Paris (75) Société

Thomas Brail : 3 semaines dans son arbre

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

dr (copie d'écran)

La solidarité s'organise autour de l'arboriste Thomas Brail qui occupe depuis trois semaines, ce mardi 17 septembre, un arbre face au ministère de la Transition écologique, à Paris.

Vingtième jour, note-t-il ce lundi 16, et donc, ce 21 mardi, trois semaines vécues juché au sommet d'un arbre, face au 246, boulevard Saint-Germain. Thomas Brail, engagé pour la survie de 25 platanes à Condom (Gers), a révélé des combats dans d'autres villes pour sauver des arbres âgés face à des projets d'aménagement immobilier ou de voirie destructeurs. Il l'explique sur la page facebook du Groupe national de surveillance des arbres.


Une banderole a été ajoutée... Les photos sont de Thomas Brail ou de sympathisants.
 

La solidarité s'exprime sur le trottoir, par les visites d'autres amoureux des arbres, d'enfants, de personnalités (rares). Et surtout, par le bracelet vert que portent ceux qui soutiennent Thomas Brail.

 

Trois semaines, c'est assez pour que la presse étrangère s'en mêle avec des articles, des reportages  en Espagne, en Italie... Ici, deux journalistes de la RAI italienne.
 

Ce que défend Thomas Brail, c'est un article de loi trop souvent ignoré par les aménageurs et les élus.


 

L'article L350-3 (Code de l'Environnement)
 

Les allées d'arbres et alignements d'arbres qui bordent les voies de communication constituent un patrimoine culturel et une source d'aménités, en plus de leur rôle pour la préservation de la biodiversité et, à ce titre, font l'objet d'une protection spécifique. Ils sont protégés, appelant ainsi une conservation, à savoir leur maintien et leur renouvellement, et une mise en valeur spécifiques.

Le fait d'abattre, de porter atteinte à l'arbre, de compromettre la conservation ou de modifier radicalement l'aspect d'un ou de plusieurs arbres d'une allée ou d'un alignement d'arbres est interdit, sauf lorsqu'il est démontré que l'état sanitaire ou mécanique des arbres présente un danger pour la sécurité des personnes et des biens ou un danger sanitaire pour les autres arbres ou bien lorsque l'esthétique de la composition ne peut plus être assurée et que la préservation de la biodiversité peut être obtenue par d'autres mesures. Des dérogations peuvent être accordées par l'autorité administrative compétente pour les besoins de projets de construction.

Le fait d'abattre ou de porter atteinte à l'arbre, de compromettre la conservation ou de modifier radicalement l'aspect d'un ou de plusieurs arbres d'une allée ou d'un alignement d'arbres donne lieu, y compris en cas d'autorisation ou de dérogation, à des mesures compensatoires locales, comprenant un volet en nature (plantations) et un volet financier destiné à assurer l'entretien ultérieur.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb