Paris (75) Economie

Les employés de Vélib sont en grève

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

Claire Manor - Révolution permanente

Mardi soir, des salariés de Vélib ont décidé une grève. En théorie, ils devraient passer sous pavillon Smovengo, les "nouveaux Vélib" au 1er janvier. Mais en théorie seulement...

Sur leurs gilets jaunes, c'est écrit JCDecaux, mais leur société, une filiale, s'appelle Ciclocity. Elle emploie 300 salariés à la maintenance des Vélib de la capitale. Boursedirect.fr explique leur souci d'une phrase :
 

« Là, il nous reste 40 jours de travail. Personne n'est capable de nous dire ce qui va nous arriver le 31 décembre », s'est inquiété jeudi, auprès de l'AFP, Fouad Lastate, délégué syndical CGT de Cyclocity.


La négociation sur la reprise des contrats devait se faire par l'intermédiaire des instances représentatives, les syndicats, mais le tribunal a dit non : c'est au salarié lui-même qu'il appartient de négocier. Depuis, "une majorité du personnel" a cessé le travail, une soixantaine de grévistes ont occupé le central de réservation de Cachan (Essonne) le soir-même et le service est perturbé, certaines stations ayant été déconnectées.
 

Comité d'entreprise extraordinaire


Un comité d'entreprise extraordinaire a lieu ce jeudi 16 dans l'après-midi. Voici ce que rapportait le site Révolution permanente, mercredi.
 

« "On n’a plus rien à perdre". Après des semaines d’incertitude et d’angoisse les salariés de Vélib sont déterminés à passer à la vitesse supérieure. L’intersyndicale CGT-SUD-CFDT a appelé à la grève illimitée dès mardi soir. Une riposte collective et organisée de ceux que l’on voulait emmener un par un à l’abattoir. Elle devrait être suivie pratiquement à 100 %. Un rapport de force sérieux quand on sait que le service Vélib compte 300 000 abonnés. La régulation des stations et la maintenance des vélos et des bornes d’attache ne sera plus assurée. Mercredi matin, les trois sites industriels de Cachan, Paris et Saint Denis étaient bloqués. Camions à l’arrêt, vélos en souffrance, quarante stations hors service, des salariés rassemblés devant des feux de palette, un début de démonstration de ce que peuvent faire les salariés quand on bafoue leurs droits et que l’on cherche à en faire une main d’œuvre taillable, corvéable et déplaçable à merci. »

 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb