France Economie

La dernière charge de l’armée française

Publié le  Par Un Contributeur

image article

Les nouvelles coupes prévues dans le budget de l’armée, de l’ordre de 355 millions d'euros, provoquent colère et inquiétudes dans la grande muette. Mais au-delà de cette querelle comptable, ne doit-on pas s’interroger sur la pertinence des choix stratégiques pour nos armées ? Par Antoine Laray

L’armée française découvre la crise. Les nouvelles coupes claires prévues dans le budget de l’armée, de l’ordre de 355 millions d'euros,  provoquent colères et inquiétudes. Dans une lettre datée du 9 mai, adressée au Premier ministre Manuel Valls, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a averti qu’un nouveau coup de rabot aurait des « conséquences très lourdes » sur les plans militaire, industriel et social. Plus discutable fut la réaction des généraux à la tête des trois armées (terre, air, marine) et le chef d’État major des armées, Pierre de Villiers, qui ont affirmé être prêts à mettre leur démission sur la table si le budget de la défense était encore rogné. Il reste une question, quel budget mais aussi pour quoi faire ?
 

La France gendarme de l’Afrique ?

Notre armée tient une place particulière sur l’échiquier géopolitique mondial, la France ne dédaignant pas jouer le gendarme du monde, surtout quand ce monde se trouve sur le continent africain. A chaque année, un nouveau théâtre d’intervention. Aujourd’hui, c’est la Centrafrique. L’an passé, c’était le Mali. Avant, il y eut l’appui aérien à la Lybie… sans oublier sur d’autre continent, l’Afghanistan. Même si toute intervention militaire se fait avec l’accord du Parlement, le désengagement est une chose en général si difficile que peu de pays  réussissent l’exercice. Bref, envoyons nos soldats d’abord, il sera largement temps ensuite de s’interroger sur l’état du pays que nos armées sont venues secourir.

Dernier exemple en date, la France a annoncé qu’au lieu de se retirer comme prévu, au contraire, une centaine de soldats supplémentaires allait être envoyés au Mali. L'effectif français de la force Serval va ainsi passer de 1 600 à 1 700 soldats. Les troupes maliennes qui étaient censées prendre la relève,  se montrent incapables de contenir les forces rebelles. Etonnant non ?
 

Les moyens de nos ambitions ?

La France veut jouer dans la cour des grands, mais ne dispose pas des effectifs qui vont avec. Dans le pire des cas, l’armée de terre ne pourrait pas déployer  sur le terrain plus de 60.000 soldats, sachant que pour un combattant il y en  a quatre à l’arrière pour assurer la logistique mais aussi pour préparer la relève nécessaire de nos troupes. Notre armée de terre compte 112.800 engagés (228.000 toutes armes confondues).  10.000 soldats actuellement sont répartis  dans une dizaine de théâtres d’opérations extérieures ( dont également la Côte d’Ivoire, les Balkans ou le Liban). En Afghanistan nos troupes n’ont pas dépassé 4.000 soldats, elles se sont depuis retirées, il doit y rester « 350 conseillers »… Et une interrogation sur le devenir de la lutte contre les Talibans, avec très probablement un  retour à la case départ.

A la lumière de ces chiffres on est en droit de s’interroger : quid de la sécurité de la France si elle devait se trouver en situation de guerre directe. Nos soldats professionnels seront-ils suffisamment nombreux s’il faut les déployer sur tout l’Hexagone. Une hypothèse loin d’être absurde, si guerre il devait y avoir, ce serait une guerre de terrorisme, et de ce point de vue la formation d’une sorte de brigade internationale en Syrie, peut être considérée comme préoccupante. Sans oublier le désordre dans lequel pourrait être plongé, par exemple l’Afrique, en cas  de rapatriement soudain des troupes françaises.
 

Et pour quel bénéfice, tout çà ?

Au-delà de la question politique d’un redéploiement sur un théâtre d’opération extérieur, il reste un intérêt majeur pour nos armées : pouvoir tester le matériel  en situation réelle. Découvrir par exemple que le blindage anti-mines de nos véhicules de transports était très léger, que nos hélicoptères, étaient sensibles à la chaleur, à la poussière. Que leur blindage était dépassé… A titre indicatif seul 45% de l’Afghanistan est accessible à nos troupes, toutes nationalité confondue.  Mais la  modernisation en urgence de notre matériel peut devenir une nécessité  couteuse, comptable de la difficulté de suivre l’évolution technologique du matériel.

La France ne bénéficie pas forcement, après coup, d’un retour sur son investissement militaire. Au contraire même, si l’on songe à notre intervention au Rwanda, où la France, après le génocide qui a tué 800 000 Tutsi et Hutu modérés entre avril et juillet 1994, a dû répondre de son soutien durable au régime hutu et nos militaires, d'accusations graves de complicité.

Le problème est que notre modèle militaire est américain… Au détail près que le budget de la défense des Etats-Unis est de 700 milliards de dollars (soit près de 2 milliards par jour) contre 62 milliards pour la France.

A la lumière de ces chiffres, nos interventions à l’extérieur tiennent d’un luxe que l’on ne peut plus s’offrir.  Un exemple, celui du fleuron de notre flotte, le porte-avions Charles-de-Gaulle, le plus puissant navire militaire d'Europe, sera inactif de 2016 à 2018 pour un entretien en profondeur, notamment de ses chaudières nucléaires. Coût de l'opération d'après le ministère de la Défense : 1,3 milliards d'euros. Quel est l’intérêt de financer un tel navire, qui quand il ne passe pas, régulièrement, par la case entretien, navigue entouré par une armada de navires de guerre : Projeter nos Rafales rapidement vers une cible ennemie ? Il ne faut pas oublier que les porte-avions ont été développés lors de la guerre du Pacifique, quand les infrastructures aéroportuaires ne connaissaient pas leur multiplication actuelle.  Et de toute manière une page n’est-elle pas déjà tournée alors même que l’avion militaire du futur sera le drone (avion sans pilote). Hélas notre industrie aéronautique en est encore à essayer de vendre un Rafale qui a déjà douze ans d’âge opérationnel, alors qu’elle a  totalement laissé s’échapper le marché des drones militaire. Elle en est aujourd’hui à acheter des drones militaires de surveillance américain Reaper. L'armée de l'air française a installé les deux premiers drones livrés à Niamey (Niger) afin de surveiller toute la bande sahélo-saharienne, et notamment le Mali.

L'arrivée de ce premier système répond à la priorité donnée au renseignement et dans la lutte anti terroriste,  dans le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. La loi de programmation militaire  2014-2019 prévoit la commande de quatre systèmes de drones, correspondant à douze vecteurs aériens. Ils viendront compléter les drones Harfang, opérationnels sur les différents théâtres, dont au Mali.  Un détail pour juger de notre retard, l'Allemagne et l'Italie, qui disposent déjà des Reaper, cumulent « plus de 15.000 heures de vol » avec leur drone, et la Grande-Bretagne «50.000 heures ». Les Européens ont par ailleurs décidé de commencer les travaux dans la perspective d'un futur drone européen… Enfin !

La France peut-elle se consoler en se disant que le coût de ses opérations extérieures bénéficie aussi à ses alliés ? Peut-être, mais elle intervient sous son drapeau et non celui de l’Europe ou  de l’ONU. Bref nos interventions ne manquent sans doute pas de panache, mais ne bénéficient pas de soutien financiers autres que celui puisé dans la cagnotte des contribuables français..

Après le bug informatique qui a provoqué des retards gigantesques pour le paiement des soldes l’an passé, faut croire qu’il doit rester un peu de moral à nos troupes, du moins on l’espère.


Par Antoine Laray, journaliste économique et financier


(PS)
L'achat de 22 avions de combat suédois Gripen, pour 3,126 milliards de francs, a été rejeté  en Suisse dans un référendum dimanche dernier par 53,4% des votants. Douze cantons ont refusé la création d'un fonds pour cette acquisition. Le «non» a surtout été fort en Suisse romande. Ils n’en voient pas l’utilité… Un exemple à suivre ?







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (1)

avatar

looping

26/05/2014 01:25

Étrange, on dirais un résumé du c'est dans l'air de vendredi.
Légèrement anti rafale alors que cet avion est au début de sa vie opérationnel c'est peut-être le juger un peut vite.
Sur les drones c'est vrais qu'ils vont occuper une place plus importante. Mais il ne faudrais pas négliger les doctrines d'emplois qui exigent a man in the loop ce qui ralentis fortement leur potentiel et laisse plus imaginer des escadrilles hybrides rafale/drone.

Sinon, l'armée ne découvre pas la crise, elle est en crise continue depuis la chute du mur. Sans ces nouvelle coupes budgétaire les effectifs sacrifiés sont déjà énorme.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

26/05/2014 01:25

Étrange, on dirais un résumé du c'est dans l'air de vendredi.
Légèrement anti rafale alors que cet avion est au début de sa vie opérationnel c'est peut-être le juger un peut vite.
Sur les drones c'est vrais qu'ils vont occuper une place plus importante. Mais il ne faudrais pas négliger les doctrines d'emplois qui exigent a man in the loop ce qui ralentis fortement leur potentiel et laisse plus imaginer des escadrilles hybrides rafale/drone.

Sinon, l'armée ne découvre pas la crise, elle est en crise continue depuis la chute du mur. Sans ces nouvelle coupes budgétaire les effectifs sacrifiés sont déjà énorme.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb