Paris (75) Culture

Johnny : le déballage avant la succession

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

dr

L'affaire de l'héritage de Johnny Hallyday ne fait que commencer. Et de la plus mauvaise manière. Il s'est heureusement trouvé des juristes pour faire un rappel au droit.

La lettre de Laura Smet à son père décédé n'a pour fonction que d'atterrir dans les rédactions. Jean-Philippe Smet, dit Johnny Hallyday, ne la lira pas, il est mort, le 5 décembre 2017 à Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine) et repose à Saint-Barthélémy. Cette lettre est émouvante. Elle sert à ça. Elle joue l'émotion du public contre le droit. Elle dit : 

« ...Tu aurais rédigé un testament nous déshéritant totalement David et moi. »


Le reste est de l'emballage... Des confidences très personnelles, de ces messages qu'on passe en soi-même à des personnes décédées, qui relèvent de l'intime et qu'on n'envoie pas à l'Agence France Presse. Sauf Laura Smet, 34 ans, fille de Nathalie Baye, et David Hallyday, 51 ans, fils de Sylvie Vartan... « ...Dans notre famille, c'est comme ça »



On comprend bien que s'il avait suffi d'une lettre pour disposer de l'héritage, ce n'est pas au public qu'on l'aurait envoyée mais à la personne en charge de régler la succession (les maisons à Marnes, Los Angeles et Saint-Barth, les royalties sur l'oeuvre). Il y a un testament mais il est ici évoqué au conditionnel : "Tu aurais rédigé..." 


Et le conjoint survivant ?


Il y a vraiment un testament. Mais de droit américain. Il donne tout à la veuve et à deux enfants, Jade et Joy. En France, il y a une part réservée, de droit, aux autres enfants, c'est la réserve héréditaire (art. 914.1 du Code civil). Dans le cas où il reste un conjoint survivant, elle est d'un quart. Encore le conjoint survivant peut-il disposer de l'usage (l'usufruit) de la totalité de l'héritage. En droit français, de toute façon, Laeticia Hallyday, 42 ans, disposerait de l'usufruit de l'héritage jusqu'à sa mort et un quart serait réservé aux enfants : elle ne pourrait pas le vendre. 


Le droit américain prime


Le conflit entre le droit américain (qui ne connaît pas cette réserve) et le droit français a été résolu le 27 septembre 2017 par la Cour de cassation. C'était, rappelle France Info, pour la succession du compositeur de musique (de films) Maurice Jarre, décédé en 2009 aux Etats-Unis et qui n'avait rien donné à ses enfants, Jean-Michel Jarre et Stéphanie. La Cour de cassation a considéré (à la fin de huit ans de procédure) que le droit américain devait être respecté, qui donnait tout à la veuve du compositeur, Fui Fhong Kong. Alors bien sûr, Johnny est français, né à Paris, mort à Marnes-la-Coquette, enterré à Saint-Barth après des obsèques nationales... Mais sa volonté, exprimée dans un testament, doit être appliquée.
 

Et qu'est-ce qu'un testament sinon une lettre signée par un mort et adressée à des vivants... Exactement l'inverse de celle qu'on nous donne à voir... Comme on le disait, cette lettre signé Laura est là pour être montrée. 

 


 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb