France Politique

Présidentielle : la convergence avec l'Allemagne est au goût du jour

Publié le  Par Jennifer Declémy

image article

Lors d'une réunion des ministres des finances franco-allemands, les deux responsables politiques ont annoncé un approfondissement de la convergence entre nos deux pays.

Angela Merkel était en France aujourd'hui, pas seulement pour enregistrer l'interview croisée entre elle-même et Nicolas Sarkozy, mais aussi pour discuter du cas épineux de la Grèce et de la convergence franco-allemande. Menu chargé donc.

* Les deux pays veulent un accord sur la Grèce.

Alors que la Grèce est engagée dans une négociation contre la montre pour obtenir le prêt européen qui lui évitera un défaut de paiement, le tandem franco-allemand a réaffirmé, à l'issue de la réunion de travail, leur détermination à ce que le petit pays trouve un accord très vite, le président français déclarant que "avec la chancelière, nous disons que la situation de la Grèce doit être réglée une bonne fois pour toutes". L'Allemagne a d'ailleurs suggéré l'idée que les intérêts de la dette soient bloqués sur un compte.

La chancelière allemande elle a redit une nouvelle fois que sans mesures structurelles qu'elle approuverait, le pays ne recevrait pas les aides européennes nécessaires. De leurs côtés, l'Union Européenne et le FMI pressent la Grèce de trouver très vite un accord politique. Néanmoins, Nicolas Sarkozy a exprimé cet après-midi sa croyance que "jamais nous n'avons été aussi proches d'un accord".

* Impôt commun sur les sociétés.

Alors que la référence au modèle économique et social allemand est devenu la pierre angulaire du discours de la majorité présidentielle, les deux pays ont adopté aujourd'hui le principe d'un impôt sur les sociétés commun pour ainsi "créer une zone de stabilité en Europe".

Un livret vert sur ce sujet a été apporté aujourd'hui par François Baroin et Wolfgang Schauble qui ont été félicités par le chef de l'état français pour leur travail. Ce dernier, en conférence de presse, a expliqué que "le premier objectif que nous nous sommes fixés, c'est que l'Allemagne et la France convergent vers un impôt sur les sociétés qui permettraient d'organiser une zone fiscale pour les entreprises très proches pour l'Allemagne et la France (...) l'idée est d'élargir l'assiette de l'impôt sur les sociétés françaises et ainsi de pouvoir baisser les taux".

Les deux dirigeants, qui avaient arrêté le principe de cette taxe commune le 16 août 2011, désire que l'impôt soit finalisé avant le 50e anniversaire du traité de l'Elysée.

 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (1)

avatar

Decrauze

06/02/2012 18:18

Mieux que Laurel et Hardy avec leur piano de Sisyphe (http://www.youtube.com/watch?v=UWm0nXJYLmk), Merkel et Sarkozy s’ingénient (ni saints, ni génies, je précise pour les empoussiérés du cortex) à entretenir leur romance, évolutive comme un meuble Ikéa pour cage à lapins : du « je t’aime moi non plus… » au « je t’enc… moi aussi ! » sur le plancher clouté de leur baraquement branlant. Les finances, plus que jamais à sec, vont faire encore plus mal en 2012, point l’année de la fin du monde, mais du poing râpeux dans le fonds national : un fisting pour sonner le rappel, nous faire trébucher, avant l’achèvement.
D’ici là, entonnons en joie : « C’est la Merkel, Moi Sarkozy / C’est elle la Grosse et moi le Petit / C’est la Merkel, Moi Sarkozy / Et nous sommes de faux amis ! » Cf. http://pamphletaire.blogspot.com/2012/01/une-cle-de-12-pour-la-11-vite.html

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

06/02/2012 18:18

Mieux que Laurel et Hardy avec leur piano de Sisyphe (http://www.youtube.com/watch?v=UWm0nXJYLmk), Merkel et Sarkozy s’ingénient (ni saints, ni génies, je précise pour les empoussiérés du cortex) à entretenir leur romance, évolutive comme un meuble Ikéa pour cage à lapins : du « je t’aime moi non plus… » au « je t’enc… moi aussi ! » sur le plancher clouté de leur baraquement branlant. Les finances, plus que jamais à sec, vont faire encore plus mal en 2012, point l’année de la fin du monde, mais du poing râpeux dans le fonds national : un fisting pour sonner le rappel, nous faire trébucher, avant l’achèvement.
D’ici là, entonnons en joie : « C’est la Merkel, Moi Sarkozy / C’est elle la Grosse et moi le Petit / C’est la Merkel, Moi Sarkozy / Et nous sommes de faux amis ! » Cf. http://pamphletaire.blogspot.com/2012/01/une-cle-de-12-pour-la-11-vite.html

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb