55», assène le conseil.


La photo, étrange reconstitution

BFMTV avait publié cette  "photo" qui est en réalité un travail réalisé sur un logiciel de dessin...





La "photo" reconstituée par BFMTV n'est qu'un dessin hasardeux. On a entendu parler d'une silhouette blanche. On dessine l'avant d'une voiture et une silhouette avec une robe blanche sur le siège passager... D'un point de vue juridique, c'est indigne. Seuls les gens qui ont accès au dossier ont pu voir les enregistrement de  vidéosurveillance. L'avocat qui, lui, a vu la vidéo, dit sur BFMTV :

« On distingue effectivement une passagère, avec les cheveux longs. Mais Maëlys avait les cheveux relevés. Le décolleté est un décolleté de femme, carré, qui va jusqu’à la naissance de la poitrine. » Rien à voir, selon lui, avec la robe blanche au  col rond de petite fille que Maëlys portait le soir de sa disparition. 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses


articles liés Les articles liés


Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb