Val-de-Marne (94) Seine-Saint-Denis (93) Hauts-de-Seine (92) Paris (75) Economie

Union Européenne : la Grèce peut-elle faire faillite?

Publié le  Par Jennifer Declémy

image article

Alors que plusieurs pays européens viennent d'être dégradés, le risque d'une faillite de la Grèce resurgit dans le débat européen.

On l’aurait presque oublié ces derniers temps, ce petit pays d’Europe du sud qui menace l’Union Européenne depuis bientôt dix ans, mais depuis le dernier sommet européen, et la démission du Premier Ministre Papandréou, la situation ne s’est guère arrangée en Grèce. Au point où des négociations cruciales pour l’avenir du pays sont actuellement en danger.

Alors que vendredi dernier tous les projecteurs étaient braqués sur la France, qui était en train de perdre son fameux « trésor national », se jouait en Grèce une scène de mauvais présage pour le redressement économique du pays. C’est en effet ce jour-là que les négociations entre le pays de Socrate et les banques échouaient à trouver un accord sur le taux d’intérêt que la Grèce devra payer dans le cadre de la recapitalisation de sa dette par les banques décidée lors du dernier sommet européen. Les banques veulent un taux de 5% alors que les grecs ne veulent pas dépasser un taux de 4%. Les négociations ont donc été rompues pour laisser place à « une période de réflexion sur les bénéfices de l’approche volontaire » et reprendront demain.

Aujourd’hui la troïka est en visite en Grèce pour à nouveau discuter de réformes structurelles qu’elle veut voir mises en place dans le pays. En effet, malgré tous les sommets européens, aides accordées et plans d’austérité adoptés, le pays ne semble toujours pas en mesure de se relever, son déficit est de 9,6% du PIB alors la récession est à 5%, les rentrées fiscales sont en baisse et la dette équivaut à 160% du PIB.

Mais au-delà de ces considérations financières, c’est surtout au niveau social que la situation se dégrade jour après jour. Les témoignages qui se succèdent dévoilent une population à bout de souffle, incapable de faire face à l’austérité croissante, une grogne sociale qui gagne toutes les couches de la société ou encore des manifestations constantes. Aujourd’hui encore les médias, les transports et les employés de banque sont en grève pour « réclamer l’abandon des politiques d’austérité et l’abolition des législations qui broient le code du travail et fait des salariés des esclaves ». Et en guise de slogan, les manifestants arboraient des panneaux avec écrits dessus « pendaison pour les traîtres à la Grèce ».

Depuis que la crise a éclaté en Grèce, la criminalité, le taux de suicide, même le nombre d’abandon d’enfants ont considérablement augmenté alors que les étudiants fuient ce pays pour échapper à un avenir trop sombre. Et si le Gouvernement choisit de répondre aux manifestations et mouvement de grève par une répression policière croissante, des mouvements de lassitude sont cependant à constater dans la police qui a de plus en plus de mal à taper sur des concitoyens souffrant d’une misère sociale accrue. Même les retraités de l’armée ont créé récemment deux mouvements de résistance et de renversement politique. A tous les niveaux, la grogne menace.

Dans la ligne de mire des grecs qui manifestent, se trouvent tout d’abord l’Eglise et les armateurs qui, malgré la crise, ne paient quasiment pas d’impôts alors que leur fortune est connue. Egalement la classe politique en général, et un exemple récent illustre la haine grandissante des citoyens pour leur Gouvernement. Ainsi, la semaine dernière une ministre qui se trouvait au restaurant s’est vue attaquer par des passants, à coups de pierres et de yaourts. L’Union Européenne et le FMI ne sont également plus les bienvenus chez les grecs qui les considèrent responsables de l’austérité actuelle.

Le Premier Ministre a beau affirmer qu’il est confiant, et Angela Merkel peut bien répéter toute sa confiance dans la Grèce pour prendre les réformes structurelles nécessaires, il n’empêche que le lien entre la population grecque et ses dirigeants s’est brisé, au point où certains évoquent la menace d’une guerre civile, tant les cures d’austérité, les diminutions de moitié de beaucoup de salaires et les coupes dans les dépenses sociales ont été d’importance.

Du point de vue financier, la Grèce encourt également certains dangers. Si les négociations échouent définitivement avec les banques, le pays ne pourra pas rembourser son échéance de 14 milliards prévue pour la mi-mars, et si tel était le cas, la crise risquerait de s’aggraver, avec une dégringolade des marchés et un risque de contagion à tous les autres pays d’Europe du Sud…dont la France maintenant concernée par son triple A dégradé.

Aujourd’hui plus que jamais, le risque d’une faillite de la Grèce est évoqué, et craint. Si cela arrivait, un effet boule de neige pourrait venir contaminer les autres pays européens en difficulté. Mais face aux échecs des sommets européens successifs et des plans d’austérité lancés par le gouvernement grec depuis 2 ans, peut-être qu’il est temps pour les dirigeants de songer à changer de logique de réforme, si l’on veut éviter une faillite économique…ou sociale.

 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (1)

avatar

luc

17/01/2012 15:53

Sule solution, expulser la Grèce de la zone euro. Et peut-être de l'Union Européene. Les grecs se sentent plus proche des russes orthodoxes comme eux que des européens. Sauf pour les subsides, la ils sont des eurpéens!

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

17/01/2012 15:53

Sule solution, expulser la Grèce de la zone euro. Et peut-être de l'Union Européene. Les grecs se sentent plus proche des russes orthodoxes comme eux que des européens. Sauf pour les subsides, la ils sont des eurpéens!

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb