Paris (75) Politique

Le journaliste Taha Bouhafs a passé un mauvais week-end

Publié le  Par Fabrice Bluszez

image article

Twitter (copie d'écran)

Le journaliste Taha Bouhafs, 22 ans, s'est hasardé à signaler la présence d'Emmanuel Macron au théâtre vendredi soir. Ça a gâché son week-end.

Il s'en souviendra -et pas que lui- et, sans doute, on ne l'y prendra plus -mais c'est loin d'être sûr : Taha Bouhafs, ce vendredi 17 janvier, était installé  au théâtre des Bouffes du Nord, trois rangées derrière le président de la République. On jouait La Mouche. Le journaliste du site web Là-bas si j'y suis a eu l'idée de tweeter sur la présence du chef de l'Etat, et d'annoncer l'arrivée de militants... qui peu après, à trente ou quarante, ont tenté d'investir le théâtre, obligeant les forces de l'ordre à intervenir et la sécurité du président à mettre Emmanuel Macron à l'abri.


Taha Bouhafs a été ensuite placé en garde à vue, soupçonné de « participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations » et « organisation d’une manifestation non déclarée ». Il a été relâché samedi soir, sans mise en examen. Poursuivi par les demandes d'interviews, il a annoncé qu'il n'y répondrait pas mais ferait le point plus tard. Son téléphone portable a été saisi.

 

 



La polémique porte sur l'engagement du journaliste, ex France insoumise, quittée après quelques désaccords... Il est donc plutot à gauche, on l'aura compris. Mais ce qui a surpris, c'est sa prédiction de la manifestation. Savait-il ? Un autre tweet provenait du "comité de grève du 12e arrondissement de Paris", note France Info


 



Le plaidoyer d'un photographe...


Sous le pseudo O Phil des contrastes, et avec cette photo, un photographe -qui a pubié déjà sur Paris Dépêches, a publié ce texte sur Facebook, expliquant son soutien à Taha Bouhafs...
 

En tant que photographe/journaliste et militant (entre autres), je voulais apporter mon soutien total à Taha Bouhafs, cible d’une soi-disant polémique autour de son statut de journaliste. Le gouvernement et les journalistes des médias appartenant à des milliardaires et grands groupes économiques voudraient délégitimer son travail et surtout légitimer la répression qu’il subit.

 

En effet, pour ces gens, Taha ne serait pas un « vrai » journaliste car il serait « trop militant », car il prend partie active et ne cache pas ses engagements politiques. Evidemment, il est beaucoup plus facile se faire passer pour un « journaliste neutre » quand on est chargé de véhiculer les idées dominantes, de défendre les gouvernements en place, quand on doit défendre les intérêts des puissants et l’ensemble de valeurs sur lesquels s’appuie cette société d’exploitation et d’oppression.

 

Concernant le soi-disant débat sur l’incompatibilité entre le journalisme et militantisme, on pourrait rappeler que rien que pour le mouvement ouvrier et révolutionnaire il y a des exemples d’énormes journalistes militants. Je ne m’attarderai que sur un parmi eux. Le nord-américain John Reed a été un excellent journaliste, correspondant des guerres balkaniques de 1912-1913 et de la Première Guerre Mondiale mais aussi témoin direct de la révolution russe de 1917. Reed a été l’auteur de l’un des plus passionnants récits de la révolution d’Octobre, « Les dix jours qui ébranlèrent le monde ». Reed était un militant communiste, révolutionnaire et internationaliste ; il a fait partie de la délégation qui a participé au congrès des peuples d’Orient à Bakou en 1920. John Reed a donc été un grand journaliste et un militant communiste.

Cette polémique ne vise donc qu’à discréditer le travail de tous ces journalistes qui ne se vendent pas aux puissants, qui défendent ouvertement le point de vue des exploités et des opprimés, qui souvent font leur travail sans recevoir un salaire pour cela, sur le temps libre que d’autres emplois leur laissent. Il s’agit d’une « polémique » menée par des ignorants cyniques et qui menée jusqu’au bout implique une attaque à la liberté de presse.

 

Pour finir, je voudrais rappeler que Taha est celui qui a filmé Benalla en train d’agresser des manifestants, celui qui a filmé aussi beaucoup de violences policières ces derniers temps dans les manifestations mais aussi celui qui couvre beaucoup des actions des grévistes actuellement en lutte contre la réforme des retraites, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous (à droite) où je le capte en train de couvrir la conférence de presse des grévistes contre les violences policières. Pour tout cela, et plus, je tiens à apporter mon soutien au journaliste Taha Bouhafs.

 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb