Val-de-Marne (94) Seine-Saint-Denis (93) Hauts-de-Seine (92) Paris (75) Politique

Eva Joly appelle au désistement pour le second tour

Publié le  Par Jennifer Declémy

image article

Hier lors de sa présentation de voeux à la presse, Eva Joly a crée la surprise en demandant à la gauche...et au MODEM de s'allier pour le second tour.

C’était hier lors de sa présentation des vœux à la presse, la candidate d’Europe Ecologie en a étonné plus d’un en appelant François Hollande, Jean-Luc Mélenchon ou François Bayrou à se rassembler pour déclarer dès maintenant qu’en cas de présence de l’un d’eux au second tour, tous les autres se désisteront en sa faveur. Un appel qui visiblement n’a pas suscité l’engouement parmi ses adversaires politiques.

Le plus virulent d’entre eux, Jean-Luc Mélenchon, s’est indigné de cette proposition dans la mesure où il a toujours rejeté avec force toute alliance avec la droite, et donc pour lui avec François Bayrou. D’ailleurs quand le candidat socialiste avait appelé le centriste à le rejoindre, cela avait suscité l’ire du candidat du Front de Gauche. L’ancien sénateur n’hésite pas à dire que pour lui, avec de tels propos, « Eva Joly condamne la gauche à l’échec ».

Du côté du MODEM, les réactions sont certes plus mesurées mais le fond est le même : non. Le candidat centriste refuse tout jeu d’alliances et rappelle d’ailleurs que son mantra politique était de se situer ni à gauche ni à droite, en expliquant que « l’élection présidentielle n’était pas une élection de coalition ». Dans la mesure où le candidat a déjà déclaré qu’il ne se prononcerait entre François Hollande et Nicolas Sarkozy qu’entre les deux tours, s’il n’était pas présent au second tour, une telle position est logique.

Quant au candidat qui a le plus de chances de se retrouver en lice le 06 mai, celui-ci renvoie la candidate verte à l’accord passé en novembre dernier entre leurs deux partis qui appelle au désistement pour l’un et pour l’autre. Il ne se prononce donc pas et ne se situe pas dans de telles logiques.

Si une annonce de la sorte a pu surprendre au début, elle s’inscrit néanmoins dans une certaine continuité de la candidate qui avait déjà proposé, à la fin de l’année dernière, un débat elle-même, François Hollande, Jean-Luc Mélenchon et François Bayrou pour discuter de la crise et trouver des solutions, ensemble. Cette idée, qui découlait d’une suggestion publique du député européen Daniel Cohn-Bendit, avait bien entendu échouée, là aussi les trois autres candidats égrenant le même refrain.

Quant à inclure François Bayrou, réputé quand même centre-droit, si cela peut paraître également saugrenu, il faut se souvenir pourtant des sympathies que l’ancienne juge éprouve pour l’élu béarnais, qu’elle a d’ailleurs déjà exprimé publiquement. Elle-même avait flirté avec le centrisme avant de rejoindre les verts en 2008. Mais une telle position ne plait guère à son parti qui, d’une part, ne recherche pas d’alliance avec le centre, et d’autre part, ne veut surtout pas que leur candidate se situe déjà dans la logique du second tour. C’est la position qu’a exprimé le numéro deux Jean-Vincent Placé, publiquement mais qu’assume ce matin le porte-parole de la candidate dans les pages du JDD : ce que cette dernière aurait voulu, c’était de faire sortir François Bayrou de l’ambiguïté pour savoir une bonne fois pour toute quelle décision il prendrait le 22 avril prochain. Ainsi, en refusant la proposition de la verte, le centriste aurait laissé comprendre qu’il pouvait encore rallier Nicolas Sarkozy. Une analyse pour le moins étrange.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses

reactionsvos réactions (1)

avatar

100reproches

07/01/2012 13:33

Peut être que l'analyse est juste une erreur de timing. La campagne pour le premier tour débute à peine et N Sarkozy n'est même pas encore candidat. Il sera toujours temps de se désister mutuellement après le premier tour.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses

avatar

Anonymous

07/01/2012 13:33

Peut être que l'analyse est juste une erreur de timing. La campagne pour le premier tour débute à peine et N Sarkozy n'est même pas encore candidat. Il sera toujours temps de se désister mutuellement après le premier tour.

RépondreSignaler un abus

Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prévenir des réponses




Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb