Paris (75) Economie

Manifestations parisiennes : résumé d’une journée sous haute tension

Publié le  Par Laurent Pradal

image article

Laurent Pradal

Aujourd’hui avaient lieu plusieurs mouvements sociaux en même temps dans toute la France. Fonction publique, chauffeurs de taxi, contrôleurs aériens… Dans les rues de Paris, tous manifestaient leur mécontentement sur le gel des salaires et les conditions de travail. Des manifestations qui se sont déroulées de manière générale sans heurts, même si quelques échauffourées ont éclaté parmi les taxis. Retour minute par minute sur une journée mouvementée.

7h35 : le périphérique nord de Paris est entièrement bloqué par les chauffeurs de taxi. Ils se sont rassemblés très tôt aux alentours de Pantin et de Saint-Ouen et ont bloqué la circulation, selon la préfecture de police. Toujours selon la préfecture, 300 chauffeurs étaient présents Porte Maillot, mais ne bloquaient pas la circulation des automobilistes. Une centaine de chauffeurs faisaient également blocus sur les terminaux de Roissy et Orly.
 

7h50 : Premières échauffourées à Orly. Des dizaines de manifestants ont installé des plots de signalisations sur la chaussée, sur l’A106, dans le but de filtrer le passage des voitures. Seuls les taxis en grève étaient autorisés à passer ce « point de contrôle », jusqu’à ce qu’une navette force le passage et blesse un manifestant à la jambe. Entre temps, une vingtaine de grévistes sont interpellés par les forces de l’ordre.
 

8h40 : Incendie Porte Maillot. Des manifestants brûlent des pneus sur le périphérique, obligeant les pompiers à intervenir. Parmi les chauffeurs de taxi grévistes Porte Maillot, plusieurs dizaines de chauffeurs étrangers se joignent à eux : il s’agit de collègues européens venus d’Espagne, d’Italie et de Belgique pour soutenir les grévistes français.
 

8h55 : Jean-François Copé intervient sur France Info. Il explique soutenir les VTC, puisque selon lui, « derrière, c’est de l’emploi ». Le maire de Meaux appelle également le gouvernement à prendre des mesures pour alléger « un certain nombre de contraintes sur les taxis ». Quelques minutes plus tôt, Serge Metz, le PDG des Taxis G7, expliquait sur RMC ne pas vouloir interdire les VTC, mais simplement faire respecter les lois en vigueur. Un point que discutent nombre de chauffeurs intervenant sur la station de radio.
 

9h20 : Un vol sur cinq annulé aux aéroports parisiens. Selon le porte-parole des Aéroports de Paris, « aucune annulation à chaud » n’était à déplorer. Les vols annulés étaient ceux prévus par la grève, et les passagers empruntant ces vols ont été avertis à l’avance pour éviter tout déplacement inutile.
 

10h30 : 130 km de bouchons constatés en Ile-de-France. Il s’agit du nombre de kilomètres cumulés sur toute la région. Des bouchons causés par les différentes manifestations, en particulier autour des aéroports parisiens, totalement bloqués par les chauffeurs de taxi.
 

10h50 : Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, estime que les taxis ont raison de défendre leur profession. Il était interrogé par les journalistes de LCI, et s’est dit contre « l’uberistation telle qu’on essaie de l’imposer ». Il a également ajouté que l’on n’était « pas obligé d’utiliser les nouvelles technologies de la révolution numérique pour mettre à bas les droits sociaux », mais « on peut en inventer de nouveaux ».
 

12h15 : Manuel Valls reçoit les représentants syndicaux des chauffeurs de taxi à Matignon. Il était accompagné pour cette rencontre de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, et d’Alain Vidalies, ministre des Transports. Le Premier ministre en a également profité pour condamner les incidents de ce matin, qu’il a qualifiés de « violences inadmissibles ». Il a également salué le travail des forces de l’ordre, qui ont interpellé une vingtaine de personnes dans la matinée.
 

12h40 : après les taxis, les profs et la fonction publique. Au total, 11% du corps enseignant, tous niveaux confondus, ont observé l’appel à la grève. Celle-ci a été suivie par 12,2% des enseignants du primaire, et 22,3% des enseignants du collège selon le ministère de l’Education nationale. Toujours selon le ministère, plus de 75 000 manifestants battaient le pavé à Montparnasse.
 

14h55 : Manuel Valls annonce des mesures allant dans le sens des taxis. Les représentants syndicaux ont déclaré à la sortie de l’entretien à Matignon que des mesures seraient prises par le Premier ministre. Ils ont notamment évoqué une augmentation du nombre de contrôle « afin de faire cesser tout comportement abusif et garantir les conditions d’une concurrence loyale ».
 

16h : au total, 22 interpellations en Ile-de-France. Un chiffre annoncé par la préfecture de police, après les incidents de ce matin à Orly et Porte Maillot. Les manifestants ont été interpellés pour « violences volontaires, port d’arme et incendie volontaire ». Parmi eux, 14 personnes ont été placées en garde à vue.
 

17h45 : entre 130 000 et 150 000 employés dans la fonction publique battaient le pavé dans toute la France, selon la CGT. Le syndicat a également annoncé qu’il s’agissait « de la plus forte mobilisation » de manifestants depuis l’élection de François Hollande en 2012. On rappelle que les manifestations parisiennes rassemblaient le corps enseignant, l’AP-HP et la fonction publique d’Etat et territoriale.
 

18h30 : une dizaine de chauffeurs de taxi bloquent encore le passage Porte Maillot. Les manifestants, mécontents des mesures prises par le Premier ministre, n’ont toujours pas dégagé la voie alors que la préfecture de police a appelé à la dispersion des derniers récalcitrants.
 

19h50 : les chiffres tombent. Ils seraient 10,3% de grévistes dans la fonction publique d’Etat, 5,8% dans la fonction publique hospitalière et 4,6% dans la fonction publique territoriale. Selon le ministère de l’Education nationale, 22,3% des professeurs de collèges faisaient grève, contre 12,2% pour les enseignants du primaire.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb