Paris (75) Economie

Jeux d’argent : pas de casino mais des « clubs de jeux » à Paris

Publié le  Par Antoine Sauvêtre

image article

flicr - Poker Photos

Un rapport remis à Bernard Cazeneuve préconise l’ouverture de casinos à Paris. Mais les élus parisiens y sont hostiles. Le gouvernement va donc proposer de créer des « clubs de jeux » pour remplacer les cercles, qui ferment à tour de bras.

Le gouvernement préfère parier sur les « clubs de jeux » que sur les casinos. Pour faire face à la forte demande sur le marché du jeu à Paris, le ministère de l’Intérieur réfléchissait à ouvrir un ou plusieurs établissements de ce genre, absents de la capitale. Jusque-ici, les joueurs se réunissaient dans des cercles de jeu plus ou moins opaques. Paris en comptait encore une dizaine il y a quelques années mais les affaires d’argent sale et de liens avec le grand banditisme ont eu raison de plusieurs d’entre eux. A Paris, il n’en reste plus que deux pour satisfaire le nombre croissant de joueurs de poker, de roulette ou de black jack.

Un rapport favorable aux casinos

Jean-Pierre Duport, un ancien préfet, a remis au gouvernement un rapport dont les conclusions sont favorables à l’implantation de casinos à Paris. Selon lui, ils présentent plusieurs avantages. A commencer par l’appât du gain. Le marché du jeu parisien pèserait en effet près de 464 millions d’euros par an, sans compter l’apport des touristes étrangers. Cela permettrait aussi de mieux contrôler les tables de jeu et surtout l’argent qui gravite autour. Il préconise donc de supprimer l’article d’une loi de 1920 qui interdit les casinos à Paris. « On a autorisé des casinos à Lille, Lyon, Toulouse, Bordeaux, bientôt Marseille. Pourquoi pas à Paris ? », s’interroge-t-il dans le journal Le Monde. Mais ce genre d’hypothèse se heurte à « un manque d’enthousiasme » politique, lâche-t-il.

Blocage politique

Car les élus parisiens ne voient pas d’un bon œil l’ouverture de casinos, qui fleurissent pourtant dans de nombreuses capitales européennes. Les Républicains, les communistes et les écologistes y sont particulièrement hostiles. Si bien qu’Anne Hidalgo n’a même pas souhaité engager le débat au Conseil de Paris, consciente qu’il serait impossible de dégager une éventuelle majorité. Mais pour éviter l’ouverture de salles clandestines, le gouvernement est bien décidé à trouver une solution de secours, même à court terme.
 

Le ministère de l’Intérieur préconise de lancer à titre expérimental et pour cinq ans, un système déjà en place à Londres : les « clubs de jeux ». Leur fonctionnement serait similaire à celui des actuels cercles. En revanche, il ne s’agirait plus d’associations à but non lucratif mais de sociétés commerciales qui seraient donc imposables. Seules les machines à sous y seraient interdites. Les accros  du levier devront donc se rabattre sur le casino le plus proche à Enghien-les-Bains (Val-d’Oise), à une vingtaine de kilomètres de la capitale.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb