France Politique

Présidentielle : les grossières erreurs de Nicolas Sarkozy en matière d’éducation.

Publié le  Par Jennifer Declémy

image article

Nouveauté induite par internet et les réseaux sociaux : désormais, toute erreur ou mensonge des politiciens est dénoncée en quelques minutes seulement. Dernière victime en date, Nicolas Sarkozy.

Aujourd’hui à Montpellier le chef de l’état revêtu de ses beaux habits de candidat de l’UMP va prononcer un discours sur l’éducation dans lequel on devrait trouver des propositions « chocs ». Hier, lors de son interview fleuve sur RTL Nicolas Sarkozy a donc commencé à aborder le sujet, pour d’abord critiquer la proposition d’embaucher 60 000 professeurs de François Hollande, critique qu’il a notamment justifiée à l’aide de chiffres…complétement faux.

« Ecoutez, les chiffres sont intéressants : il y a un peu plus de 400 000 élèves de moins dans l’éducation nationale depuis 10 ans, et il y a 45 000 professeurs de plus. S’il suffisait d’embaucher des profs pour que l’école fonctionne et que les profs soient heureux, on aurait l’école qui fonctionne le mieux au monde les profs les plus heureux au monde » a-t-il donc fanfaronné sur les ondes hier matin pour justifier sa politique de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux dans l’éducation nationale. Et effectivement, les chiffres sont intéressants. Surtout quand ils sortent de nulle part.

Les socialistes ne s’y sont évidemment pas trompés et c’est sur un ton ravi qu’ils ont pu descendre en flèches les affirmations présidentielles sur ce sujet. Et on ne peut leur donner tort. Depuis 10 ans, le nombre d’élèves a baissé certes, mais pas de 400 000, de 146 700, ce qui fait une large différence. De plus, le nombre de professeurs a BAISSE de 20 795. On est très loin de l’augmentation dénoncée par l’UMP.

Cet élément de langage avait déjà été repris l’année dernière par le ministre de l’éducation Luc Chatel qui n’est visiblement pas au courant des chiffres officiels de son ministère.

Le parti présidentiel est aussitôt intervenu pour expliquer que oui, leur candidat s’était emmêlé les pinceaux mais c’est parce qu’il voulait dire sur 20 ans, et pas sur 10 ans. Sur cette période effectivement le nombre d’élèves a baissé de 640 000 et le nombre de professeurs a augmenté de 50 000. Cependant, il faut prendre en compte les profondes modifications qui sont intervenues dans le paysage scolaire depuis les années 90, avec l’allongement de la scolarité des élèves, le développement des sections techniques et des classes prépas qui effectivement nécessitent davantage de professeurs, parce qu’il y a davantage de cours proposés. Une comparaison en termes de chiffres n’a donc aucun intérêt car les deux époques ne sont pas comparables.

Ce qui est exact en revanche, c’est que l’éducation nationale souffre  aujourd’hui, et qu’une seule augmentation du nombre de professeurs n’y changera pas grand-chose. Un immense chantier doit être ouvert dans ce domaine, et il serait temps que les candidats nous exposent leur vision de l’école, pilier indispensable au redressement de la société française.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb