Paris (75) Politique

Huit femmes et un mort : Thierry Marchal-Beck

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

Thierry Marchal-Beck

Président du Mouvement des Jeunes socialistes (MJS) de 2011 à 2013, Thierry Marchai-Beck, 32 ans, est accusé par huit femmes, dans Libération, de harcèlement sexuel.

Comme dans la pièce ou le film "Huit femmes", voilà donc huit femmes et un mort. Un mort jeune, Thierry Marchal-Beck, 32 ans, est désormais la cible d'attaques de toute la presse qui reprend les accusations de harcèlement sexuel. Brutalement, il a disparu de Facebook, de Twitter, et ne répond plus. "Il est mort", commente un internaute. Politiquement, ce n'est pas faux. Même l'actuel président du mouvement MJS se dit "révulsé", tandis que le PS appelle à "des suites judiciaires". 


La méthode de Libération sort un peu des clous. Elle consiste à publier des témoignages non datés, anonymes alors que la presse tient pour essentiel de nommer les gens qui s'y expriment, n'ayant pas donné lieu à un début de plainte au pénal, et pour la plupart évoquant des faits prescrits sort un peu des clous. Libération titre : "J'ai du le masturber pour m'en débarrassser."


La prescription, pour le harcèlement sexuel, est de six ans. Or les faits auraient eu lieu entre 2010 et 2014. Que dit le droit  ?
 

« Le harcèlement (moral, sexuel, téléphonique...) est considéré comme une infraction d'habitude, c'est-à-dire commise de façon répétée sur une période plus ou moins longue.

Dans ce cas, le délai de 6 ans commence à partir de l'acte le plus récent de harcèlement (par exemple, le dernier appel téléphonique). La justice prendra en compte l'ensemble des actes commis précédemment même s'ils datent de plus de 6 ans. »


Nous sommes en novembre 2017. Le début de la période à prendre en compte est donc novembre 2011 (Thierry Marchal-Beck est élu le 18 novembre président du MJS, avec 70% des voix). Pour qu'il y ait harcèlement, il faut, dit la loi, des actes répétés envers une personne. Pas une répétition d'actes sur des personnes différentes. Or c'est ce que donne à voir Libération.
 

Les témoignages


Racontées par le Huffington Post, voici donc les accusations qui justifient ce lynchage. Les prénoms sont changés. Les deux premiers relèvent de faits prescrits. A chaque fois, une relation amoureuse est évoquée.


Lise, militante, 2010 : « Un jour, le dirigeant aurait convoqué la jeune femme chez lui. "J'ai dû le masturber pour m'en débarrasser. Il disait : "Comme tu as dit oui une fois, tu ne peux plus dire non maintenant". »


Aurore, en 2011. « Devant la porte de l'appartement, il me plaque contre le mur, commence à m'embrasser de force », raconte-t-elle. « Je mens et je dis qu'un de mes cousins dort à l'intérieur. Il ne peut plus entrer. Pour ne pas que cela aille plus loin, je me sens obligée de lui faire une fellation. Je veux qu'il s'arrête, que son harcèlement s'arrête. Il part tout de suite après. »


Les autres témoignages ne sont pas datés et, seuls, ne suffisent pas à qualifier le harcèlement, tout au plus une attitude grossière.


Diane, non daté. « Après avoir fermé la porte et débouclé sa ceinture, l'homme se serait dirigé vers elle: "Il prend ma tête, l'approche de son sexe pour m'obliger à lui faire une fellation. Je le repousse très fort, je l'insulte et je pars en courant".


Anonyme, non daté. Il « serait arrivé derrière elle, alors qu'elle était assise avec ses collègues, et aurait attrapé ses seins pour les malaxer, devant tout le monde. »


Anonyme, non daté. « Il l'aurait plaquée contre un mur, lors d'une soirée, la touchant en arguant que de toute façon: "j'avais tellement bu que je ne me souviendrai de rien le lendemain". "Malheureusement si : je n'étais pas saoule et je me souviens de tout ».

 

 

 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (2)

avatar

carole

15/11/2017 09:52

bonjour une fellation forcée est un viol pour rappel
les autres sont des agressions, pas forcément toujours du harcèlement mais c'est pas la question !

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

15/11/2017 09:52

bonjour une fellation forcée est un viol pour rappel
les autres sont des agressions, pas forcément toujours du harcèlement mais c'est pas la question !

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Alain

15/11/2017 10:49

D'un autre côté, son corps malingre et son visage aux traits épais ne lui permette probablement pas de connaitre autrement le contact avec le corps féminin. Ce qui n'excuse rien. Quand on pense que ce type a lancé une campagne contre le viol, qui accusait la manif pour tous d'être responsable du vol des femmes !

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

15/11/2017 10:49

D'un autre côté, son corps malingre et son visage aux traits épais ne lui permette probablement pas de connaitre autrement le contact avec le corps féminin. Ce qui n'excuse rien. Quand on pense que ce type a lancé une campagne contre le viol, qui accusait la manif pour tous d'être responsable du vol des femmes !

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb