Val-de-Marne (94) Seine-Saint-Denis (93) Hauts-de-Seine (92) Paris (75) Société

Le métier de prof n’a plus d’avenir ? Plus qu’un travail, une vocation (qui se perd ?)

Publié le  Par Florie Valsot

image article

Jean-Jacques Milan

Le niveau des concours est de plus en plus difficile et il y a de moins de moins de formation pour les professeurs, que va-t-il advenir du métier d’enseignant ?

Difficultés avec les élèves, manque de moyens, suppression de postes, classes surchargées, des salaires qui ne sont plus à la hauteur du métier d’enseignant, trop de candidats lors des concours pour peu de places et au final, de moins en moins de candidats se présentent au concours… Ces causes sont le résultat d’une « situation (qui) est devenue dramatique dans l’enseignement », déclare Emmanuel Mercier (du Syndicat National des Enseignements de Second degré).

 

Le concours est devenu plus difficile et le niveau pour devenir enseignant nécessite un Master (Bac + 5). Vu le sous-recrutement, le niveau requis a augmenté. Pour l’année 2010 / 2011, le nombre de professeurs stagiaires ayant démissionnés aurait augmenté. Il s’agirait d’une hausse de 32 % en un an, selon un rapport de la direction générale des ressources humaines (DGRH) du ministère de l'Education nationale.

 

Année

Nombre de candidats présentant le concours

Nombre de postes offerts au Capes

2007

33 001

6 040

2008

28 558

5 062

2009

25 021

5 095

2010

22 074

5 006

2011

12 490

4 881

Luc Chatel, ministre de l’Education nationale, annonçait, au mois de mai dernier, que « 17 000 personnes » seraient embauchées en 2011. Seulement, entre la session de 2010 et celle de 2011, les candidats s’étant présentés au Capes externe (quelles que soient les disciplines), étaient 9 500 de moins.

 

 

(Source : Le ministère de l’Education nationale).

 

Le personnel de l’IUFM étant réduit, les établissements trouvent de moins en moins d’enseignants pour former les prétendants au concours. Les Académies ne possèderont bientôt plus d’IUFM. Les futurs enseignants seront dépourvus de formations, ou même mutés en prenant le risque de les envoyer dans des classes plus difficiles, alors qu’ils seraient inexpérimentés.

De plus, l’IUFM avait également pour but de préparer aux concours de l’enseignement les candidats, de suivre une formation initiale pour les enseignants stagiaires, ainsi qu’une formation continue pour les fonctionnaires titulaires.

 

En clair, les jeunes enseignants ayant acquis un niveau Master, ne sauront pas faire face à des élèves avec lesquels un professeur doit adopter une certaine pédagogie (et ça pour le bon fonctionnement de l’enseignement). Ils ne seraient pas totalement qualifiés pour pratiquer le métier de professeur.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb