France Société

Licencié après un test covid positif

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

dr

Sébastien Klem, 41 ans, salarié d'un office de HLM à Mulhouse (Haut-Rhin), a eu la (fausse) bonne idée de procéder à un test de dépistage de covid. Il a le résultat le soir-même. Positif... Et quand il a prévenu sa société, il a été licencié pour faute.

Le 16 juillet, passant devant un point de test covid, devant un hypermarché, Sébastien Klem, gestionnaire de sinistre chez M2A Habitat, à Mulhouse s'arrête. Il effectue un test PCR. Le soir, il apprend le résultat : positif ! Il prévient son employeur et est mis en quarantaine pour 14 jours. Mi-août, il est convoqué pour un entretien avant licenciement, pour faute grave, relate France3 qui publie un extrait de la lettre de licenciement, datée du 21 août...

 

Malgré la réalisation de ce test le 16 juillet 2020 dans la matinée, et malgré le risque que vous faisiez courir aux autres collaborateurs, vous avez repris votre activité professionnelle l'après-midi et avez côtoyé vos collègues de travail alors que vous aviez des doutes sur votre état de santé en allant réaliser le test Covid-19. Votre comportement est totalement irresponsable et constitue une violation de votre obligation de sécurité.


La lettre précise qu'il « aurait dû rester chez lui dans l'attente des résultats du test », selon France3 qui précise : 
 

A l'annonce de la positivité du test, il y a eu un vent de panique à l'office. La direction a dû mettre un étage entier à l'arrêt, mais ce n'est pas ce qui la gêne le plus : "c'est le fait qu'il a joué avec la vie de ses collègues, des locataires et des fournisseurs", insiste Eric Peter, son directeur général.  

 

A qui la faute ?


Sébastien Klem a engagé une procédure devant le tribunal des prud'hommes. La faute consistait-elle à effectuer un test et attendre le résultat ? Ou la faute est-elle du côté de l'employeur, qui sanctionne un comportement normal, prudent, par un licenciement.


Si on voulait faire renoncer au test par crainte de perdre son travail, on ne s'y prendrait pas autrement. Par ailleurs, une société où règne ce niveau de solidarité ne mérite pas un engagement personnel. Sébastien Klem sera défendu devant la justice par maître Thomann.







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb