France Politique

Présidentielle : Nicolas Sarkozy veut une « taxe Google ».

Publié le  Par Jennifer Declémy

image article

S'il est réélu, Nicolas Sarkozy entend bien développer et approfondir une idée née sous son premier mandat : taxer les grands groupes de l'internet.

Dans une interview au Point parue hier, Nicolas Sarkozy a évoqué son désir de mettre en place une taxe sur les géants du web, c’est-à-dire « un impôt représentatif de leurs activités dans notre pays et les faire participer au financement de la création, ainsi qu’à celui des investissements dans les réseaux ».

Le candidat UMP avait déjà fait cette proposition durant son quinquennat, mais cela avait rencontré l’opposition des entrepreneurs français même si en décembre dernier, lors de l’inauguration du nouveau siège parisien de Google le numéro deux du groupe avait estimé « ne pas être opposé » à une participation au financement de la création.

« Tous les géants de l’internet (…) devront participer au financement de la création, ainsi qu’à celui des investissements dans les réseaux, qui sont aujourd’hui supportés exclusivement par nos fournisseurs d’accès » a également expliqué le président sortant qui se heurte cependant à de nombreux obstacles au niveau européen, dans la mesure où les règles européennes imposent une harmonie dans cette fiscalité.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (1)

avatar

Gros Quick

16/03/2012 12:24

"financer la creation" ? La blague !
On paie deja la taxe sur la copie privee (payee meme si on ne copie pas) donc on paie deja pour ca. Il y a aussi la Sacem, le financement public, etc. Maintenant il veut une taxe sur les FAI, une taxe sur les groupes internet ..

Petits rappels :
- Hadopi etait censée sauver la creation or le texte ne dit RIEN sur la rémuneration des artistes ..
- La Sacem n'a jamais percu autant d'argent qu'aujourd'hui (et on nous parle de crise de l'industrie musicale ?!)
- L'ACTA en cours de discution risque de tuer toute creation en dehors des majors

Sarkozy et ses copains ne veulent pas aider la creation, ils veulent juste conserver le monopole des majors ..

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

16/03/2012 12:24

"financer la creation" ? La blague !
On paie deja la taxe sur la copie privee (payee meme si on ne copie pas) donc on paie deja pour ca. Il y a aussi la Sacem, le financement public, etc. Maintenant il veut une taxe sur les FAI, une taxe sur les groupes internet ..

Petits rappels :
- Hadopi etait censée sauver la creation or le texte ne dit RIEN sur la rémuneration des artistes ..
- La Sacem n'a jamais percu autant d'argent qu'aujourd'hui (et on nous parle de crise de l'industrie musicale ?!)
- L'ACTA en cours de discution risque de tuer toute creation en dehors des majors

Sarkozy et ses copains ne veulent pas aider la creation, ils veulent juste conserver le monopole des majors ..

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb