Paris (75) Politique

Décès de Philippe Séguin : les élus parisiens unanimes

Publié le  Par Paris Dépêches

image article

© Cour des comptes

Le décès, la nuit dernière (du 6 au 7 janvier), de l'ancien président de l'Assemblée nationale, Philippe Séguin, secoue le monde politique. A Paris, Bertrand Delanoë salue "un adversaire toujours attaché à la dignité et à la loyauté de l'échange démocratique". Les deux hommes s'étaient affrontés dans la capitale en 2001, pour le fauteuil de maire. Après la défaite, Philippe Séguin avait siégé au Conseil de Paris pendant une année avant de laisser sa place. Ce matin, d'autres élus parisiens ont réagi à l'annonce de sa disparition.

Celui qui aurait pu devenir maire de Paris en 2001, Philippe Séguin, est mort la nuit dernière. Premier président de la cour des comptes (rue Cambon dans le 1er arr.) depuis 2004, il avait en effet tenté sa chance à l'Hôtel de Ville pour succéder à Jean Tiberi en 2001. Sur sa route : un candidat socialiste peu connu du grand public, Bertrand Delanoë. Au final, c'est ce dernier qui remporte l'élection municipale en mars. On se souvient du débat télévisé passionnant qu'avait organisé Canal plus quelques jours avant le vote des Parisiens. Philippe Séguin, né en Tunisie, avait été maire d'Epinal (dans les Vosges) pendant 14 ans.


Ce 7 janvier, les élus parisiens réagissent. Ils soulignent tous l'engagement républicain de l'ex-président de l'Assemblée.

Ian Brossat
, président du groupe communiste au Conseil de Paris et farouche opposant à la droite parisienne affirme avoir "appris ce matin avec grande émotion le décès de Philippe Séguin. L’ensemble de son parcours politique lui vaut aujourd’hui le respect de ses partisans comme de ses opposants. En 2001, Philippe Séguin avait pris la tête de la campagne de la droite parisienne aux élections municipales, dans un contexte difficile et dégradé par une série d’affaires (...) Je garde aussi le souvenir marquant d’un homme avec lequel des convergences étaient possibles, notamment lors de la bataille menée en 1992 contre le traité de Maastricht."

Christophe Girard
, adjoint au maire de Paris en charge de la Culture, affirme qu'"issu de la droite sociale, il était un homme de culture. La dernière fois que je l'ai vu, c'était il y a quelques mois à une réception à l'Académie française car il aimait la littérature et les arts. Il meurt jeune et c'est un homme de vigilance pour la République qui disparaît."

Valérie Pécresse
n'est pas élue parisienne mais candidate UMP à la Région Ile-de-France :
"Je tiens à saluer la mémoire d'une des plus grandes figures du gaullisme social, homme d'engagement, de caractère et d'action."

Photographie
© Cour des comptes







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (1)

avatar

OrangeOrange

07/01/2010 16:09


Bye Bye Mr Seguin, on vous aimait bien !


Que laisserez-vous de plus marquant dans nos mémoires ?

Hommage sous forme de sondage original vu sur Pnyx:

http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/486

associant les événements de sa carrière politique à ses traits de caractère: son gaullisme social et populaire, son opposition au Traité de Maastricht, son soutien à Chirac contre Balladur et Sarkozy, mais aussi sa barbe à la gainsbarre, ses clopes, ses coups de gueule, sa voix de baryton, etc

Qu'est-ce qui marquera chacun d'entre-nous ?

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

07/01/2010 16:09


Bye Bye Mr Seguin, on vous aimait bien !


Que laisserez-vous de plus marquant dans nos mémoires ?

Hommage sous forme de sondage original vu sur Pnyx:

http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/486

associant les événements de sa carrière politique à ses traits de caractère: son gaullisme social et populaire, son opposition au Traité de Maastricht, son soutien à Chirac contre Balladur et Sarkozy, mais aussi sa barbe à la gainsbarre, ses clopes, ses coups de gueule, sa voix de baryton, etc

Qu'est-ce qui marquera chacun d'entre-nous ?

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb