Paris (75) Sport

PSG : Le point tactique

Publié le  Par Un Contributeur

image article

Le PSG 2012-2013 de Carlo Ancelotti commence peu à peu à prendre forme. Après trois matchs de préparation dont le dernier en date face au champion d’Europe en titre Chelsea (1-1), premier bilan des forces en place et du dispositif tactique- Par Raphael Didio

 

Sans Zlatan Ibrahimovic ni Thiago Silva - auxquels on rajoute les absences de Thiago Motta et Sissoko blessés, Matuidi, Ménez et Sirigu de retour après leurs vacances prolongées - Carlo Ancelotti dispose tout de même d’un effectif suffisamment conséquent pour travailler efficacement durant cette pré-saison. Les trois matchs amicaux ont donné quelques indicateurs clairs du dispositif avec lequel va jouer Paris cette saison.

 

Le fameux « Sapin de Noël » (4-1-2-2-1) que l’on avait pu (re)découvrir lors des cinq premiers mois d’Ancelotti à la tête du club sera définitivement le système dans lequel évoluera le PSG cette saison. L’autre information capitale, c’est qu’Ancelotti a donné les clés du jeu à Javier Pastore, repositionné à un poste de relayeur dans lequel il est très à l’aise.

 

S’il fallait donner une compo, on peut parier sur celle-ci dans un premier temps : Sirigu – Jallet (cap.), Silva, Alex, Maxwell – Motta, Sissoko, Pastore – Lavezzi, Ménez (ou Nenê), Ibrahimovic. Bien entendu, tout dépendra des aléas de la saison : blessures, suspensions, adversaires, compétitions, forme des joueurs etc. Et certains auront une vraie carte à jouer pour prétendre à une place de titulaire, comme Matuidi qui pourrait récupérer la place de Sissoko. Mais pour les très gros matchs, et si l’effectif est au complet, c’est cette composition que l’on devrait voir régulièrement.

 

Le onze probable d’Ancelotti pour cette saison

 

La force de ce PSG, c’est qu’elle dispose d’un effectif suffisamment pléthorique pour parer à toute éventualité et le système évoluera suivant les joueurs. Par exemple, le jeune Marco Verratti - qui a fait ses premiers pas hier face à Chelsea en seconde mi-temps – évolue dans un registre différent de Thiago Motta, numéro un dans la hiérarchie des numéros 6, poste où devrait évoluer Verratti, même s’il peut également jouer relayeur. Quand l’ex-Intériste joue de manière très posé, favorisant un jeu court à deux ou trois touches de balles maximum, le « nouveau Pirlo » aime garder le ballon, n’hésitant pas à dribbler et à jouer long.

 

Pastore, le joueur clé du système d’Ancelotti

 

Durant ces trois premiers matchs de préparation, un seul joueur est vraiment sorti du lot : Javier Pastore. Les arrivées conjuguées de Lavezzi et Ibrahimovic ont poussé Ancelotti à faire évoluer l’Argentin à un poste de relayeur dans lequel il excelle pour le moment. Plus d’espaces, plus de ballons, il a le temps de voir le jeu et de dicter son tempo. On l’a vu encore lundi contre Chelsea, galopant un peu partout dans l’entrejeu, n’hésitant pas à presser son adversaire et donnant de très bons ballons à ses partenaires. Il est d’ailleurs à l’origine du but de Nenê, mystifiant deux défenseurs avant d’adresser un bijou de l’extérieur du pied sur le poteau. On ne l’avait encore jamais vu aussi en forme. Avec une préparation physique et à un poste qui lui sied bien mieux, Pastore devrait être l’homme clé de ce PSG d’Ancelotti, justifiant enfin ses 42 millions d’euros et faire ainsi taire ses détracteurs. De plus, avec Sissoko et Motta en guise de sentinelles, il devrait avoir moins de travail défensif à faire qu’avec Bodmer et Chantôme, actuellement à ses côtés pendant les matchs amicaux.

 

Javier Pastore met dans le vent Ferreira et laisse Marin baba… Photo : Henny Ray Abrams/AP/SIPA

 

L’autre homme en forme, c’est Nenê. On le disait sur le départ, peu enclin à affronter la rude concurrence, mais le Brésilien démontre encore une fois qu’il est un féroce compétiteur. Son entente avec Lavezzi est prometteuse et c’est Jérémy Ménez qui a du souci à se faire. Surtout que Nenê est le seul gaucher dans les joueurs à vocation offensive. Un atout non négligeable et Ancelotti devra y réfléchir à deux fois avant d’établir sa composition d’équipe, tant les deux joueurs ont des qualités diamétralement différentes.

 

Le secteur défensif encore en rodage.

 

Enfin, le secteur défensif est le premier point d’interrogation de ce PSG. L’arrivée de Thiago Silva va obliger Ancelotti à rapidement trancher dans l’axe central entre Alex et Sakho. L’un est Brésilien et donc aisément adaptable avec Thiago Silva, l’autre est gaucher et est l’enfant chéri du Parc. Pour le moment, les deux évoluent côte à côte et aucun ne semble prendre l’ascendant. D’ailleurs, durant ces premiers matchs amicaux, aucun but n’a été encaissé lorsqu’ils étaient sur le terrain. Le côté droit avec Jallet et Bisevac, modèles de professionnalismes, ne devrait lui pas trop souffrir des critiques durant cette saison et la concurrence entre les deux joueurs portent ses fruits. D’autant plus que les deux joueurs disposent de profils très différents, Jallet étant plus porté sur l’offensive au contraire du Serbe.

 

C’est le poste d’arrière gauche qui pose finalement problème. A cause d’un effectif réduit au milieu de terrain durant cette pré-saison, Ancelotti s’est vu plus ou moins obliger de tester Maxwell à un poste de relayeur où il n’est clairement pas à son avantage. C’est Armand et Tiéné qui occupent pour le moment le côté gauche. Ces deux derniers n’ont plus le niveau requis pour évoluer dans ce PSG et se contenteront de jouer les pompiers de service durant cette saison – s’ils restent. 

 

Maxwell tiendra-t-il la route cette saison ? Photo : Panoramic

 

C’est bien Maxwell qui tiendra le poste d’arrière gauche, et s’il ne fait aucun doute qu’il a le niveau pour la Ligue 1, sera-t-il suffisant pour la Ligue des Champions ? Son manque de rigueur défensif pose problème et son apport offensif n’est pas non plus exceptionnel. Sans compter qu’il est souvent sujet à des petits problèmes musculaires tout au long d’une saison. Quid alors de Balzaretti, l’international Italien de Palerme qui ne cesse de faire des appels du pied au club de la Capitale ? Leonardo avait déclaré lors de la conférence de presse d’Ibrahimovic que le mercato était terminé. Le statut de Maxwell auprès de Zlatan – c’est son meilleur ami et dispose du même agent, Mino Raiola- n’est sans doute pas étranger à la non-venue de Balzaretti. Pourtant, il ne serait définitivement pas de trop pour le suppléer – voire le supplanter – au cours de la saison.

 

Les grands perdants du remaniement

 

Les grands perdants de ce nouveau PSG semblent progressivement se dessiner : Lugano est derrière Silva, Alex et Sakho dans la hiérarchie des défenseurs centraux (et on ne compte pas Bisevac), Bodmer et Chantôme souffriront de la forte concurrence au milieu (Motta, Sissoko, Pastore, Verratti, Matuidi et le jeune Rabiot pointe le bout de son nez) et les jeunes Kebano/Bahebeck auraient plus intérêt à demander un prêt afin d’emmagasiner de l’expérience. On ne citera pas Luyindula, joueur sur lequel plus personne ne comptait et qui pourrait finalement jouer quelques bouts de matchs pour sa dernière année au club.

 

Pour Gameiro, l’arrivée de Zlatan plombe définitivement ses chances de titulaire. L’international français n’est pas à son aise dans le dispositif d’Ancelotti et les autres joueurs ne donnent pas l’impression de vouloir évoluer avec lui. On l’a vu plusieurs fois râler contre Chelsea quand le ballon ne venait pas. Son style de jeu pose problème : petit gabarit, techniquement très limité (on notera toutefois sa jolie talonnade pour Pastore sur le but parisien), son manque de confiance est également criant. Seul son profil de contre-attaquant pourrait inciter Ancelotti à le conserver (Valence serait prêt à l’accueillir). Quant à Hoarau, son jeu en pivot n’est plus aussi indispensable avec l’arrivée de Zlatan et ce serait finalement dans le vestiaire qu’il aurait un vrai rôle à jouer. Pour info, Hoarau serait d’accord pour céder son numéro 9 au géant Suédois. Sauf que celui préférerait le numéro 10 de… Nenê ! Le Brésilien risque de se fâcher… 

 

Numéro 9 ou 10 pour Ibracadabra ? Photo : AFP/Bertrand Guay

 

Bref, ce PSG est bien parti pour devenir une terrible machine à gagner, avec un groupe de plus de 25 joueurs dans l’ensemble très performants. Même les coupes nationales ne devraient pas être négligées puisque l’équipe Bis du PSG semble parée pour aller au bout des deux, avec une quantité de remplaçants de qualités à disposition, et si d’aventure Ancelotti souhaite faire tourner son effectif pour ces rencontres : Douchez, Aréola – Bisevac, Lugano, Camara, Sakho (ou Alex), Tiéné, Armand – Verratti, Chantôme, Bodmer, Rabiot, Matuidi - Nenê (ou Ménez), Luyindula, Kebano, Bahebeck, Gameiro, Hoarau. De quoi faire une seconde équipe capable de prétendre au top 3 de Ligue 1…

 

Mais l’aventure ne fait que commencer et tout le monde se doit de rester prudent. Dans le foot, le flop n’est jamais très loin… Prochain rendez-vous : DC United, le week-end prochain, dans la nuit de samedi à dimanche à 1h30, en direct sur BeIn Sport. Ce sera peut-être le premier match de Zlatan Ibrahimovic sous ses nouvelles couleurs. En attendant Barcelone au Parc, le 4 août, puis Lorient, le 11, pour la première journée du championnat. 

 

Raphaël Didio







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb