France Politique

Présidentielle : Jean-Luc Mélenchon s’attaque à Marine Le Pen.

Publié le  Par Jennifer Declémy

image article

Avec ses attaques à répétition contre Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon a fini par irriter le Front National qui réplique aujourd'hui.

Il est le candidat qui monte, petit à petit, de manière discrète mais aujourd’hui il réunit 10 000 militants lors de ses meetings, et il se rapproche ostensiblement de la barre des 10% d’intentions de vote. Et si sa cible première était le capitalisme mondialisé et la financiarisation du système, aujourd’hui, c’est avec force que le candidat du Front de Gauche s’attaque à celle qu’il juge la plus dangereuse pour la France, Marine Le Pen.

L’offensive a été lancée le 18 janvier dernier, à Metz, où la candidate d’extrême-droite avait elle-même lancé sa campagne en décembre 2011. Depuis ce jour, l’ancien socialiste ne cesse d’invectiver et d’attaquer le Front National, pour dénoncer ses mensonges envers la classe ouvrière.

Multipliant les formules audacieuses et les qualificatifs pour décrire Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon jusqu’à aujourd’hui se voyait opposer un mépris affiché de la part des dirigeants du parti d’extrême-droite. Mais à croire que ces critiques répétées ont fini par diriger le Front National qui s’est aujourd’hui publiquement lassé de ces attaques.

« Chaque jour qui passe Jean-Luc Mélenchon perd un peu plus ses nerfs, exaspéré par son incapacité à parler aux milieux populaires, aux ouvriers (…) c’est un candidat qui s’enfonce jour après jour dans le ridicule (…) Oubliant que Nicolas Sarkozy et ses vieux amis du PS au pouvoir depuis 30 ans, c’est à la candidate patriote qu’il réserve ses plus basses injures. Désertant le débat de fond, il choisit l’invective : c’est dommage pour la démocratie » s’agace aujourd’hui Florian Philipot dans un communiqué de presse. Louis Aliot lui préfère comparer le candidat de gauche à un « pantin communiste », « un ancien ministre socialiste qui a toujours cautionné toutes les politiques ultra-libérales qui a mis nos ouvriers sur la paille ».

Ils ne le disent pas clairement, mais on sent que les responsables d’extrême-droite commencent à être agacés par les attaques incessantes de Jean-Luc Mélenchon et de son équipe dont l’objectif principal est devenu celui de « dégonfler la baudruche Le Pen ». Conférences-débats, réunions publiques, publication de livres sur ce sujet, diffusion d’un tract spécial…le Front de Gauche ne recule devant rien pour contrer le Front National. Une chose est sûre : le ton monte clairement entre les deux partis qu’on accuse trop souvent, à tort, d’obéir à la même logique populiste.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (2)

avatar

kalicean

09/02/2012 21:15

Le FDG feraient mieux de se fâcher contre les vrais problème, mais il n'a pour cela ni la lucidité, ni le courage. Ils essaient de redresser un château de sable qui s'écroule.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

09/02/2012 21:15

Le FDG feraient mieux de se fâcher contre les vrais problème, mais il n'a pour cela ni la lucidité, ni le courage. Ils essaient de redresser un château de sable qui s'écroule.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Gutterball

09/02/2012 23:10

Les vrais problèmes, ce sont la sacrosainte "politique de l'offre", l'"indépendance" de la BCE, le transfert de poids de la fiscalité des riches vers les plus modestes, les privatisations de services publics financés par le contribuable, le détricotage du code du travail qui encourage le travail précaire, les changements environnementaux qui vont engendrer de graves changements de société et qui nécessitent une action rapide massive et concrète.
Sur ces vrais enjeux de société, vous pouvez lire le programme du Front de Gauche, ils sont prêts...

Par contre, le FN... A part des mesurettes pour épater la galerie et faire croire qu'on est de gauche, on ne voit pas grand chose...

On connait le culot légendaire de ce parti... Libéral anti-allocs et anti-fiscalité revendiqué il n'y a même pas cinq ans, il s'essaie maintenant à la posture inverse. Et comble du comble, accuse les gens idéologiquement constants dans leur socialisme de ne pas l'être assez.
Les nouveaux convertis devraient rester humble et corriger leurs incohérences. Voulez-vous d'une retraite par capitalisation ou par répartition ? Votre représentante n'a même pas l'air de savoir ce que c'est... Si elle était un peu plus venue défendre la retraite des travailleurs en 2010, elle le saurait.
Veut-elle vraiment augmenter le salaire des "invisibles" qu'elle prétend défendre en plagiant Mélenchon ? Parce que son financement revient concrètement à prendre 200 euros aux travailleurs en exonération de charges pour le leur rendre, c'est une sinistre blague, juste un cadeau démagogique au patronat.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

09/02/2012 23:10

Les vrais problèmes, ce sont la sacrosainte "politique de l'offre", l'"indépendance" de la BCE, le transfert de poids de la fiscalité des riches vers les plus modestes, les privatisations de services publics financés par le contribuable, le détricotage du code du travail qui encourage le travail précaire, les changements environnementaux qui vont engendrer de graves changements de société et qui nécessitent une action rapide massive et concrète.
Sur ces vrais enjeux de société, vous pouvez lire le programme du Front de Gauche, ils sont prêts...

Par contre, le FN... A part des mesurettes pour épater la galerie et faire croire qu'on est de gauche, on ne voit pas grand chose...

On connait le culot légendaire de ce parti... Libéral anti-allocs et anti-fiscalité revendiqué il n'y a même pas cinq ans, il s'essaie maintenant à la posture inverse. Et comble du comble, accuse les gens idéologiquement constants dans leur socialisme de ne pas l'être assez.
Les nouveaux convertis devraient rester humble et corriger leurs incohérences. Voulez-vous d'une retraite par capitalisation ou par répartition ? Votre représentante n'a même pas l'air de savoir ce que c'est... Si elle était un peu plus venue défendre la retraite des travailleurs en 2010, elle le saurait.
Veut-elle vraiment augmenter le salaire des "invisibles" qu'elle prétend défendre en plagiant Mélenchon ? Parce que son financement revient concrètement à prendre 200 euros aux travailleurs en exonération de charges pour le leur rendre, c'est une sinistre blague, juste un cadeau démagogique au patronat.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb