France Société

Les motards contre le contrôle technique

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

Bertrand Photolive

Les motards ont manifesté dans tout le pays et à Paris, donc, contre l'instauration prévue du contrôle technique des deux-roues motorisés en 2022.

La Fédération française des motards en colère (FFMC) a compté «25.000 à 30.000 motards» dans les grandes villes de France, ces samedi 10 et dimanche 11 avril. Un chiffre généreux car le mauvais temps avait limité la participation. A l'inverse, on peut s'étonner de la mobilisation malgré le froid et la pluie. Mais ce n'est pas la dernière manifestation. D'autres suivront.

 

Les manifestants à Paris, en quelques photos, signées Bertrandphotolive.

 

Départ avenue Foch.


Sur le périphérique.


La météo était plus clémente dimanche.


Le soin apporté aux motos rend le contrôle sans grand intérêt.  


La circulation a été stoppée.


En route vers le siège de Dekra.


A l'arrivée.


Depuis le fourgon de la FFMC, une brève allocution.


 

Une étude sur les accidents impliquant des deux-roues motorisés montre que le contrôle technique n'apporterait rien, explique la FFMC.

 

« La Mutuelle des Motards a réalisé des études sur le rapport entre l’accidentalité et l’état des 2RM, dont les conclusions générales sont :
- La cause technique ou le défaut d’entretien dans les accidents de 2RM restent infimes
- Un CT 2RM n’aurait pour finalité que de sanctionner l’usage de pièces non-origine (qui n’ont aucun lien de causalité avéré sur l’accidentalité)
- La vulnérabilité des motards reste la première cause de leur mortalité, et un contrôle technique n’y changerait rien
- De par son kilométrage annuel moyen parcouru (un peu plus de 4000 km par an), un 2RM s’use bien moins vite qu’une automobile.  » 

 

La FFMC soupçonne les sociétés organisant le contrôle technique, dont Dekra, d'avoir oeuvré pour obtenir cette décision d'extension du contrôle technique. A Paris comme ci-dessous à Lyon (Rhône), les manifestants sont allés jusqu'aux bureaux de Dekra.


Les motards de Lyon (Rhône).

 

La FFMC a un autre argument technique et financier contre ce contrôle technique : il faudra équiper les centres.

 

Pourtant, les centres que nos motards ont pu visiter, dans leur grande majorité, ne se disent pas prêts à faire ce contrôle technique pour bien des raisons :
- faisabilité technique : il faut d’autres machines pour les contrôles de deux-roues, donc la place de les mettre... et les finances pour les acheter !
- faisabilité humaine : les centres de contrôle technique se disent déjà en sous-effectif pour réaliser les contrôles des autos : comment vont-ils former, voire recruter, du personnel pour faire ceux des 2RM ?
- faisabilité économique : les dépenses en matériel et en ressources humaines vont-elles être rentabilisées par le contrôle technique de 4 millions de 2RM (pour mémoire, les voitures sont au nombre de 40 millions !)  







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb