Paris (75) Politique

Contre la violence autour de la prostitution

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

Salvatore Catalano

Parapluies rouges et torches... Dans le cadre de la "Journée mondiale contre les violences faites aux travailleur(se)s du sexe", une manifestation a eu lieu dimanche 17 septembre place de la République.

"Arrêter les arrêtés, pas nos clients" (photos Salvatore Catalano).


Encore Act Up,  qui y était la veille pour défendre les droits des migrants et, du coup, encore des photos signées Salvatore Catalano... Mais il y avait aussi, ce dimanche soir, à l'appel de cette manifestation, le Strass ou Syndicat du travail sexuel qui explique sur sa page événement Facebook :

« Depuis un peu plus d'un an, la pénalisation des clients a eu le temps de montrer ses effets: contaminations au VIH&IST, suicides, et violences dont meurtres et viols.
La précarisation et les déplacements induits par la pénalisation des clients poussent les TDS (travailleur-se-s du sexe) à prendre des risques pour leur santé et leur sécurité.
En 2017, nous avons constaté environ deux fois plus de signalements de violences qu'en 2016 lors des permanences syndicales du STRASS. »


Une manifestation marquée aussi par le recueillement. La prostitution a ses victimes.


Ombre et lumière...


Sur son site, RFI, Radio France Internationale, évoque cette violence.
 

Gabriella, ancienne travailleuse du sexe, qui milite aujourd'hui au sein de l’association Paloma à Nantes, témoigne : « Depuis le passage de la loi, on a constaté une augmentation des violences dans la rue. Beaucoup de personnes sont violées, agressées. Aujourd'hui, il y a beaucoup d'insécurité au niveau des négociations avec le client qui a peur de la police qui peut le pénaliser. »


Et cette peur qu’ont les clients de la police force les prostituées à se cacher. Elles deviennent moins visibles donc plus vulnérables : « Les clients demandent à mieux se cacher. Beaucoup aussi demandent des rapports non protégés. »







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (1)

avatar

JP

19/12/2017 21:41

Sans parler de la rareté des clients, rareté qui engendre la disette à Belleville parmi les chinoises. J'en secoure deux à trois par semaine en leur offrant un repas ou un supermarché.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

19/12/2017 21:41

Sans parler de la rareté des clients, rareté qui engendre la disette à Belleville parmi les chinoises. J'en secoure deux à trois par semaine en leur offrant un repas ou un supermarché.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb