France Politique

La liberté de la presse souffre pendant la présidentielle

Publié le  Par Jennifer Declémy

image article

Haley/Sipa/Abaca

L'Europe avait déjà pointé du doigt le mauvais état de la liberté de la presse en France. En cette période cruciale, plusieurs éléments tendent à prouver que des deux côtés, ce droit fondamental est bafoué sur certains égards.

Jamais autant de médias et de sites d'information n'auront existé et n'auront été capables de retransmettre les informations concernant une élection présidentielle mais aujourd'hui, deux déclarations, pas vraiment relayés par la presse, montrent que certains candidats ne sont pas prêts à admettre une totale liberté de la presse.

Marine Le Pen tout d'abord ce matin sur France Info. Interrogée par la journaliste sur son refus d'admettre les journalistes de Mediapart à ses meetings dorénavant, la présidente du Front National s'indigne et explique que, étant donné que Mediapart ne veut pas l'interviewer, et bien elle leur rend la pareille et ne leur permet pas de la suivre durant ses meetings.


 

Deuxième séquence, c'est cet après-midi à Annecy, où le candidat Sarkozy, interrogé par des journalistes de Mediapart sur Eric Woerth, mis deux fois en examen la semaine dernière, leur répond la chose suivante : "Ecoutez...qu'est-ce que vous me parlez de cela...je suis là...à Annecy, j'ai pas envie de parler de ça".

Deux dans la même journée c'est un peu fort de café. Dans le premier cas tout d'abord, Marine Le Pen nie avec force la liberté de presse qui est un droit fondamental de TOUS les journalistes. Chaque journal peut interviewer qui il veut, et ce n'est pas parce que la leader d'extrême droite est présente à l'élection présidentielle qu'ils sont obligés de l'inviter dans leurs locaux. Ne pas l'inviter, c'est leur choix, et ils ne sont pas les seuls : Nicolas Demorant pour Libération hésite à l'inviter, Michel Drucker sur France 2 ne veut toujours pas la recevoir dans son émission culte du dimanche et Laurent Ruquier jusqu'à récemment prétendait ne pas vouloir l'inviter sur son plateau.

Bien sûr, le fait que Mediapart lui soit farouchement opposée et dresse d'elle et de son programme des portraits sans concessions, contrairement à la quasi-totalité des autres journalistes, n'a rien à voir avec la décision de Marine Le Pen, c'est évident. Cependant, il y a une marge entre être contre un journal et lui interdire tout accès à l'information. C'est une négation de la liberté de presse, purement et simplement.

Deuxième cas de figure à présent, moins grave certes mais qui interpelle. Nicolas Sarkozy est donc candidat, et il nous déclarait hier vouloir redescendre de son piédestal présidentiel. Apparemment ce n'est pas une descente totale qu'il effectue. Quand on l'interroge sur les questions qui dérangent, le chef de l'état en campagne présidentielle fait la sourde oreille et balaie les questions. Et effectivement, un ancien trésorier, actuellement élu et qui jouera un rôle officiel dans sa campagne présidentielle, ça peut faire tâche quand la personne en question a été mise en examen pour une affaire qui pourrait remonter jusqu'à un financement illégal de votre précédente campagne.

On admettra que bien évidemment Mediapart est farouchement opposé à ces deux candidats, et que les relations sont donc conflictuelles. Soit, mais cela n'explique rien car tout conflit ne doit pas entraver le droit à l'information des français qui consultent ce média. De même, le Figaro qui se refuse à interview tout dirigeant socialiste depuis le mois d'août dernier, ça fait long, et c'est cric-crac niveau pluralisme dans l'information.

Avec tous ces éléments, on comprend finalement pourquoi la France est aussi mal classée niveau liberté de la presse.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (2)

avatar

Mayombe

16/02/2012 18:44

Mediapart est un horrible instrument de propagande anti Marine Le Pen. S'il s'agissait d'informer, il n'y aurait pas de problème. Mais quand il s'agit de militer, c'est normal que Marine Le Pen prenne mediapart comme un adversaire et plus comme un organe de presse impartial.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

16/02/2012 18:44

Mediapart est un horrible instrument de propagande anti Marine Le Pen. S'il s'agissait d'informer, il n'y aurait pas de problème. Mais quand il s'agit de militer, c'est normal que Marine Le Pen prenne mediapart comme un adversaire et plus comme un organe de presse impartial.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Jennifer Declémy

16/02/2012 19:21

ce n'est pas un instrument de propagande, c'est un SITE D'INFORMATION, composé de journalistes qui écrivent des articles, qui relatent des évènements. Après, si ce qu'ils écrivent ne plait pas soit, mais dans ce cas là TOUS les journaux de France sont de la propagande anti Marine Le Pen et aucun ne devrait donc être habilité à la suivre
Ca s'appelle de la censure, Marine Le Pen se plaint de ne pas être couverte par les médias mais quand ils disent quelque chose de désagréable alors là ils doivent se taire. Belle conception de la démocratie

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

16/02/2012 19:21

ce n'est pas un instrument de propagande, c'est un SITE D'INFORMATION, composé de journalistes qui écrivent des articles, qui relatent des évènements. Après, si ce qu'ils écrivent ne plait pas soit, mais dans ce cas là TOUS les journaux de France sont de la propagande anti Marine Le Pen et aucun ne devrait donc être habilité à la suivre
Ca s'appelle de la censure, Marine Le Pen se plaint de ne pas être couverte par les médias mais quand ils disent quelque chose de désagréable alors là ils doivent se taire. Belle conception de la démocratie

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb