Paris (75) Société

Une rencontre avec Nicolas Poirier, photographe

Publié le  Par Un Contributeur

image article

Anthony Deperraz

Gilets Jaunes, manifestations contre la réforme des retraites, événements sportifs. Ils sont au cœur des rassemblements, parfois au plus près des affrontements... Rencontre avec Nicolas Poirier, photographe, qui couvre principalement l’actualité de Paris (et sa banlieue).

Bonjour Nicolas, merci d’avoir répondu à notre invitation, alors dans un premier temps, si vous pouvez présenter en quelques mots ?
 

Bonjour, merci à vous de m’avoir invité, alors je m’appelle Nicolas, j’ai 24 ans, je suis un grand passionné de photographie, de politique, je suis l’actualité de très près.
 

Alors quand avez-vous commencé la photo ? Pourquoi la photo ?

Alors pourquoi la photo, je pourrais difficilement répondre à cette question, parce que j’aime ça tout simplement ! J’aime la photo en général et j’en fais depuis tout petit ! J’ai toujours adoré en faire. En revanche, la photographie sociale (manifestations, rassemblements) j’ai commencé en mai 2016, en plein mouvement contre la loi travail (loi El Khomri).
 

Pourquoi avoir pris cette direction ?
 

Je n’ai pas pris spécialement cette direction, je me suis ouvert une nouvelle porte, je n’ai pas arrêté les autres types de photos que je faisais, que ça soit de la photo sportive, animalière ou tout simplement de paysage ou de concert, mais j’ai voulu essayer autre chose, m’ouvrir à un nouveau type de photo, la photo journalistique, en plus de pouvoir exercer ma passion, je me rapprochais d’un angle politique qui me plaisait beaucoup.

Pourquoi à ce moment ? Pourquoi en mai 2016 ?

Mai 2016, on était en pleine contestation sociale, le mouvement contre la loi travail, ça rassemblait énormément de monde, c’était des manifestations monstres. La situation dans notre pays n’était pas facile à ce moment, c’était quelques mois après les terribles attentats qui nous ont frappés, on était à un mois de l’euro 2016 qui était organisé en France et a un an des élections présidentielles, politiquement c’était une année très forte. Moi, de mon côté, je développais de plus en plus ma conscience politique et j’étais très intéressé de suivre cette contestation sociale, je voulais apporter quelque chose, témoigner de la souffrance des gens, je voulais montrer leurs inquiétudes, face à l’avenir qui inquiète beaucoup de personnes.
 


Face aux Gilets jaunes, les forces de l'ordre, Paris (photo Nicolas Poirier).

 

Donc, depuis mai 2016, vous suivez les actualités parisiennes, vos plus beaux souvenirs ?


Les plus beaux souvenirs, sans hésiter, l’Euro 2016 et bien sûr la Coupe du monde 2018. L’Euro j’ai trouvé ça très fort, voir des gens se rassembler dans la joie tous ensemble, ça n’a pas de prix, six mois après les attentats voir autant de monde se réunir pour s’unir dans un seul but, c’est juste magnifique. Et je suis un grand fan de football, alors la Coupe du monde 2018, sûrement le plus beau moment de ma vie (rire) ! Et oui, on est toujours champion ! Par contre un événement très émouvant, l’hommage national à Johnny Hallyday, le voir descendre des Champs-Elysées avec tous les motards derrière, j’ai trouvé ça très beau.
 

La France championne du monde (photo Nicolas Poirier).


On est bien sûr obligé d’en parler, les gilets jaunes... Qu’avez-vous à dire ? Vous vous attendiez à un mouvement de cette ampleur ?


Personnellement, non. On sentait une colère qui montait, bien évidemment, mais je ne pensais pas que cela prendrait autant d’ampleur. Le premier acte, le 17 novembre, était calme, à partir du deuxième, ça a complètement explosé, je pense qu’on a tous été étonnés et surpris.

Que pensez-vous de ce mouvement ?

Le traitement médiatique est très compliqué, on est sans cesse sur des "gilets jaunes" ou des "anti-gilets jaunes", il n’y a aucun juste milieu et médiatiquement on a complètement perdu la cause de ce mouvement. Il y a des causes très justes qui sont défendues. Vous savez, en manifestation je parle beaucoup avec les personnes, et je vois très souvent des retraités qui n’arrivent pas à finir leur fin de mois ou des personnes en situation de handicap qui ne trouve pas de travail, derrière chaque manifestant, il y a un homme ou une femme avec sa propre histoire et ça me dérange vraiment qu’on essaye de politiquement mettre des gens en opposition alors que le fin fond de la cause, il est juste : une personne qui a travaillé toute sa vie et qui n’a pas les moyens de manger à sa faim, c’est juste impensable !

 

Les Champs-Elysées lors de l'acte II des Gilets jaunes, novembre 18 (photo Nicolas Poirier).


Ce qui vous plaît le plus en faisant vos reportages ?

Témoigner, faire ressortir des émotions, parler de ce qui inquiète les gens. Comme je vous l’ai dit plus tôt, aujourd’hui beaucoup de personnes sont inquiètes par l’avenir qui leur est réservé, beaucoup sont dans des situations précaires, beaucoup sont inquiets pour leurs enfants. Et je ne peux pas fermer les yeux sur tout ça, j’ai envie de les aider, à mon échelle. Je n’ai pas le pouvoir de changer les choses mais j’ai l’envie et le pouvoir de témoigner, d’essayer que leur combat et leurs peurs soient montrés au plus de monde possible et c’est sûrement comme ça que des choses peuvent changer.

On peut donc dire que la photo est un acte politique ?


Non, ce n’est pas un acte politique mais c’est une façon d’apporter un point de vue différent. À l’heure actuelle, à la télévision, on voit des images de violences et d’affrontements qui tournent en boucle. Mais le fond du problème n’est pas là, il faudrait plutôt s’intéresser à pourquoi les gens manifestent ? Quand on voit des manifestations de 15000 personnes et la seule chose qui ressort le soir c’est des poubelles qui brûlent, c’est dommage. Car derrière il y a 15000 personnes qui sont inquiètes, qui se sentent délaissées, que ce soit des infirmières, des éboueurs ou bien même des livreurs qui ne se sentent pas reconnus à leur juste travail.
 

Donc d’après vous il ne faut plus parler des violences ?
 

Si ! bien sûr ! il faut parler de tout, mais il ne faut pas oublier que ceux qui manifestent ont un message à faire passer.
 

Comment se passe l’ambiance avec vos confrères ? De la concurrence ?

Non aucune, l’ambiance est top, j’ai rencontré des personnes qui aujourd’hui sont devenues des amis.

Comment le vivent vos proches ? Ils sont inquiets quand vous êtes en manifestation ?


Oui, ils sont inquiets. D’ailleurs le soir en rentrant j’ai deux rituels, publier mes photos et répondre au message pour rassurer mon entourage (rires). Mais encore une fois, il ne faut pas tourner que autour de la violence, il y a de tout et je fais de tout, que ce soit des salons comme celui de l’agriculture ou bien encore des rassemblements sportifs, des hommages, mais aussi des rassemblements musicaux (Fête de la musique, Techno parade, etc.) et des manifestations qui se passent super bien avec beaucoup de solidarité et une ambiance formidable.
 

Vous avez à plusieurs reprises parlé des personnes précaires, c’est un sujet qui vous touche ?


Bien sûr, énormément, et je fais mon maximum pour pouvoir aider les gens. C’est insupportable de voir une mère de famille qui doit se priver pour que ses enfants puissent manger.


On est dans la phase de déconfinement, que vous retiendrez de ce Covid ?


Alors deux choses, déjà l’humanité. J’ai trouvé qu’il y a eu pendant cette triste période, une humanité et une solidarité énorme, c’est d’ailleurs dommage d’attendre cela pour que cela arrive mais que ça soit des personnes qui ont bénévolement fabriqué des masques, distribué des repas, fait des dons ou même applaudi le personnel de santé, c’est magnifique. Malheureusement je crains que cet état d’esprit ne dure pas. Et la deuxième chose, j’ai l’impression que les gens ont pris conscience, que les personnes qui professionnellement se font très souvent dénigrer (c’est triste à dire mais c’est une réalité) sont entièrement indispensables à la vie d’un pays que ce soit un éboueur, une caissière ou bien d’autres secteurs. J’espère sincèrement que cela restera dans la mémoire collective


On doit changer notre mode de vie ?


Quand on voit que pendant que l’humain est confiné, la pollution diminue, la nature reprend ses droits, les animaux revivent et l’eau redevient bleue. Il faut vraiment se poser les bonnes questions, oui.


Journalistes 2.0, beaucoup exercent aussi sur Twitter, que pensez-vous de ce réseau et des réseaux en général ?


Personnellement je suis fan des réseaux, Twitter n’est pas celui qui marche le plus mais pour le journalisme il est top ! Comme partout, il y a du très bon et du très mauvais, j’essaye de ne retenir que le bon. Ce sont des outils très puissants, qui peuvent être très dévastateurs. Le lynchage y est facile et gratuit... Mais il faut essayer de sensibiliser un maximum les gens sur les dangers mais aussi sur les bienfaits que cela peut apporter. Il y a des histoires très belles sur les réseaux, que ce soit des cagnottes pour aider les gens en difficulté, des avis de recherches qui très vite peuvent apporter une précieuse aide, on peut y voir beaucoup de solidarité et c’est là-dessus qu’on doit tous jouer. Aujourd’hui quel adolescent n’a pas de réseaux ? Quasiment personne, alors c’est un moyen énorme pour faire de la prévention et je pense que c’est super important. Aujourd’hui on a des outils, ou on peut délivrer des messages qui fassent en quelques minutes le tour de la planète, alors il faut s’en servir positivement pour sensibiliser les jeunes, pour faire de la prévention sur n’importe quel type de sujet (l’alcool au volant, les drogues etc.) Mais chaque personne doit prendre ses responsabilités, on peut voir de très belles histoires et une énorme solidarité sur les réseaux, comme on a déjà vu des lynchages idiots qui ont bousillé des personnes. Encore une fois de plus, on est les maîtres du jeu et c’est à nous d’en prendre conscience pour faire avancer les choses positivement.


Le mouvement #Metoo a bouleversé Twitter il y a quelque temps, qu’en pensez-vous ?


Effectivement, ça a beaucoup fait parler, en mal comme en bien. Moi, je ne retiens qu’une chose, c’est qu’avec cette histoire, des femmes, blessées, qui avaient peur, ont réussi à s’exprimer, à parler et ça c’est juste énorme !


Encore une histoire qui a fait beaucoup parler : Adama Traoré, George Floyd ?
 

« Nous sommes tous noirs, nous sommes tous blancs, nous sommes tous juifs, nous sommes tous chrétiens, nous sommes tous musulmans ». Assa Traoré a prononcé cette phrase place de la République. Je n’ai rien d’autre à rajouter, elle a tout dit. C’est juste impensable pour moi qu’on puisse juger ou avoir un comportement envers une personne à cause de sa couleur ou de son origine. On est tous frères. Ces histoires de couleurs ou de religions me dégoûtent au plus au point, ça attise la haine, c’est une des plus grosses bêtises humaines.

Assa Traoré le 13 juin 2020, place de la République, Paris (photo Nicolas Poirier).


Depuis tout à l’heure, on parle beaucoup de faire avancer les choses, de témoigner mais au final, vous pensez vraiment qu’à l’échelle mondiale ou une photo peut changer quelque chose ?


Alors oui, effectivement je le pense, tout dépend de la notoriété que prend la photo ou le tweet, et même si cela n’apporte rien de concret dans l’immédiat, c’est un état d’esprit que je n’aime pas ou du moins ce n’est pas le mien. Je pense qu’on peut tous apporter quelque chose à quelqu’un à plus ou moins grande échelle. Et si tout le monde part du principe que ce n’est pas assez ou trop peu, personne ne le fait en se servant de ce prétexte-là et rien n’avance. Alors même si peu importe comment, j’apporte mon aide à ne serait-ce qu’une personne, alors les choses auront avancé car même si c’est qu’une personne, la personne aura été aidée et ce n’est pas négligeable.


Avez-vous d’autres causes qui vous tiennent à cœur ?


Oh oui, tellement, mais si je devais en choisir une dernière, ça serait la cause animale.
 


 







Réagir

Si vous souhaitez voir votre commentaire apparaître directement sur le site sans attendre la validation du modérateur, veuillez vous identifier ou créer un compte sur le site Paris Dépêches.


Publier le commentaire

Me prevenir des réponses



Soutenez Paris Dépêches

Paris Dépêches est édité par une association indépendante, sans aucune subvention. Si vous appréciez notre travail, vous pouvez nous soutenir :
- Adhérer à l'association
- Faire un don



Agenda des évènements à Paris

Lisez ça !

Vous pensez qu' un sujet mérite d'être traité ?
Vous constatez un problème mais personne n'en parle ?

» Alertez-nous !
trouvez artisan proche de chez vous

Commande de vin

Vêtements bio

retour menuRetour au menu

© 2013 AMLCF - Réalisation : NokéWeb