France Politique

Présidentielle : premier grand meeting de campagne pour Nicolas Sarkozy

Publié le  Par Jennifer Declémy

image article

Premier meeting de campagne pour le chef de l'état qui accuse un sérieux retard dans les sondages. Priorité pour l'UMP : embrayage à droite toute sur sécurité, nation et immigration.

Le choix n'est pas anodin : Marseille, c'est la seule grande ville détenue par la droite, c'est une région où l'UMP, et notamment la Droite Populaire sont très bien implantés mais c'est aussi là que Nicolas Sarkozy a tenu son dernier meeting de campagne en 2007. Tout un symbole donc pour un candidat qui doit aujourd'hui commencer à remonter la pente des sondages.

En off, les conseillers et membres de l'UMP murmurent que si dans trois semaines il ne gagne pas quelques points, la bataille sera perdue. Aujourd'hui, c'est donc sur le terrain des valeurs que le président sortant a continué de se positionner, pour ainsi reconquérir l'électorat Front National qui avait fait sa victoire il y a cinq ans. Cette droitisation de la campagne a été amorcée la semaine dernière, lorsqu'il est apparu clair pour la majorité que la séquence internationale, l'annonce d'une série de réformes économiques et sociales et le positionnement international du Président ne fonctionnaient pas sur les français.

Plus de 10 000 personnes étaient donc attendues pour ce grand meeting, avec seulement quelques ministres présents au rendez-vous. Au programme, quarante minutes de discours durant lesquelles Nicolas Sarkozy n'a fait aucune proposition, hormis celle de réduire le nombre de parlementaires (ce qui nécessiterait une réforme de la constitution) et d'introduire une dose de proportionnelle, mais a parlé de la France, répétant ce mot plus d'une centaine de fois, affirmant son amour de notre pays. Le thème de la nation et de la rance étaient omniprésents cet après-midi à Marseille.

Le candidat UMP a donc utilisé le thème de la France pour mieux justifier ses réformes, faites dans l'intérêt dans la France, pour la sauver et la rendre forte. L'amour de la France serait également serait ce qui le démarque des socialistes, irresponsables de vouloir le maintien des 35 heures, la régularisation massive des sans-papiers et une absence de contrôle de l'immigration.

A droite toute, c'est le créneau clairement affiché cet après-midi : réaffirmation d'un refus du mariage gay ("une mode" selon le président sortant) ou de l'euthanasie. De même, Nicolas Sarkozy a "adoubé" son ministre de l'intérieur en confirmant qu'il fallait aller vers une baisse de l'immigration, un contrôle renforcé des frontières, thèmes chers au coeur de Marine Le Pen avec qui dorénavant il va être en concurrence sur ses thématiques. Le président sortant a également fortement valorisé le travail, affirmant sa lutte contre l'assistanat qui brise le lien entre les français. Et s'il a déclaré ne pas vouloir attaquer ses concurrents, François Hollande aura néanmoins été rhabillé pour l'hiver cet après-midi en étant qualifié de "menteur" ou "d'irresponsable".

A la fin du discours, le chef de l'état s'est offert un bain de foule parmi les militants, mais a également parlé aux journalistes, mettant ainsi en avant sa posture de candidat au-dessus de celle de Président de la République. Comme il l'avait affirmé cette semaine, Nicolas Sarkozy veut aller parler aux français, à leur rencontre pour retrouver le lien qu'il avait avec eux en 2007 et qu'il a perdu depuis.

Reconnaissant quelques erreurs, le candidat UMP a néanmoins réaffirmé toute sa détermination et sa volonté à se battre, en rentrant dans le détail sur les réformes qu'il a entrepris durant tout son quinquennat et qui étaient nécessaires pour la France.

Après ce meeting, l'UMP espère tout naturellement une remontée de son champion dans les sondages, déçu que son entrée en campagne n'ait pas généré la dynamique espérée. Ainsi dans les sondages Nicolas Sarkozy augmente de 0,5 points pour le premier tour et de deux points au second tour, qu'il perdrait avec 45% des voix. Ce petit grignotage s'explique par la surmédiatisation du chef de l'état cette semaine, mais il n'est pas à la hauteur du buzz générée par cette annonce.

Pour aller plus loin : le cercle extrêmiste autour de Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy redécouvre le peuple.

A Annecy Nicolas Sarkozy parle du monde qui change.

 

 

 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb