Paris (75) Culture

Marc Riboud, le sens de l'image

Publié le  Par Paris Dépêches

image article

© DR

Le musée de la vie romantique (16, rue Chaptal, 9ème arr.) présente environ 110 clichés du photographe Marc Riboud jusqu'au 26 juillet. Une exposition qui retrace les différentes étapes du parcours éclairé de ce voyageur infatigable, qui depuis plus de 50 ans regarde le monde. Rencontre.

Paris dépêches : L'instinct de l'instant ? Pourquoi avoir donné ce titre à votre exposition ?

Marc Riboud : Il y a une dizaine d'années, j'avais écrit un texte à propos du photographe Henri Cartier-Bresson. J'avais titré L'instinct de l'instant. Je trouvais que cela lui correspondait très bien. Je pense que L'instinct de l'instant  caractérise un certain genre photographique. Dans une photo, tout se passe en un millième de seconde. En un instant avec un instinct qu'on ne contrôle pas. 


Que ressentez-vous lorsque vous déclenchez ? 

Je ne ressens rien en particulier sinon que d'espérer avoir attrapé en vol quelque chose de bon.


Lorsque vous photographiez, vous dites "je regarde la face des choses" qu’entendez-vous par là ?

La face des choses c'est ce qui est devant moi... Un paysage qui ne bouge pas ou des personnes qui s'agitent… C'est là où se joue l'instinct du bon instant.



Qu'est-ce qui influence votre façon de photographier ?

Je pense qu'on est surtout influencé par le monde dans lequel on vit, mais aussi par la mode. Un monde sans mode est un monde qui meurt. C'est le jeu du goût qui varie.


On dit de vous que vous êtes "l'interprète de tous les théâtres humains, fussent-ils muets..." Mais finalement, qu'est-ce qui vous procure le plus d'émotion : photographier la jeune fille à la fleur face aux soldats de Washington en 1967,  Yves Saint-Laurent, la Chine ou plus récemment l'élection de Barack Obama ?
 

J'ai été très ému par certaines images, c'est vrai.  Et il y a des photos que je préfère car mieux composées... Mais je ne peux pas comparer des photos qui sont si différentes les unes des autres.


Est-ce si difficile de photographier  ? 

Aujourd'hui ce qui est d'abord difficile pour un photographe c'est de gagner sa vie ! En réalité, dans une photo il y a deux choses : le fond et la forme.  La forme c'est la composition picturale. Le fond c'est  le sens de l'image. Ce qu'elle veut dire. Il n'y a rien de pire que ces gens qui vous disent "Ah c'est beau ! ". Mais c'est beau pourquoi ?


Interview réalisée par Corinne Binesti



Marc Riboud,  L'instinct de l’instant

50 ans de photographie
Jusqu'au 26 juillet

Musée de la vie romantique
Hôtel Scheffer-Renan
16, rue Chaptal - 75009 Paris
tél. : 01 55 31 95 67
http://vie-romantique.paris.fr



Crédits
Première photographie :

Jeune fille à la fleur
Washington, 1967© Marc Riboud

Seconde photographie : Yves Saint-Laurent
Paris, 1964
© Marc Riboud







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb