France Sport

Les Blacks battus 40-25 : formidable Quinze de France !

Publié le  Par Jacques-Henri Digeon

image article

France Rugby

Au terme d'un match extraordinaire, le Quinze de France a dominé la Nouvelle-Zélande sur un score éloquent.

L'équipe de France a mis, ce samedi soir, au Stade de France, à une série de quatorze défaites consécutives face aux All Blacks. Mais en s'imposant sur le score de 40-25, les Bleus ont surtout gagné ce qui pourrait être considéré comme un match référence. D'abord parce que les Français n'avaient jamais battu les Néo-Zélandais avec un tel écart. Mais aussi parce qu'après une première mi-temps de rêve, les Bleus ont fait étalage d'une solidarité et d'un réalisme digne des plus grandes équipes.
 



Une première mi-temps de rêve, avons-nous dit. Un essai en force du pack conclu par Mauvaka dès la deuxième minute, un autre tout en talent de Ntamack dix minutes plus tard. Et des Néo-Zélandais dépassés, écrasés, étouffés par la furia bleue qui allait corser l'addition d'un nouvel essai en force de ce même Mauvaka. Il fallait les voir les regards hagards des Blacks qui devaient se demander comment se sortir de cette tornade.

Mais avec ces rugbymen du bout du monde, rien n'est jamais joué. Ainsi Barrett, plutôt pas dans son assiette jusqu'à présent et fautif sur le premier essai français, sonna le début de la révolte, suivi cinq minutes plus tard de Ivoane, lequel avait profité d'une hésitation de Dupont en sortie de mêlée. Peut-être la seule erreur du capitaine des Bleus. Les Blacks étaient donc de retour d'autant plus que Savea allait juste avant l'heure de jeu transpercer le rideau français. 27-25 pour les Bleus.


Mais contrairement à ces matches mal conclus depuis le début de l'ère Galthié, les vingt dernières minutes allaient tourner en faveur des Français. Solidaires comme jamais, ils allaient reprendre la main et bloquer toutes les velléités néo-zélandaises et relancer la machine. La "révolte", c'est Ntamack qui la déclencha en osant contre-attaquer de derrière sa ligne de but, mouvement relayé par Jaminet et Dupont qui fut à deux doigts de conclure ce qui aurait été qualifié d'essai magique. Finalement, une nouvelle pénalité de Jaminet, auteur d'un sans-faute, et une traître interception de Penaud allait sceller le sort des All Blacks et offrir à la France un triomphe dont on se souviendra.

Cela valait bien une enième Marseillaise d'un public chaud, chaud, chaud pour une soirée mémorable.
 




Paris/St Denis (Stade de France). France bat Nouvelle Zélande 40-25 (mi-temps 24-6 pour la France)
France. 4 essais : Mauvaka (2e, 31e), Ntamack (12e), Penaud (67e) ; 4 transformations : Jaminet (2e, 12e, 31e, 67e) ; 3 pénalités: Jaminet (25e, 53e, 63e, 79e).
Nouvelle Zélande. 3 essais : Barrett (46e), Ioane (51e), Savea (58e) ; 2 transformations : Barrett (51e, 58e) ; 2 pénalités (5e, 8e).

 

 

 

 

 

 

 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb