France Sport

SportHebdo : ciel couvert sur Sky

Publié le  Par Jacques-Henri Digeon

image article

dr

Ils l’ont déclaré sur les terrains, au bord des pistes, dans les salles ou en conf’de presse, ils l’ont écrit dans la presse, ils l’ont dit sur les antennes, on l’a vu ou entendu à la télé : l’actualité sportive vue au travers des mots et d’un autre œil.

« Le jour où des soupçons de dopage entreront dans notre monde… » Jim Radcliffe (décidément on parle beaucoup de lui dans cette chronique…) l’affirme : dans ce cas, le milliardaire britannique, qui a investi 50 millions dans l’équipe cycliste ex-Sky qui porte désormais le nom de sa société, Ineos, fermera les vannes et quittera le peloton. On n’en est pas là. Il n’empêche. Car même s’il s’agit d’une affaire antérieure à son engagement sportif, le boss ne fera pas de sentiment.
L’affaire dit-on… Ou plutôt les affaires auxquelles est confrontée l’équipe victorieuse de sept des huit derniers Tours de France avec Wiggins, Froome (sous le maillot Sky) et Bernal.  Il y a eu cette histoire d’un colis de Testogel (testotérone) commandé par Richard Freeman, alors médecin de l’équipe qui, après avoir déclaré que le colis était arrivé par erreur, a reconnu l’avoir bien commandé mais uniquement pour un membre du staff en proie à des problème d’érection ! On aura décidément tout entendu. Et puis, il y eu cette affaire ‘’Wiggins’’ en 2012 et cette livraison pendant le Critérium du Dauphiné, livraison d’un puissant corticoïde, que le premier britannique vainqueur du Tour aurait utilisé pour se préparer à la Grande Boucle. C’était soit-disant une autorisation à usage thérapeutique (AUT) comme il peut en être délivré dans le peloton. Bizarre, non… Et puis, encore, cette double dose de Salbutamol absorbé au Tour d’Espagne par Froome pour combattre une crise d’asthme…
Aujourd’hui, le médecin Richard Freeman est en procès pour les deux premières affaires. La lumière sera-t-elle faite ? L’équipe britannique s’en sortira-t-elle indemne ? Réponse vers le 20 décembre. Mais quoi qu’il  en soit, elle laissera des traces et continuera d’insinuer quelques doutes dans les résultats et l’insolente réussite de cette équipe aux moyens phénoménaux. Et s’il y avait le moindre doute, que fera Radcliffe…

Dérapage. « Qu’est ce que je dois vous dire à propos de Balotelli ? Qu’il est noir, qu’il essaye de s’éclaircir et qu’il a de grandes difficultés. » Même s’il a voulu faire un bon jeu de mots concernant les piètres prestations de son joueur vedette Mario Balotelli, Massimo Cellino, président de Brescia, n’a pas été très adroit. Des propos d’autant plus douteux lorsque qu’on connait le contexte difficile du championnat italien gangréné par des manifestations racistes…

Marketting.  Voilà pourquoi la Coupe dévisse ». C’est le titre  du papier d’humeur dans L’Equipe(26 novembre) de Philippe Bouin, ex-grand reporter du journal, qui a suivi plus de 30 années de Coupe Davis. Le journaliste réagissait au bilan entendu après la première édition de la nouvelle formule de l’épreuve selon  lequel il fallait ‘’Laisser sa chance au produit’’. C’est bien ce que qu’on pensait, la Coupe Davis a bien vécu et n’est devenue qu’un produit marketting…

Vélo d’Or. « Heureux d’avoir créé quelque chose, d’avoir fait plaisir aux gens qui se sont mis à le regarder (Le Tour de France) parce qu’un Français était devant. C’était génial. » Après une superbe saison qui l’a vu remporter notamment les Strade Bianche, triompher à Milan-San Remo, doubler la Flèche Wallonne et porter quatorze jours le Maillot Jaune du Tour, Julian Alaphilippe repart plein d’enthousiasme pour une nouvelle saison. Avec l’ambition de réussir individuellement ou collectivement un gros Tour des Flandres, puis de revenir sur revenir sur Paris-Nice et de retrouver le Tour. « Je repars de zéro » ajoute -t-il. Au fait, on a oublié de vous dire : il a été couronné double (français et mondial) Vélo d’Or par Vélo Magazine. Pas étonnant, non…

Vite dit, drôlement dit « Tous les hommes  ont le droit de ne pas être marginalisés à cause de leur sexe. » On aurait pu croire qu’il s’agissait d’une revendication féministe. Que nenni ! C’est un homme qui le dit : Peterson Ceus est un jeune du club d’Antony qui pratique  la GR, Gymnastique rythmique, et qui milite pour que ce sport ne soit pas réservée qu’aux femmes. Précision : ils ne sont que 400 mecs à pratiquer sur 34.000 licenciés en France. Et après tout, pourquoi pas…
« Ca peut se diffuser partout dès l’instant qu’il y a de l’eau et du savon. ». Dans le genre nouveau sport, celui-là vaut le déplacement : c’est le ventriglisse qui consiste à se lancer sur une bâche savonneuse et … aller le plus loin ou le plus vite possible (ça on ne sait pas…). Et Nelson Glories, le président de cette toute jeune fédération le verrait bien aux Jeux 2024 ! Faut quand même pas pousser…
(Sources : L’Equipe, Le Parisien/Aujourd’hui, sites internet)







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb